Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2011

JEP 2011"Le voyage du patrimoine". Comme les pieux pèlerins brugeois, faites étape en l’Eglise Saint Martin d’Aubigny...

Mis en ligne le 06/09/2011

Composé vers 1380,  publié d'après la copie du manuscrit de la bibliothèque de Gand, par Joachim Lelewel. Brux. J.-H. Dehou.en  1858, le recueil d’itinéraires connu sur "l’itinéraire de Bruges", donne pour la France le tracé de 35 routes. Une exposition didactique vous présentera ceux conduisant les pèlerins à Bourges par le Berry et la Sologne : Bruges à Bourges par Orléans et Neuvy-sur-Barangeons  et de Bruges à Bourges par Paris par Montargis (Gien, Coullons, Argent, Aubigny, la Chapelle, Saint Palais) avec une variante Paris à Bourges par Romorantin et Vierzon.

A Bourges les pèlerins prenaient "la Voie de Vézelay" qui a obtenu en 1998 le classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco, au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France.

Dans le sillage de Prosper Mérimée et de son premier périple, au milieu du XIXe siècle, à la rencontre du patrimoine des régions françaises, les 17 et 18 septembre 2011, les Journées européennes du patrimoine, sur l’idée de Frédéric Mitterrand , mettent l’accent sur une dimension méconnue de notre patrimoine : sa relation complice au voyage, dont il tire toute sa vitalité et sa diversité. "Le voyage du patrimoine...un véritable périple dans le temps et dans l’espace"

Affiche JEP 2011 Eglise St-Martin L.jpg

Les "bénévoles gardiens " de l’Eglise Saint Martin d’Aubigny ont choisi de vous convier, à faire étape sur" l’itinéraire brugeois " .

Une exposition didactique montrera, et commentera les stigmates du cheminement vers la Galice (coquilles Saint Jacques sur le portail de l’église).

Elle essayera d’expliquer aussi le symbolisme de la coquille. Pas une exclusivité des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Au Moyen-âge à Rome (statue de Saint Roch), Jérusalem (verrière du Chœur) et Saint-Michel (collier de l’ordre). Le pape Alexandre VI, un Borgia (1492/1503) à déclaré que Saint Jacques de Compostelle  était, avec Rome et Jérusalem le lieu d'un des "trois grands pèlerinages de la Chrétienté ".

Elle donnera dles témoignages de l’utilisation de cet itinéraire, de 1761 aux passages récents de jacquets venus faire viser leur crédential...

Commentaires

Les 4 voies françaises des Chemins de Compostelle partent de Vézelay (la première et la plus longue), Tours (la moins fréquentée), Le Puy (la plus touristique), Arles. J'ai parcouru Vézelay (Yonne) - Mussidan (Dordogne); la siuite, ce sera pour l'an prochain.

Écrit par : Michel COQUERY | 06/09/2011

Tu parles du pèlerinage contemporain et moi de celui du moyen-âge
Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ont été déclarés en 1987 « Premier itinéraire culturel » par le Conseil de l'Europe.).
71 monuments (dont la cathédrale de Bourges), ainsi que 7 portions de chemins sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO sous le titre officiel de « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France »
http://www.chemins-compostelle.com/Fichiers/ACIR-%20Compostelle%20PM.pdf
Les quatre principales routes de pèlerinage pour Saint-Jacques-de-Compostelle commencent à Paris, Vézelay, Le Puy et Arles... Chacune d'entre elles comportait un certain nombre de routes secondaires. Ainsi, vers la route de Paris convergeaient des routes provenant de des Pays-Bas
A lire : •
Denise Péricard-Méa et Louis Mollaret, Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial, éd. La Louve, Cahors, 2010,
Denise Péricard-Méa, Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Âge, Paris, PUF, 2002
Le Dt Denise Péricard-Méa ‘est ancienne élève de l’École Normale de Bourges.

Écrit par : Philippe | 07/09/2011

Nous sommes d'accord, nous parlons d'époques différentes.Cette année j'ai rencontré beaucoup de Belges partis à Pied de Namur et des Hollandais d'Utecht rejoindre la voie historique de Vézelay..

Écrit par : Michel COQUERY | 07/09/2011

Des jaquets passent régulièrement faire viser leur crédential à l'Église d'Aubigny.
Il faut lire cette article dans le cadre du thème des JEP 2011 imaginé par notre ministre de la culture.
Au Moyen-âge on ne parlais pas des circuits adoubés par l'UNESCO et les tours-opérateurs.

Écrit par : Philippe | 09/09/2011

Et en plus à l'époque ils faisaient le retour ... à pieds

Écrit par : Theodore | 13/09/2011

Une sacrée performance. Aujourd'hui ils rentre par car, train ou avion. Je suis revenu par TGV.

Écrit par : Michel COQUERY | 13/09/2011

Les chiffres d’arrivée des pèlerins à Compostelle pour l’année jubilaire 2010:
• 270818 pèlerins ont reçu la Compostella
• 56 % sont des hommes ; 44% des femmes
• 87% à pied ; 12% à bicyclette ; 0,5 % à cheval ; 0,2% en
chaise roulante.
• 58% entre 30 et 60 ans ; 29% moins de 30 ans ; 12% plus de 60
ans
• 55% auraient des motivations religieuses ; 5% culturelles :
40% religieuses et culturelles

Écrit par : Philippe | 23/09/2011

Bon les chiffres, mais sur 270 818 pèlerins qui ont obtenus la Compostella, combien ont fait les parcours en entier ?Beaucoup l'obtiennent en ne faisant que les 100 derniers km : cas de beaucoup d'Espagnols qui le mettent sur leur CV (C'est un des critères des employeurs pour n'embaucher que des catholiquyes). En chaise roulante, il est impossible de faire les 1 800 km entre Vézelay et St Jacques.
Recevoir la Compostella n'est donc pas suffisant, mieux vaut présenter un Crédential arborant les cachetrs quotidiens d'hébergement sur le parcours.

Écrit par : Michel Coquery | 23/09/2011

Et ceux qui rentrent par le TGV

Écrit par : Pèlerine | 23/09/2011

Oui, je suis rentré par le TGV avec mon épouse mais auparavant nous avions faits 700 km avec un sac à dos de 13 kg. Tout le monde revient par un moyen de transport (avion, train, voiture, car). On ne pratique pas le portage des sac ni un suivi par automobile ou une partie du parcours en stop. On pratique en semi autonomie (pas d'emport de tente). L'an prochain nous serons en Espagne et Pèlerine peut nous accompagner : une Suisse et la petite fille de Paul-Emile Victor on fait un bon bout de chemin avec nous. Nous avons souffert dans les côtes, les chemins rocailleux et avons côtoyer les serpents. Les ampoules on connaît :jusqu'à 8 en même temps.

Écrit par : Michel Coquery | 23/09/2011

En TGV...comme Villaudy et Pouillaud (de St-Martin d'Auxigny) en 1761

Écrit par : Philippe | 24/09/2011

C'était bien sûr plus héroïque dans les temps anciens, époque à laquelle plus personne ne se mesure.
Faire lparcours, aujourd'hui dans l'époque de la modernité, n'est pas si mal.
Combien sur ce blog ont effectué les Chemins de Compostelle en semi-autonomie ?

Écrit par : Michel COQUERY | 24/09/2011

Les commentaires sont fermés.