Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2011

FEVRES vers 1400...Les fèvres de Ménétréol, d'Achères, de la Chapelle d’Angillon et de Vailly écoulent leurs produits par les marchands d’Aubigny. Jean Emery, l’un d’eux, est le fournisseur des procureurs de la ville d’Orléans en clous....

Au Moyen Âge, les clous étaient fabriqués à la main par les cloutiers qui étiraient des tiges de fer dans différents orifices de diamètre décroissant. À l'époque, les clous étaient des objets onéreux, c'est pourquoi les charpentiers notamment leur clous-forges.jpgpréféraient les chevilles.

Le fer du Berry, en particulier l’acier qui coule des fourneaux d’Ivoy le Pré forgés à Ménétréol, d'Achères, la Chapelle d’Angillon et Vailly sont diffusés par les marchands d’Aubigny. La Maison Rateau a pérennisé ce commerce du fer.  

Au l’aube du XVème, les clous étaient rares et recherchés (*)....

Voici ce qu’écrit à ce sujet,  Françoise Michaud-Fréjaville, professeur émérite d'Histoire médiévale,  dans « Fèvres et forgerons d’Orléans » (Fèvre est l'ancien terme désignant un travailleurs du fer : un forgeron) paru dans « Cahiers de recherches médiévales » :

Quincaillerie centenaire.jpg"Rien ne permet non plus de dire, dans l’état actuel des recherches, comment se faisaient les approvisionnements en matières premières ; seul le plomb nous est dit être acheté à Paris, de même que le furent les premiers modèles de bombardes. Pour le reste, nous n’avons aucune trace d’un trafic de minerai de fer venu, par exemple, de la basse Loire, tel que celui que nous connaissons pour les ardoises qu’on va chercher en Anjou, ou pour le sel qui vient de Nantes. Nous n’avons qu’une mention nous prouvant qu’Orléans est en rapport commercial avec les métallurgistes du Berry. En 1403, les procureurs de la ville envoyèrent chercher des clous à Aubigny-sur-Nère où était le marché des forges d’Achères et de Vailly, mais tout avait été retenu pour les travaux du duc Jean de Berry (l’architecte Guy de Dammartin avait débuté en 1399 les travaux de construction du Château de Concressault). En 1404 Jean Emery, d’Aubigny, réussit cependant à vendre à Orléans 41 750 clous à ardoises et 7 000 mesures de clous à lattes."

L'usage de revêtir les vantaux des portes de clous décoratifs remonte à l'antiquité gréco-romaine; tout le monde connaît les beaux clous à têtes ciselées du Panthéon à Rome. Au Moyen Age, les clous ne jouaient pas seulement un rôle décoratif, clous coquille.jpgmais ils servaient aussi à fixer les pentures: La tige divisée en deux pointes était rivée sur les traverses en serrant ainsi les planches des huis. Ces clous affectaient une grande diversité de formes suivant leur grosseur et leur saillie.

Nous en avons un bel exemple sur les vantaux de l’église d’Aubigny, étape des itineraires brugeois sur la route des pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle. D’où des clous avec des têtes en forme de coquille Saint Jacques.

Denise Péricard-Méa Docteur es-Lettres, Paris I-Sorbonne, la seule médiéviste ayant consacré sa thèse exclusivement aux cultes à Saint Jacques. (Thèse de doctorat : Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age) est l’auteur de « Saint Jacques de la Chapelle-d’Angillon, apôtre ou jardinier ? » Paris, Guénégaud, 2000 (les curieux peuvent cliquer [ICI]). Elle atteste cette route empreintée par les pélerins de Saint Jacques.

(*) Les architectes qui construisirent les grande maisons en bois de la cote est des Etats-Unis d’Amérique utilisaient de préférence les clous en fer du Berry. Les pointeries, comme celle de Vierzon-Forges  étaient passée sous le contrôle de la Compagnie des Indes.

Les commentaires sont fermés.