Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2011

AUBIGNY notre commune est-elle infectée par un "emprunt toxique"?

 la banque qui a ruiné.jpg

Libération publie la carte de France (interactive) des collectivités locales ayant contracté des produits financiers fournis par Dexia qui pourraient risquer, dans certains cas, de les conduire à la ruine > zoom sur Aubigny cliquer ICI

Le BR d’hier à consacré une page sur le sujet

Aubigny notre commune est-elle infectée par un «emprunt toxique»? NON > Communiqué de Presse d’Yves FROMION Député-maire d’Aubigny sur Nère en réponse à l’article paru sur le site de Libération concernant "les emprunts toxiques" le 21 septembre 2011

"Contrairement à ce qu’affirme le journal « Libération », la Commune d’Aubigny-sur-Nère, n’est pas concernée par la problématique des « emprunts toxiques ».
En effet, les emprunts mis en cause dans Libération, sont des emprunts à taux fixe avec une barrière Euribor, c’est-à-dire que tant que la barrière Euribor n’est pas dépassée, le taux fixe s’applique. Cette barrière est actuellement fixée à 5,25 % alors que le taux Euribor actuel avoisine les 2 %, soit un taux inférieur à celui qui est appliqué aux emprunts contractés par la France sur le marché international.
Le taux Euribor peut être défini comme une méthode de fixation du prix par rapport à l’offre et à la demande sur les prêts consentis par 57 grandes banques européennes et autres.
La souscription de ce type d’emprunt a permis de réaliser une économie prévisionnelle de 12000 € sur l’ensemble des emprunts. Actuellement, ce type d’emprunt représente 37,7 % du capital global emprunté par la commune d’Aubigny-sur-Nère.
Le surcoût énoncé par Libération n’est en fait qu’une extrapolation d’un scénario catastrophe où le taux Euribor passerait à 10 % pendant toute la durée restante des contrats à savoir près de 15 ans. Or, depuis la signature de ces contrats en 2006, la barrière n’a été franchie qu’une seule fois pour un coût minimum. De plus, le surcoût annoncé par le quotidien ne représente qu’une hausse des annuités de 2 000 € par an, soit moins de 1 % des intérêts annuels de la dette de la Commune.
Le journal Libération, dans sa quête du sensationnel, ne contribue pas à une information citoyenne."

Commentaires

Encore un coup des belges!
Aubigny a trouvé cet emprunt sous une fritte ?

Écrit par : Tintin | 23/09/2011

c'est un coup monté? après la fuite de gaz , l'emprunt toxique! ( oui , je sais , c'était facile !)

Écrit par : Michel Vannier | 23/09/2011

Sans oublier que la semaine d'avant il s'en était pris à la fée électricité...

Écrit par : Albinacus | 24/09/2011

Les commentaires sont fermés.