Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2011

AUBIGNY, "borders ligne" entre Angleterre et France…

1301866533.jpgCrée par les moines de Saint Martin de Tours, Aubigny devient sous les Capétiens une forteresse stratégique.

D’après les historiens, un diplôme de Charlemagne daté de Thionville prouve qu’Albiniacus étaient, depuis le VIII ème siècle, entre les mains des religieux de Saint Martin de Tours.

Un acte de Charles le Chauve établit en 862, un chapitre de Saint Martin de Tours dont dépendra Aubigny, à Léré lieu de repli des reliques du Thaumaturge fuyant les raids normands.

Sous l’administration des religieux tout se passe dans le mieux du monde à Aubigny, jusqu’au jour ou Louis VII ayant répudié, en 1152, Aliéonore d’Aquitaine elle épouse Henri Plantagenêt qui devient Roi d’Angleterre, en 1154.

Aubigny se trouve alors dans une zone troublée entre les provinces de l’apanage des suzerains Français et Anglais.

Les chanoines de Saint Martin obtiennent la protection de Louis VII (le roi de France était abbé de Saint Martin Tours) avec lequel ils1048991784.jpgsignent en 1173 un traité de pairage pour Léré et Aubigny.

Aubigny devint une ville frontière (entre les possessions des Plantagenêts, rois d’Angleterre et le petit royaume de France) que Philippe Auguste, ayant décidé de la fortifier, prit aux chanoines, après leur avoir abandonné, comme compensation le vignoble de Rebrechien, la dîme (10% de la récolte de froment pour les hosties et 10% du produit des vendanges pour le vin de messe…il en restait…) et les droits paroissiaux et donné le vignoble de Rebrechien.

La guerre a pour théâtre la Normandie et le Berry; alors que les deux rois s’apprêtent à en découdre sous les murs d’Issoudun, les pressions du clergé, alarmé par une menace d’invasion de l’Espagne par les musulmans, les obligent à conclure une trêve le 5 décembre 1195, bientôt transformée en paix par le Traité de Gaillon le 14 janvier 1196

Les commentaires sont fermés.