Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2011

Louise de KEROUAL, Duchess of Portsmouth, Duchesse d'Aubigny, par Louis Marquis de VOGÜE (1868-1948).

Pour faire connaissance avec la Bonne Dame d’Aubigny :

medium_Louise.jpgVous pouvez consulter (en anglais) dans Wikipedia Louise Renée de Penancoët de Kérouaille, 1st Duchess of Portsmouth et dans un jeu de rôle, Wikipedia en français Louise Renée de Penancoët de Keroual et  une courte biographie  de Louise sur le site de l’association France-Ecosse sous la forme d'une  chronologie des événements par Guy Courcou. Vous pouvez aussi consulter le site de la ville de Guillers sur les origine bretonnes de Louise> cliquerICI  (Keroual se trouve dans l'agglomération de Brest)

Il existe un autre document inclus dans les Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry  N°27 medium_KEROUAL.jpgdécembre 1971, d'une monographie  château de la Verrerie à Oizon (canton d'Auhigny-sur-Nère, dépar­tement du Cher) écrite par  l'un de ses derniers propriétaires, le marquis Louis de Vogüé (*) , mort en 1948.

Un triple objectif motivait cette publication:        

  • rendre publique une étude basée pour une large part sur un fonds d'archives privées;
  • compléter les recherches antérieures d'Alfred Gandilhon sur la sei­gneurie d'Aubigny et sa possession par les Stuarts et les Richmond
  •  contribuer à une meilleure connaissance du patrimoine artistique de notre département, le château de la Verrerie étant compris dans l'itinéraire touristique de la Route Jacques-Cœur .

Le marquis nous y livre cette exellente note "LA DUCHESSE DE PORTSMOUTH" qui devrait se trouver, a coté de la bible, dans tous les tiroirs des tables nuits des hôtels, gîtes ou chambres d’hôtes du duché et de ces environs. Ou vous conduire à dormir dans l'une des chambres du château > cliquer LA

(*) Louis Marquis de VOGÜE (1868-1948).

medium_v.jpgLouis de Vogüé, petit-fils de Léonce et fils de Charles-Melchior ambassadeur et académicien, fait partie de ce groupe d'individus désintéressés qui, sous l'efficace influence d'Albert de Mun et de La Tour du Pin, fonde en France, à la fin du XIXe siècle, les institutions professionnelles et de prévoyance du monde agricole.
Son action le mène à la présidence de l'Union Centrale des syndicats agricoles et de la société des Agriculteurs de France qu'il assure de 1919 à 1948. Elu à l'Académie d'Agriculture en 1919, il succède en 1924 à Jules Méline comme président de la confédération internationale de l'agriculture.
Cette activité syndicale s'accompagne aussi d'une importante activité économique et diplomatique : il sera un temps le président de la Compagnie du Canal de Suez et régent de la Banque de France. Il accorde aussi un peu de son temps à des oeuvres de charité, présidant entre autres la Société Philanthropique.
Commandeur de la Légion d'Honneur, il est maire d'Oizon de 1900 à 1929 et conseiller général du Cher de 1911 à 1945.

Les commentaires sont fermés.