Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2011

Nicolas LEBLANC l'éternel oublié de la République...du comice... de l’année internationale de la chimie et de la Fête de la science 2011 dans la Com.com. Sauldre-Sologne...

 

Nicolas Leblanc  (1742-1806) n’était  pas dans la liste des Célébrations "officielles" nationales" ni dans les régionales 2006… éternel oublié de la République...oublié du Comice 2011... de l’année internationale de la chimie et de la Fête de la science 2011….comme le fut, même à Ivoy en 2006 pour le bicentenaire de sa disparition. Pourtant il est bien toujours présent dans toutes les salles de bains, son  "invention" est toujours étudiée dans les lycées et  souvent l'un des sujet de chimie au bac...

Pour remplacer les soudes naturelles extraites des cendres de végétaux, il découvre un procédé de préparation du carbonate de sodium (la soude artificielle) à partir du sel marin. Ses travaux ne furent reconnus qu'à titre posthume et il connut de son vivant une extrême pauvreté. Lire leblanc. et/ou le procédé Leblanc

Fils d'un maître de forge d’Ivoy le Pré Nicolas Leblanc né en 1742 avait fait des études de médecine. Il était devenu chirurgien de la maison du duc d'Orléans, ce qui lui laissait du temps libre pour travailler au laboratoire de chimie du Collège Royal. C'est en 1784 qu'il s'intéresse au carbonate de sodium, avec la volonté de trouver un moyen économique de l'obtenir à partir du sel marin. Dans son procédé, Leblanc partait du sel de Glauber ou sulfate de sodium obtenu par action de l'acide sulfurique sur le sel marin (étape 1). Ce sel de Glauber mélangé à du calcaire (carbonate de calcium) et à du charbon de bois pulvérisé (carbone) donne lieu par chauffage à une réaction de double décomposition avec obtention de carbonate de sodium et de sulfure de calcium (étape 2).

Très vite, il passe à la réalisation industrielle et réussit brillamment. Mais, en 1793, son usine est confisquée et vendue comme bien national.». Ruiné, il se suicida à Saint-Denis, en 1806.

Les commentaires sont fermés.