Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2012

LE MEDECIN qui soignait les pommes de terre…à Aubigny

Edité le 17/10/2011...qu'en est-il à l'aube du Comice 2012 d'Henrichemont ?

Il y a un siècle et demi, le médecin et le pharmacien avaient la main verte… Ils avaient coutume d’informer le Comice et la Société d’Agriculture  du Cher de leurs travaux…agricoles

c-hippocrate.jpg

G. Supplisson, médecin albinien et vice-président du Comice Agricole c’est penché sur la dégénérescence de la pomme de terre, l’une des nourritures de base des humains et de certains animaux. Consultez la note qu’il a lue au Comice et qu'il communiqua à la Société d'Agriculture du Cher en cliquant ICI .

médecin albinien.jpgIl est curieux d’apprendre que ces expérimentations se faisaient à La Lâche... ça perdure  de nos jours, mais pour les ignames. Les conclusions du Docteur ne sont pas loin de l’expérience des Incas... pays d'origine de la patate....Les Incas cultivaient la pomme de terre en tête de rotation, après la jachère. C'est encore le cas aujourd'hui. Mais les cultures sans labour ont été abandonnées au profit d'un pré-labour. La pomme de terre est cultivée en altitude pour remédier au phénomène récurrent de la dégénérescence des igname.jpgtubercules. Au-dessus de 2000 m, on plante à la Saint-Jean la papa imilla et la papa runa en petits sillons groupés en épis pour retenir l'eau d'irrigation. Au-dessus de 2500 m, on butte fin juillet et on sème immédiatement le maïs associé avec des haricots à rames et des calebasses comestibles. Entre 2500 et 3500 m dans les terrains sans irrigation, on plante en février la papa pureja que l'on récolte en mai. Les 300 variétés de pommes de terre cultivées originaires de la région du lac Titicaca se cultivent et se multiplient entre 3000 et 4800 m d'altitude. On coupe les beaux tubercules en quartiers de un à trois yeux et on les plante en lune descendante en haute altitude, car en dessous de 3000 m, elles se reproduisent mal et dégénèrent. Elles se conservent à l'étage des maisons en tas coniques, sur des claies en bambou. On dispose sous le tas, du feuillage de muña (plante insecticide à l'odeur de menthe). On place également quelques rondelles d'isaño (un tubercule à la saveur âcre) ou des petites pommes acides pour éloigner les vers.

Aujourd’hui on sait que la dégénérescence de la pomme de terre lors de cultures successives (c’est-à-dire le rabougrissement progressif des plantes et la diminution corrélative des rendements) est en fait la conséquence de différents  virus qui se disséminent dans une culture et perturbent le métabolisme des plantes.

Commentaires

Il avait la patate...

Écrit par : Freddy | 18/10/2011

Encore une expo pour le vieille Aubigny ?

Écrit par : JP Cambournac | 13/05/2012

Les commentaires sont fermés.