Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2011

BLANDIN Adolphe, né à Aubigny, médecin des Forges Impériales de la Marine à Cosne, chevalier de la légion d’Honneur

En continuant la revue des albiniens honorés de la Légion d’Honneur...
Jean Baptiste, Adolphe Blandin est né à Aubigny le 25 septembre 1803 à Aubigny.
Docteur en médecine, il fut fait chevalier le 13 aout 1864, au titre de médecin des Forges Impériales de la Marine à Cosne.

chargement des ancres 1840.jpg

C’est l’occasion de parler de parler un peut de son employeur, les fameuses les Forges de la Chaussade à Cosne (*).
L'eau de la Loire et du Nohain, les bois du Nivernais central, les charbons du Massif Central, les minerais de fer du Berry et du Donziais…Ces multiples ressources naturelles ont littéralement forgé le destin de Cosne. Oui, forgé, car ce sont les Forges de la Chaussade qui ont marqué le point de départ de son histoire industrielle, au XVIIIe siècle.

Sous Louis XVI, l'âge d'or...

ancre Cosnes.jpg

Au départ était Pierre Babaud de la Chaussade, né à Bellac en 1706. Jeune homme, il suit son père dans le négoce du bois pour la marine de guerre, avant de devenir maître de forges. Bien introduit à la cour du roi Louis XVI, il possède des forges et des bois dans le Nivernais. C'est à partir de 1735 qu'il exploite la forge de Cosne-sur-Loire, et assure son essor, avec un pic entre 1744 et 1781. La forge fabrique les ancres et accessoires métallurgiques pour la Marine royale, et fournit les ports de Brest et de Lorient.

Babaud devient le fournisseur quasi exclusif de la Marine royale. Mais, en homme avisé, il pressent dès 1777 le déclin de son activité et entame des négociations avec l'Etat, qui rachète les forges en 1781. Elles deviennent royales, tout en gardant leur nom, en hommage aux services rendus à la nation par Babaud de la Chaussade.

Le train siffle la fin

Forges impériales de Cosnes 1855.jpg

Au XIXe siècle, les forges pâtissent de l'évolution des techniques, et l'activité périclite. En 1860, l'arrivée du chemin de fer porte le coup fatal : la voie d'eau n'a plus cours, le transport des marchandises se fait par le train. Les forges fermeront définitivement en 1871.

Forges Plan-1836.jpg

Adolphe Blandin devient alors le médecin de la Prison de Cosne

(*) L’usine métallurgique dite Forges de la Chaussade, puis clouterie Masson, blanchisserie Sautereau, cordonnerie Dressoir et Compagnie, puis Câblerie française, actuellement salle des fêtes de Cosne

Les commentaires sont fermés.