Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2011

TURELIEN, Michel Coquery a mis le grand braquet… son dernier ouvrage "Seconde guerre Mondiale, la tragédie d'un siècle" …est une synthèse historique et un travail mémoriel …une contribution unique sur l'histoire.

Le Berry républicain de ce jour publie un article élogieux titré  "Michel Coquery, Turélien polyvalent" en rubrique Pays-Fort (page 39)…Turélien, c'est le nom des habitants de Thou (Pays-Fort).

 Coquery.jpg

En septembre dernier, Le Journal de Gien lui avait consacré également un  article dithyrambique, sur le même thème (voir photo).

l’échoppe foraine du cycliste-écrivain turélien dédicacera samedi à Orval, dimanche à Trouy et certainement pour la Foire de la Madeleine à Jârs en juillet  2012.… "Seconde guerre Mondiale, la tragédie d'un siècle" son dernier ouvrage…La Seconde guerre Mondiale a été le plus gigantesque conflit militaire de tous les temps. Elle bouleversera les états et structurera le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui. Grace à la densité des informations fournies, à la profusion des chiffres cités et à la pertinence des analyses présentées, cette synthèse historique et ce travail mémoriel délivrent une contribution unique sur l'histoire et communique un message de mémoire.

Coquery Foire de la madeleine.jpg

(*) Bien qu'il ne puisse sans doute être retenu comme LA personnalité berrichonne de l'année 2008, face à certaines "pointures" Michel Coquery peut être cité, pour mémoire, parmi UNE des personnes les plus en vue de notre département du Cher, en raison de son présentéisme médiatique et de l'éclectisme de ses activités qui débordent le cadre de notre département et chacune des rubriques précitées. Globalement il est à classer sous le critère Société...Michel Coquery, né à Thou (Cher), de Bourges, spécialiste de l'armement et des questions de Défense, ancien champion de France universitaire de cyclisme, mémorialiste et signataire d'articles dans les courriers de lecteurs, est l'auteur, en 2008, de la publication "Combattants prisonniers de guerre et Seconde Guerre mondiale", une étude historique s'ajoutant à "Prisonnier à Lille", un témoignage de guerre et à la contribution à deux livre sur le grand gibier... Il œuvre pour le lien Armée-Nation, le devoir de Mémoire et pour la Paix par le respect du droit international. Il prépare un projet en liaison avec la Défense nationale portant sur l'interface avec la Société civile. Depuis plus d'un demi-siècle, il n'a pas manqué une seule cérémonie commémorative (8 mai, 11 novembre). Protecteur de la faune sauvage, impliqué dans la culture populaire, intéressé par les enjeux agricoles, par le sport cycliste, il est administrateur de l'Université populaire du Berry et de l'Ifocap Berry. Proche du milieu politique, médaillé d'or du travail, médaillé personnellement par un Ministre des sports, il a aussi récemment été intronisé Chevalier du cep. Médiatisé dans la grande région Centre, courtisé par divers lobbies, reconnu pour sa militance et son bénévolat, sa présence dans ce panel est pertinente.

Bio de Marie-Claire,mardi 23 décembre 2008 à 11:11, in cher.blognaute.fr.

Commentaires

Merci au blog du Cher-Nord de reprendre et de propager les informations publiées par la presse écrite et informatique. Devant un tel déluge d'éloges, je suis confus; cela correspond à l'éclectisme de mon parcours sociétal. C'est bien pour l'une des plus petites communes du département d'avoir des enfants qui oeuvrent au quotidien et qui sont connus de la population et des médias. Pour information, mon prochain livre fait 540 pages A4 et l'on pas peut être obligé de le répartir sur deux tomes : c'est à l'éditeur de se déterminer.
Le nom des habitants de Thou (des Turéliens) va pouvoir se faire connaître.

Écrit par : Michel COQUERY | 07/11/2011

Mais comme dit ton mentor...tous les lecteurs de ce blog sont des C....!

Écrit par : Philippe | 08/11/2011

Non pas tout à fait, quand même et il faut faire la part des choses; certains blogueurs apportent quand même des informations complétant le sujet largement développé par le webmaster. Il faut - même pour le député-maire - savoir rester objectif et reconnaître quelque utilité au blog d'Aubigny et sa région.

Écrit par : Michel COQUERY | 08/11/2011

Quand on sait qui l'a dit, je suis fier d'être con...
"On est toujours le con de quelqu'un et tant pis pour lui."
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet."

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 08/11/2011

Quand on traite quelqu'un de con, c'est que l'on n'a pas d'argument à émettre pour contrer l'autre.

Écrit par : Michel Coquery | 08/11/2011

Vous avez raison, cher Monsieur Coquery, quand un politique n'a plu d'argument,il n'a qu'à démissionner. Mais je remarque que cela se fait beaucoup dans certains milieux (par exemple, Cass' toi pauv' con ! qui est réservé à une élite (?) puisque quand quiconque d'autre l'emploie, le rétorque, il subit le jugement de la République.)

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 08/11/2011

Merci pour le commentaire venu de notre concitoyen du Sancerrois dont le franc-parler n'est plus à démontrer.

Écrit par : Michel Coquery | 08/11/2011

Vous allez vous retrover au Pré au Clerc!

Écrit par : Philippe | 08/11/2011

Je ne connais pas cet établissement. On connaît le Pousse cailloux.

Écrit par : Michel Coquery | 08/11/2011

Je dédicacerai donc samedi à Orval et dimanche à Trouy.

Écrit par : Michel Coquery | 10/11/2011

C'est souvent qu'il y a des gens pour dire du bien de vous :
Une terre de tradition recèle autant de savoir faire que de savoir dire.

Le Sancerrois est de cette espèce là.
Savoir faire des générations de vignerons qui accomplissent rituellement des gestes ancestraux qui, de ceps en cave, donnent naissance puis corps et bouquet au fameux vin de Sancerre.

Savoir dire des congteurs berrichons qui eux aussi perpétuent la tradition du parler d’autrefois, de l’humour, de la sagesse ou de la folie d’un monde aux rythmes perdus.

Mais autant il est facile pur des raisons évidentes d’intéresser nos contemporains aux produits de la vigne, autant il est malaisé de leur faire goûter la saveur de la culture du terroir dans un environnement laminé par la culture de masse, par les modes et par le goût douteux de la modernité.

C’est pourquoi il faut saluer avec d’autant plus d’enthousiasme l’œuvre de Jean-Baptiste Luron.

Vigneron, il s’adonne à l’alchimie mystérieuse et secrète qui fait jaillir du cep le joyeux vin de Sancerre.

Conteur rimailleur il se fait lui-même cep, plongeant ses racines dans le terroir sancerrois pour en tirer les mots, les rimes, le parler pittoresque.

A vous Jeanè-Baptiste Luron, ainsi qu’à tous ceux de la même rac auquel un hommage est rendu dans ce recueil,
« marci d’nous avouair écrit ! »
Celui qui trouve l'auteur de cet hommage immérité gagne une sucette trempée dans du sancerre.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 13/11/2011

Je sèche mais du côté de Michel Vannier, on sait peut-être la réponse.

Écrit par : Michel COQUERY | 13/11/2011

Finalement cette semaine fut bien remplie pour moi, avec trois salons littéraires (Dun, Orval, Trouy), une inauguration (exposition sur l'aviation à Bourges), la commémoration du 11 novembre (en tribune officielle à Bourges), deux articles consacrés à les activités d'écriture, une rencontre privilégiée avec le nouveau préfet et cinq réceptions.

Écrit par : Michel Coquery | 15/11/2011

Cinq réceptions...ça nourri...
Tout le monde n'est pas un client des Restos du Coeur!

Écrit par : Haciba | 15/11/2011

Peut-être mais cela nécessite des obligations de représentation active.

Écrit par : Michel Coquery | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.