Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2011

AUBIGNY, bon pour notre égo, pôle économique sous l’ancien régime, pour les produits métallurgique : clous et cardes

cardage_de_la_laine_a_la_Berlodiaire.jpg

De longue date, (d’après Françoise Michaud-Fréjaville, "Fèvres et forgerons d’Orléans", Cahiers de recherches médiévales et humanistes 2005) on sait qu’Aubigny  (1403) était un centre réputé d’approvisionnement  en clous à ardoises et à lattes > cliquer ICI.  C’est lié à la qualité des fers du Berry (et  la présence à Ivoy le Pré d’un haut fourneau pour la fonte du minerai de fer, par le charbon de bois). Comme on le note  in Enquête sur les fers (Francia. Ministère du commerce et des manufactures – 1829) que les constructeurs de navires à Nantes emploient ils généralement du fer français provenant du Berry. De préférence le fer fabriqué au charbon de bois. Et dans Le nouveau parfait maréchal, (par François Alexandre Pierre de Garsault-1843) le meilleur fer dont on puisse se servir, est celui de Berry, et pour les clous, ceux de Limoges, excellaient autrefois : mais à présent, ce sont ceux de Berry. Les clous a doivent être longs et déliés de lame, avec une tête épaisse.

enluminure cardage drap.jpg

Aubigny était aussi le lieu où on s’approvisionnait en cardes(*)…Voilà qui va faire plaisir au cardeux (attention ce n’est pas la carde qu’ils manient habilement pour carder le drap, mais les peignes de fer (des cardes utilisées pour préparer la laine), avec lesquels on déchira le dos et tout le corps de Saint Blaise).  "Le Dictionnaire

Saint_Blaise carde.jpg

Universel  De Commerce: Contenant Tout Ce Qui Concerne Le Commerce" -1723- par Jacques Savary des Bruslons, Philémon-Louis Savary 1723 repris dans "Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières: commerce" -1783-  par Félix Vicq-d'Azur et Jean Le Rond d' Alembert  (célèbre pour avoir dirigé l’Encyclopédie avec Denis Diderot jusqu’en 1757 et pour ses recherches en mathématiques sur les équations différentielles et les dérivées partielles) nous apprend  qu’après celles de "Paris , on estime davantage les cardes de Rouen & de Dreux. Les autres lieux où il s'en fait font Romorantin , Bourges, Aubigny, Henrichemont et Ivoy le Pré  en Berry(en Richement et  Yvoye-les-prez dans le texte), en Berry , Orléans , Troyes, Elbeuf, Cháteauroux, Beauvais, Tours, Poitiers & Saint-Maixant…" C’est bon pour notre égo !

carde3.jpg

(*) "Les cardes, espèce d’instrument, ou plutôt de peigne sont d'un très-grand usage dans les manufactures, où elles servent à tirer ou démêler la laine , & autres semblables manières , pour les disposer à être filées, afin d'en faire des étoffes, des bas, &  ou à être employées, sans être filées , à divers autres usages , comme les laines & les poils, dont les chapeliers se servent dans la fabrique de leurs chapeaux. Le négoce des cardes est très considérable en France, particulièrement de celles qui se font dans le royaume. On en tire aussi en assez grande quantité & d'assez bonnes, des pays étrangers, fur-tout de Hollande, qui font plus petites que les cardes françoises, mais fort estimées".

Illustration, cardage de la laine à la Fête de la Berlodière (Ménétréol sur Sauldre) 

Les commentaires sont fermés.