Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2011

Pierre PAOLI à Veaugues

Source : Jacques GIMARD — Trompe-la-Mort — Les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo (Éditions Qui Lit Vit, 320 pages, format 14x20 cm, 22 €)

Four à Chaud.jpg

"La fusillade du 19 mai 1944 au lieu-dit "Le Four à Chaux" à Veaugues, relèverait, selon certains auteurs locaux, des pages héroïques de la Résistance sancerroise.  En consultant le dossier judiciaire du procès Paoli, au fil des témoignages et dépositions évoquant cette terrible journée, la vérité semble hélas beaucoup moins épique.  Ce qui devait être une embuscade tendue à cinq véhicules de la Gestapo s’est transformé en véritable traquenard pour les maquisards : tous furent abattus, sauf leur chef, le sulfureux "Capitaine Daniel ", qui parvint à s’échapper dans des conditions pour le moins miraculeuses.Ce jour-là, Paoli commandait le déploiement des troupes allemandes autour de la gare de Veaugues. Lors de sa comparution devant le magistrat instructeur, au printemps 1946, il reconstitua dans le détail le déroulement de cette opération militaire et révéla même l’identité de son indicateur, un résistant "retourné" et non moins vénal qui livra des renseignements assez précis pour faciliter l’hécatombe.Une page peu glorieuse de la Résistance FTP dans le département du Cher.

Extrait

"Hier, à Veaugues, je l’ai vraiment échappé belle. À la seule idée de relater ce qui s’est passé, tout mon corps est saisi de frissons, comme le jour où j’ai raconté dans ces cahiers l’attentat dont je fus victime l’an dernier.Cette opération de Veaugues, je le savais d’avance, était plus risquée que celle de Beffes. Il ne s’agissait pas de mettre en place un simple dispositif de contrôle, mais de coordonner un vrai plan d’attaque sur les positions du maquis qu’un indicateur du cru nous avait livrées avec précision, moyennant une belle rémunération. Dès sept heures du matin, un important contingent des troupes d’infanterie de la Wehrmacht a pris place, solidement armé. Trois véhicules blindés se tenaient prêts à intervenir. Un Messerschmitt Bf109 opérait un vol de reconnaissance. La Gestapo de Bourges était là au complet, en tenue de combat, Erich Hasse en tête, avec la ferme intention de décapiter le réseau de terroristes qui sévit depuis trop longtemps dans la région.

À 14 heures, l’ordre d’intervention est donné. Sans heurts, nous interpellons un certain Léger à son domicile. Selon nos informations, ce mécanicien a l’habitude de recevoir chez lui les résistants de la région et même leur commandant, qui se ferait appeler Daniel. Tout juste sortie de Veaugues, la traction qui transporte le prisonnier subit les feux nourris d’un groupe de maquisards. Aussitôt, le piège se referme. La surprise est surtout pour eux. Plus de deux cents soldats encerclent les tireurs embusqués. Au cours d’une brève fusillade, un de nos agents, Buès, un auxiliaire français, est tué sur le coup, une balle en pleine tête. (…)"

Commentaires

La photographie du monument érigé au lieu de la bataille décrite par Paoli est un élément très intéressant puisque sur celui-ci sont inscrits les noms des combattants tombés suivi de la mention "FTP". Sur le registre des décès de la commune de Veaugues, ils sont enregistrés comme FFI.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 20/11/2011

Dans les récits de cet événement , Daniel, le chef de ce groupe aurait échappé "par miracle" à cette hécatombe en réussissant à s'enfuir.
Selon une récente information, puisée à une source mémorielle très fiable, Daniel n'aurait pas échappé à l'hécatombe, car il était ce jour là en galante compagnie à Herry.
Ce qui n'est pas sans poser de nouvelles et sérieuses questions à l'historien.
NB: cette info est postérieure à la sortie du livre "Dans le labyrinthe des secrets de la Libération"

Écrit par : Moreux Gilbert | 20/11/2011

Il est heureux que Gilbert Moreux et Jacques Gimard fassent jaillir la vérité sur ces événements. Le fait que les FTPF et les résistants - habituellement promps à réagir quand ils ont raison - ne contestent pas ces versions prouvent que les 2 auteurs, rapportent la réalité des faits.
De même quand en septembre dernier, j'ai déclaré dans la presse (encadré du Berry républicain du 07/09/2011) que la ville de Bourges n'avait pas été libérée par la Résistance, contrairement à ce que la conscience populaire croit suit au "bourrage de crâne" des suppos des maquisards, je n'ai pas été contrer publiquement, mais une "icône" locale d'un movement de résistance intérieure - présentée comme telle - ne me salue plus depuis. Dire la vérité est dérangeant pour une poignée d'individus noyée dans ses croyances mais j'ai reçu beaucoup de remerciement pour avoir "éclairé" la population sur la vérité historique : j'oeuvre pour cela à travers mes écrits.

Écrit par : Michel Coquery | 24/11/2011

Organise une conférence à Aubigny...

Écrit par : Philippe | 24/11/2011

Il est possible que je fasse des exposés quand mon nouveau livre sera sorti, en s'appuyant dessus, mais cela risque d'amener des tensions.

Écrit par : Michel COQUERY | 24/11/2011

Les albiniens assument leur histoire

Écrit par : Philippe | 24/11/2011

C'est vrai mais ce n'est pas le cas artout dans le département de la part d'une faction bien connue.

Écrit par : Michel COQUERY | 24/11/2011

Pourquoi ne pas organiser un débat avec des spécialistes tels G Moreux, J Gimard...

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 25/11/2011

Dommage que le débat autour de l'Affaire Paoli fût escamoté à Aubigny... Les édiles de la cité des Stuarts sont bizarrement restés silencieux à ma proposition de conférence-débat. Dès lors, je n'ai pas cru devoir insister... Amère déception de la part d'un Berrichon de souche puisque mon père est natif d'Aubigny. Preuve qu'en Berry aussi, nul n'est prophète en son pays...:)
Je profite de ce petit mot pour remercier les Albiniens qui ont glissé leurs commentaires, à la fois éclairés et passionnés, dans les colonnes de ce sympathique blog...
Bien à vous
JG

Écrit par : Jacques | 25/08/2012

Les commentaires sont fermés.