Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

VOYAGE EN SOLOGNE (premier) du Prince-Président Louis-Napoléon – Docteur Augustin Dubois.

Lauroy.jpg

Le docteur Alphonse Chevalier (1823-1906) avait acquis une solide réputation en s’occupant de l’état de santé de la population de Lamotte qui est assez médiocre compte tenu des étangs et des marais malsains. Le travail ne manque pas. En 1890, il est élu Maire de Lamotte, il démissionnera en 1902 prenant prétexte que lors d’un renouvellement du bureau, il n’avait pas été réélu à l’unanimité (il lui manquait une voix !). le docteur Herve lui succède sans succès, il fera donc appel à un jeune médecin originaire de Saint-Viâtre : le docteur Augustin Dubois. Ce fut, comme le docteur Alphonse Chevalier, un excellant médecin solognot. Si le docteur Alphonse Chevalier se passionnait pour les affaires communales, Augustin Dubois Napoleon_III.jpgétait un amoureux et passionné de la Sologne. Grâce à son habit de médecin de campagne, à la fois vertueux guérisseur et confident des potins les plus secrets, il nous a livré des instantanés vivants et des souvenirs historiques de patois. Il a acquit au cours de ses tournées de visite une sagesse, un savoir, une culture de la Sologne qu’il aimait a faire partager, transmettre. Il publia, à compte d'auteur : Sologne d’Antan, Les anciens livres de colportage en Sologne, Une ferme solognote au XVIIIème siècle, etc.... La Sologne a dû attendre le XIXème siècle pour qu'une véritable opération de réhabilitation et de modernisation soit engagée. Napoléon III n'est pas pour rien dans ce renouveau... Lors de son voyage en Sologne du 22 avril 1852, Louis Napoléon-Bonaparte donne son accord pour la reprise des travaux et la section comprise entre Launay (commune de Blancafort) et le Coudray (Brinon-sur-Sauldre) est réalisée de 1852 à 1860. Par la suite, associant la sylviculture, l'agriculture, l'élevage et la pisciculture, la remise en valeur de la Sologne redevenue salubre continue mais devient secondaire par rapport aux intérêts de la chasse. La Sologne est "à la mode" pour des capitalistes parisiens ou autres qui la couvrent de châteaux à la Belle Epoque... Dans la transformation de la Sologne au XIXème siècle, l'œuvre du Second empire n'est qu'une étape, surtout marquée par l'intervention de l'Etat.

 

Château de Brinon.jpg

Grâce à son petit fils, Pierre-Alain, vous pouvez lire les notes d’histoire locale, transcrites par le docteur Augustin Dubois, à propos du premier voyage en Sologne du Prince-Président Louis- Napoléon. J’ai un faible pour son passage au Château de Brinon, et la fameuse guerison...cliquez ICI

Publié de 25/11/2011

Les commentaires sont fermés.