Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2011

L’ENCADREMENT DES PLANTATIONS DES VIGNES disparaîtra au niveau européen le 1er janvier 2019…tout le monde pourra planter de la vigne... producteurs et consommateurs sont mobilisés pour "défendre notre patrimoine viticole".

Le vent de libéralisation qui souffle sur la scène européenne n’a pas épargné le vin.  Si rien ne change, le 1er janvier 2016, l'encadrement des plantations disparaîtra au niveau européen. Jusqu’au 31 décembre 2018, les pays qui le souhaiteront pourront prolonger le système. Dès le 1er janvier 2019, tout le monde pourra planter de la vigne où bon lui semble, sur l'ensemble du territoire de l'union y compris dans les Etats membres où il n'y a pas de vigne aujourd'hui. Pas de quoi se réjouir de  la vigne en Sauldre Sologne!

Sur les 27 pays membres de l’Union européenne seuls les 12 pays producteurs membres sont pour revenir sur la libéralisation des droits de plantation. Vous savez combien les règles de vote à la majorité absolue extrêmement complexes au Parlement européen. Pour en savoir plus > cliquer ICI

 

 défendons notre patrimoine viticole.jpg

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Buvez avec modération.

Commentaires

Je suis contre cette libéralisation afin de garder la spécialité agricole de chaque région et la typicité de leur produit.

Écrit par : Michel COQUERY | 27/11/2011

On ne peut pas répondre à cette difficile question d’un mot sans tomber dans la pire des démagogies :
En 1995, pendant la semaine sainte, pour RCF en Berry et à l’invitation du député de l’Indre, j’ai fait un reportage sur le votre de la loi OCM vins de l’époque. J’avais constaté que grâce au combat de Philippe Martin, vigneron champenois du même groupe que le dit député, par un combat d’amendements, la loi du rapporteur Fantuzzi avait préservé l’essentiel, les quotas de marchés et l’inscription des protections de zone dans la loi européenne.
Au retour, je m’arrête à Reims à l’invitation d’un parent. J’étais en avance et j’achète les deux quotidiens locaux qui avaient eu à peu près la même analyse que moi.
Chez moi, j’appelle le président des vignerons sancerrois pour lui proposer le bon demi mètre de hauteur de doc. Réponse : Pas la peine on connaît déjà tout ça.
A la Pentecôte suivante, en période de présidentielles, discours à la Mignonne pour l’inauguration de la foire aux vins. Pis que pendre sur l’Europe, sur cette loi qui semblait pourtant protéger les vignerons. C’est pourquoi, depuis, j’ai la plus grande méfiance vis-à-vis des orateurs et de leur claque qu’on clic ! ou de leur clique qu’on voudrait claquer !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/11/2011

Les commentaires sont fermés.