Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2011

André NAUDY, lieutenant-colonel, As 39-45, trouve la mort le 18 avril 1946 à Vailly sur Sauldre, dans le crash de son chasseur-bombardier P 47 Thunderbolt

Concernant les avions abattus et disparus dans le Cher-Nord, ce n'est apparemment pas ça qui manque... Entre les avions français abattus en 1940, les avions allemands et le combat aérien au-dessus de Sury-ès Bois/Pierrefite en 1944...Le crash de la-forteresse volante à Assigny....

André Naudy (Meyrueis 19 juillet 1904), lieutenant-colonel, As 39-45, Officier de la Légion d'Honneur, Médaille de la Résistance avec Rosette, Croix de guerre 39-45 avec palmes,  trouve la mort  le 18 avril 1946 à Vailly sur Sauldre, dans le crash de son chasseur bombardier P 47 Thunderbolt.

P-47 Thunderbolt hiver ffl 44-45.jpg

André Naudy, fils de gendarme, s'engage à 20 ans dans l'Armée de l'Air. En 1928 il est reçu à l'Ecole d'application de l'aéronautique à Versailles. il est breveté pilote le 1er octobre 1929. En octobre 1931 il est promu au grade de lieutenant.

En 1936 il est capitaine. Chef de patrouille en 1938, et obtient la croix de guerre avec palme puis est nommé Chevalier de la Légion d'honneur. Lieutenant-Colonel en 1944.

En 1939 André Naudy  est affecté au G.C. II/3 sur avion Morane 406 puis sur Dewoitine 520. Commandant la 5ème  escadrille, il est abattu et blessé le 31/05/1940.

André Naudy, commandait un groupe de chasse à Clermont-Ferrand jusqu'à sa dissolution en 1942, placé en congé d'armistice le 1er septembre/1943. Recherché par la Gestapo, il se réfugie à Graulhet où il entre dans la résistance (groupe Vény) et dirige le secteur de Graulhet, son groupement libère Albi en 1944

P-47 Thunderbolt 2.jpg

En novembre 1944 le Lieutenant-Colonel André Naudy, officier de la Légion d'honneur est affecté au Ministère de l'Air.

L’ As 39-45 avec 5 victoires homologuées, André Naudy meurt pour la France en service commandé sur avion P-47 Thunderbolt,  le 18 avril 1946 à Vailly sur Sauldre. Il avait 2500 heures de vol dont 180 de nuit.

La promotion 1968 de l'École Militaire de l'Air porte son nom, une rue de Graulhet porte son nom.

André Naudy repose dans le cimetière de la paroisse de Saint-Memy,

Illustration : P-47 Thunderbolt des forces françaises libres pendant l'hiver 1944-45, l´avion le plus craint par les Allemands.

Commentaires

Très intéressante information. Je découvre cet accident aérien de ce pilote - pas encore un as avec 5 succès - à comparer à ceux du Français Fonck (75 victoires en 14-18) ou de l'Allemand Rudel (qq centaines en 39-45). Je reviendrai sur ce post prochainement, trop pris actuellement.

Écrit par : Michel Coquery | 26/12/2011

Les pilotes militaires de l'armée de l'Air française crédités de cinq victoires au cours de la seconde guerre mondiale sont des AS. Avec 5 victoires homologuées André Naudy est un As 39-45. Le meilleur d’entre eux était Pierre Clostermann avec 33 victoires.

Écrit par : Philippe | 26/12/2011

Comment ça le Turélien, le plus lettré, ignore ce qui ce passe au chef-lieu ?

Écrit par : Philippe | 26/12/2011

Le Thunderbolt américain était un très bon avion de chasse.
Oui, j'gnorais ce fait, comme beaucoup de gens du Pays-Fort sans doute. Quand je ne sais pas, j'assume de le dire.
Si le critère d'as est retenu pour cinq victoires hommologués - ce qui est déjà une performance - comment classer et désigner :
- l'as allemand Erich Hartmann qui est le pilote-recordman des victoires aériennes de tous les temps et de tous les pays, avec 352 appareils descendus. Les Russes l'emprisonnèrent pendant 10 ans, jusqu'en 1955, pour "sabotage de l'effort de guerre de l'URSS".
- Hans Rudel, pilote allemand, lui aussi, le militaire le plus décoré ; il détruisit 519 chars soviétiques ; il détient le record mondial absolu des missions de guerre, avec 2.530 missions à son actif.
Sources : mon livre "Quand la guerre ne se dérobe pas".

Écrit par : Michel Coquery | 26/12/2011

Coinnais-t-on les circonstances de l'accident, qui en fait est un accident de travail ?

Écrit par : Michel Coquery | 26/12/2011

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai boulot d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.