Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2012

"PEUT-ON SORTIR DU NUCLEAIRE" ? Après Fukushima, les scénarios énergétiques de 2050

Fukushima ! Un nom que certains font sonner comme Hiroshima… après Tchernobyl. Faut-il « sortir du nucléaire » ? Et le peut-on ?

PEUT-ON SORTIR DU NUCLEAIRE.jpg

 " Peut-on sortir du nucléaire ? " est fondé sur une double expérience : l’approche universitaire du Pr Jacques Foos, titulaire pendant 25 ans de la chaire de sciences nucléaires du Conservatoire National des Arts et Métiers, et l’approche médiatique d’Yves de Saint Jacob, ancien rédacteur en chef de l’Agence France-Presse.

Jacques Foos.jpgC’est la question à laquelle Jacques Foos, ancien titulaire de la chaire de sciences nucléaires au Conservatoire des Arts et Métiers et désormais formateur, et Yves de Saint Jacob, journaliste ancien rédacteur en chef de l’AFP, tentent de répondre dans leur livre, disponible en librairie. Une idée forte traverse le livre : le monde consomme beaucoup d’énergie et va en consommer trois ou quatre fois plus d’ici 2050. Nous aurons du mal à répondre à la demande, il faudra économiser au maximum et en même temps accroître beaucoup la production. Il faudra développer toutes les sources d’énergies. Il est inutile de les opposer les unes aux autres. On ne pourra se passer d’aucune d’entre elles. Et notamment pas du nucléaire…

L’intérêt du livre est de replacer le nucléaire français dans son contexte international. L’approche trop souvent franco-française des milieux politiques, obsédés par les symboles médiatiques comme la fermeture de Fessenheim ou la poursuite de Yves de Saint Jacob.jpgFlamanville, avait par exemple complètement occulté les questions du retraitement et du MOX, sujets qui déterminent largement l’avenir de la place de la filière française sur le marché mondial. La réalité a débusqué le paragraphe essentiel dans l’accord PS-Verts !

Le livre montre bien que si l’Allemagne peut sortir du nucléaire et la France éventuellement réduire sa part, la planète, elle, ne sortira pas du nucléaire. La Chine, l’Inde, la Russie, l’Afrique du sud ont besoin d’énergie et ne peuvent se couper d’une source puissante. Même l’Europe ne sortira pas du nucléaire, puisque la Grande-Bretagne, et beaucoup de pays du Nord et de l’Est continuent.

C’est l’idée principale de la première partie du livre. Le monde va consommer au moins trois fois plus d’énergie à l’horizon 2050, même s’il économise au maximum. Nos enfants auront du mal à répondre à la demande, il leur faudra accroître beaucoup la production, donc développer toutes les sources d’énergies. Il est inutile d’opposer le nucléaire aux renouvelables. Il faudra faire tout…

PEUT-ON SORTIR DU NUCLEAIRE verso.jpg

Cette soif d’énergie n’est pas une folie humaine ou une marche suicidaire vers le "gaspillage". Elle répond seulement à la croissance démographique (nous venons de passer 7 milliards, et nous serons 9 ou 10 milliards en 2050) et à la mondialisation. Autrefois confinés dans leurs frontières, les habitants des grands pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil, aspirent au même bien-être que le monde occidental. Un bien-être qui ne signifie pas seulement société de consommation, mais aussi des besoins de base, comme la santé, l’éducation, l’alimentation, qui requièrent beaucoup d’énergie. Au bout du bout, il y a toujours des kWh…

Les commentaires sont fermés.