Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2012

L'HALLALI…. On va bientôt voir les haruspices s’emparer de la communication électorale

Hier j’ai mis, hier, cette image sur mon mur de Facebook : 30 commentaires ! Pas tous  très fins….

jau en barbouille.jpg

Nicolas Bay, responsable de la communication électorale de Marine, va se laisser pousser la moustache pour se la friser !

sanguette.jpgSi vous n’êtes, comme moi, pas de la génération de petits français, qui dessinaient pour représenter un poisson un rectangulaire à la communale. Il n’avaient qu’un poisson pané findus!..Vous avez-vu vos grand-mères égorger les poulets, arracher un œil aux lapins, pour les saigner. Couper sur un billot avec une civet.jpgserpe sur un billot la tête d’un canard de barbarie…qui fuyait sans tête.

Vous saliviez en voyant la scène à une bonne sanguette, à un civet de lapin au sang ou au jau, dominical cuit en "barbouille". Une recette berrichonne, très prisée des vignerons sancerrois, un plat qui mijote en ragoût, servi avec une sauce liées avec le sang que l’on a gardé.

Mes grand-mères, bonnes catholiques pratiquantes, plutôt grenouilles de bénitier, ne suivaient ni les prescriptions de la Torah, ni celles templum.jpgde la loi islamique concernant l'abattage de tous les animaux. Elles perpétuaient la tradition séculaire, comme les tu’eux d’cochon qui égorgeaient, sous de grands cris.

Ça vous fait gerber ?

Boucher hallal, il y longtemps que ça existe, même dans nos abattoirs locaux (plutôt ce qui en reste). Celui qui opérait à Blancafort à la Célavol, habitait il y a quelques années dans ma rue. Un voisin, poli, charmant.

En cette période électorale j’attends que les Augure.jpgaugures s’adonnent à lecture des entrailles. Je suis certain que nous allons bientôt voir la vidéo d’un candidat haruspice, jugeant à la Celavol le bon état du templum (foie) et nous distiller l'avis du dieu sollicité.

Où donner nous donner l'avis des "poulets sacrés" du Laos. Vieille coutume de l'armée romaine en déplacement à l'autre bout de l'empire avait besoin d'avoir l'avis des dieux avant de livrer une bataille. Le "poulet sacré"» est le moyen bien pratique d'avoir un templum en dehors de Rome ou de la cité romaine d’Albinacus. Si le poulet mange le grain donné, c'est un bon signe…

Commentaires

C'est lorsqu'on les a élus qu'ils mange le blé qu'on leur donne, nos poulets !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 21/02/2012

les temps ont changé ; si on avait décidé d'assommer les bêtes avant de les tuer , c'était pour une bonne raison...
Oui , j'ai connu tout ça ; oui , je me suis évanouie devant un lapin , une poule qu'on saignait...
Et jamais je n'oublierai les cris des cochons que mes voisins égorgeaient dans leur ferme pas assez éloignée.
Ce n'est pas une question de religion , je m'en moque.
Même un cafard , je l'écrase d'un seul coup.

Écrit par : Claudine | 22/02/2012

Je laisse le texte de côté.... Vous pourriez respecter les droits des auteurs des illustrations en citant leur nom et la source du « pompage » de l'image, non ? En l'occurrence louis-garden et wikipédia pour la reproduction du tanazar (un pleureur et non un haruspice). Merci

Écrit par : louis-garden | 26/02/2014

Les commentaires sont fermés.