Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2012

LA FONDATION CAMBOURNAC, va devenir la propriété de la ville d’Aubigny

Edité le 01/03/2012

Lors du conseil municipal du jeudi 22 mars 2011, la volonté de faire entrer la "Fondation Cambournac" dans le domaine municipal a été ré-affirmée

 

La Fondation Cambournac, construite par la Maison de retraite grâce à  Antoine-Espere Cambournac a être acquise par la ville d’Aubigny.

Cette construction, propriété de l’EHPD les Augustins, était jusqu’à peu utilisée, principalement, comme école maternelle. La ville d’Aubigny en jouissait pour un loyer, presque symbolique. Les 200000€ de la cession vont permettre de financer une partie le chantier, en cours, d’agrandissement et rénovation de la maison de retraite. Un investissement lourd (exemple cette première tranche).

CP Cambournac.jpg

La réalisation de ce bien va impacter, à la baisse (espérons), le prix de journée de l’EHPAD Les Augustins…ce qui va faire plaisir au bon docteur Cambournac.

Un article du Journal du Cher, de M. Duchapt, conseiller à la Cour impériale de Bourges dit: "La veille de sa mort, M. Cambournac dit à M. Léon Turmeau, juge de paix d'Aubigny, son beau-frère, qu'il n'avait pas fait de dispositions, mais qu'il désirait que ses recouvrements fussent abandonnés, par ses soins, aux bureaux de bienfaisance d'Aubigny et de Bourges, un tiers à celui de la première ville et deux tiers à celui de la seconde, et qu'on donnât, en son nom, aux hospices d'Aubigny et de Bourges, dans la même proportion, différentes créances s'élevant à 24,637 Fr. 50 c. Les recouvrements, d'après un état dressé par M. Cambournac, au mois d'avril, et qui ne comprenait que les clients aisés, s'élevaient à 6,572 Fr. — Il est inutile d'ajouter que les sœurs du défunt et son beau-frère  (Léon Turmeau a été maire d’Aubigny pendant 25 ans) ont rempli ses intentions et ont remis à qui de droit les créances et les recouvrements."

Il semble que l’exécution des volontés de Spire Cambournac ont été plus difficiles que Théophile Duchapt veut bien le dire….

Dans "Traité théorique et pratique des dons et legs aux établissements publics ou d'utilité publique: aux congrégations et communautés religieuses, aux associations syndicales, aux syndicats professionnels aux pauvres, aux communes, aux départements, aux colonies et à l'état (1896)" et autres ouvrages traitant des jurisprudences de la Cour de cassation nous lisons que "Spire Cambournac, a fait au profit de l’hospice d'Aubigny un legs de 40000 francs, avec indication d'employer 30000 francs à la fondation et à l'entretien, a Aubigny, avec les autres ressources. Un leg autorisé par arrêté préfectoral  le 28 mars 1881 mais contesté par Mademoiselle Cambournac, légataire, ledit legs était parfaitement valable et sa décision, contre laquelle le légataire universel de la demoiselle Cambournac s'était pourvu devant la Cour de cassation, a été maintenue par un arrêt de cette Cour du 26 mai 1894"….

En tout cas le legs du docteur Cambournac  représentait une somme assez considérable pour l’époque (le coefficient de transformation du franc de 1900 en euro 2011 est de 3.66).

Illustration : carte postale, construction de la Fondation Cambournac école maternelle...Espérons que le "Vieil Aubigny 2012" va rebondir sur cette actualité.

Les commentaires sont fermés.