Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2012

MÉLOÉ, parfois Méloë, un prénom peu usité pour petites demoiselles, mais aussi le patronyme d’un insecte rencontré en Pays-Fort…

Le Méloé printanier (Meloe proscarabaeus)  ou méloé enfle-bœuf rencontré hier dans le parc du Château d’Ivoy, est un insecte de l'ordre des coléoptères.

Méloé 4.jpg

Il est de couleur bleu-noirâtre d'environ 3 cm maximum, le mâle est plus petit. Les élytres, courts et mous sont légèrement écartés à l'arrière. Les femelles possèdent un gros abdomen non couvert par les élytres

Méloé 1.jpgLe cycle vital est complexe : les jeunes stades parasitent les abeilles. La femelle pond plusieurs milliers d'œufs dans le sol en les déposants par petits groupes séparés. La ponte a lieu au printemps et les œufs éclosent en larves pourvues de fortes griffes, les triongulins. Ces larves primaires grimpent sur les fleurs et attendent l'arrivée de l'abeille. Celles qui réussissent à se faire transporter jusqu'au nid se détachent et se nourrissent d'un œuf, puis des réserves de pollen et de nectar. Elles subissent des mues1. La nymphose a lieu après la période hivernale. L'adulte est phytophage.

L'insecte se rencontre de mai à juillet.

Méloé 3.jpgDérangés les Méloës émettent une sécrétion huileuse contenant de la cantharidine (sang de l'insecte, il s'agit d'une saignée réflexe). Cette substance est vésicante lorsqu'elle est appliquée sur la peau, et supposée probablement à tort, mais hélas pour la petite bête, aphrodisiaque et nauséabonde, d’où leur nom anglais "oil beetle". Une substance toxique, ce qui les a fait parfois désigner sous le nom de cantharide, qui correspond en réalité à une autre espèce de coléoptère. Il est probable par contre que cette substance lui ait valu le nom d’enfle-bœuf car elle peut être responsable d’intoxication en cas d’ingestion.

 insecte.jpg

Assez courant en Europe en particulier sur les plaines argileuses et calcaires, les sols dégagés et herbeux. Protégé en Ile-de-France depuis 1993…respectez-le en Pays-Fort.

Les commentaires sont fermés.