Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2012

RICHMOND "ce coquin de Buonaparte m'a volé mes orangers"

Philippe Aubert de Gaspé, avocat, écrivain, cinquième et dernier seigneur de Saint-Jean-Port-Joli (comté de L’Islet), né à Québec le 30 octobre 1786, décédé à Québec le 29 janvier 1871, inhumé dans l’église de Saint-Jean-Port-Joli. Il fut contemporain du duc d’Aubigny, spolié par Napoléon Ier

Louise dans son orangerie.jpg

D’un caractère généreux et enthousiaste, le jeune de Gaspé, au début de sa carrière, avait pour lui tous les avantages : haute naissance, aisance financière, excellentes études, relations avantageuses dans les milieux politiques, juridiques, militaires, sociaux et mondains. On le voit participer à une foule d’initiatives culturelles, sportives et même financières. Il fut notamment vice-président de la première société littéraire de Québec, 1809, membre fondateur du Jockey Club, 1815, et de la Banque de Québec, 1818. En plus il avait reçu, dès 1804, une commission de lieutenant de milice de la ville, faubourg et banlieue de Québec ; en 1812 il devint capitaine au 1er bataillon de la ville de Québec et banlieue et fut promu la même année à l’état-major du Bas-Canada, comme assesseur adjoint. Il pratiqua le droit à Québec et "à la tournée de Kamouraska" jusqu’au 9 mai 1816 alors qu’il reçut une commission de shérif du district de Québec.

Charles Lennox gouverneur.jpg

En cette qualité, c’est lui qui eut la charge ou l’honneur d’accueillir Charles Lennox, 4e duc de Richmond et de Lennox, 3è duc d’Aubigny comme gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique. Richmond nommé le 8 mai 1818, arrive à Québec le 29 juillet 1818.

Les instructions qu'il a reçues lui enjoignent d'améliorer la défense des colonies, la navigation intérieure et d'encourager l'immigration britannique. Après une tournée d'inspection, il recommande de construire un canal à Lachine ainsi qu'entre les lacs Ontario et Érié. Il conseille aussi de construire une route militaire entre le Bas-Canada et le Nouveau-Brunswick…

Philippe Aubert de Gaspé.jpg

Les Mémoires de Philippe Aubert de Gaspé, publiées en 1866, sont une compilation d'un ensemble de souvenirs de jeunesse de l'auteur. Philippe Aubert de Gaspé est âge soixante-dix-neuf ans au moment de la rédaction des Mémoires. Les anecdotes datent pour l'essentiel des années 1780 aux années 1820 et se déroulent dans la ville de Québec ainsi qu'à Saint-Jean-Port-Joli, où se situe le manoir de la seigneurie familiale.

Philippe Aubert de Gaspé y rapporte cette conversation du gouverneur : …"Le type des aïeux s'était admirablement conservé dans ces deux hommes. Ils conversèrent longtemps ensemble vers la fin de la soirée. Nous fîmes cercle à distance respectueuse, et j'entendis le duc répéter deux à trois fois: " Ce coquin de Buonaparte (un anglais ajoutait toujours, alors, un mot injurieux en prononçant le nom du géant enchaîné sur le rocher de Sainte Hélène) ce coquin de Buonaparte m'a volé mes orangers." Il faisait, je suppose, allusion à des orangers de son duché d'Aubigny. Leur conversation était en français: langue que le duc parlait aussi purement que son interlocuteur: on aurait cru entendre deux parisiens converser ensemble...."

Illustration, reconstitution, Louise de Keroual visitant son orangerie.

Commentaires

Le Gouverneur du Québec sera-t--il invité le W-E prochain à la Verrerie?

Écrit par : Philippe | 20/05/2012

Les commentaires sont fermés.