Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

LE VIN au menu politique en sancerrois : la Déclaration Préalable à l’Embauche (DPAE) et du Titre Emploi Simplifié Agricole (TESA) guest stars de la campagne des législatives.

Lors de l’embauche d’un salarié, l’employeur est tenu d’en faire la déclaration à la caisse de MSA du lieu de travail du salarié, laquelle peut l’aider dans ses démarches, l’informer sur ses droits et obligations d’employeur.

Fromion lettre.jpg

Afin de simplifier les formalités liées à l'embauche et l'emploi de salariés, des imprimés spéciaux ont été prévus : la déclaration unique d'embauche (DUE) et le Titre Emploi Simplifié Agricole (TESA).  Si vous voulez  en savoir plus...

Grâce au haut débit, ces déclarations peuvent être faites en ligne..

Le TESA a été créé en 1997 afin de lutter contre le travail dissimulé et de simplifier les formalités liées à l'embauche à l'embauche et à l'emploi des travailleurs saisonniers dans le secteur de la production agricole.

Depuis le 1er août 2011, la déclaration unique d'embauche (DUE) a évolué en fusionnant complètement avec la déclaration préalable à l'embauche (DPAE).

agriculture.jpg

Mais voilà le "députésortantcandidat" n’est aux affaires que depuis l’année où la TESA est née (5484 jours soit 15 ans et 5 jours) et n’a pas pris le temps d’apprécier son application dans le monde agricole.

Titillé par Denis Vacheron à la tête de l'Union Viticole du Sancerrois, figure emblématique de la profession, le membre du bureau de l’Association Nationale des Elus de la vigne et du Vin a fait ce qu’il sait le mieux faire : écrire une lettre....

Sauf qu’il ne publiera pas la réponse…Il a oublié que le Préfet et la présidente de la MSA sont tenus, en période électorale, au devoir de réserve….

Commentaires

et dans le vignoble de Saint-Martin ?

Écrit par : Jus | 06/06/2012

Nous avons l'habitude des logorrhées de Denis Vacheron dès qu'il s'agit de relations avec l'administration. Et, souvent, cela se termine par l'évocation de l'occupation et de la Résistance.
Certes, il y a une clientèle pour ce genre de discours. Faut-il pour autant courir aux voix dans ces conditions ? Ne faudrait-il pas plutôt un rappel aux règles républicaines du respect des lois et de la règlementation, qu'elle soit fiscale ou du travail. Nous avons vu certain député être intransigeant lorsqu'il s'agit de défendre son honneur face à la parole. Que fait-il lorsque l'administration est attaquée verbalement telle que décrit dans la lettre dont nous avons un lien sur cet article ?

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 06/06/2012

Les commentaires sont fermés.