Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2012

FIN de règne ?

Quelle semaine…de candidat!

Il lui a fallu mettre de l’eau dans son vin…à Sancerre…

Manger de la dinde à tous les repas…

Et voilà que le BR fait sa "une" avec "la filière pommes du Cher en péril"…

Bernadette à Saint-Martin.jpg

Et oui depuis qu’il a fait croquer, en bord de route, le 3 novembre 1999, une pomme à Bernadette à Saint-Martin ….et décrété la consommation de pommes à l’école, il n’y pas eu de miracle.

Alors avec ces doses d’adrénalines, le "députésortantcandidat" à publié de suite, trois billets, sur son site de campagne…un peu en jachère…

"Campagne...Ambiance…"Militaires du Cher..."Industries d'Armement du Cher...Etat d'Alerte"…"Demande d'explication au Préfet pour viticulteurs"

Le webmaster n’aurait pas dû mettre de compteur…

Commentaires

L'asticot...une truite n'en voudrait pas!

Écrit par : Dudule | 07/06/2012

Les lobbies sont en train de vendanger.
Mais ce genre d'interventions est-ce le rôle désigné aux législateurs par la constitution ?

Je veux la réunion de Sancerre où mon neveu affirme et réaffirme que l'ocm vins est issue de la commission - c'est tellement facile d'attaquer les technocrates devant un élus alors que, comme en 1995, c'est au parlement qu'elle a été débattue.
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=CRE&reference=20081119&secondRef=ITEM-019&format=XML&language=FR

Et aucun des deux, selon la Voix du Sancerrois, n'a relevé cette erreur. C'est vrai que, lorsqu'on a voté une loi qui est équitable mais paraît désavantager l'interlocuteur, c'est difficile de se justifier.

Lorsque j'avais accompagné Edouard des Places à Strasbourg, Villiériste de l'Indre, il m'avait évoqué une décision du parlement qui voulait favoriser la reconstruction de l'Irlande après la paix et dont les conséquences avaient été la délocalisation d'usines, dont une de Châteauroux ou sa banlieue. Il m'évoquais son cas de conscience et redoutait l'attitude de la population locale lorsqu'elle apprendrait la cause du départ de l'usine. "Et pourtant, il faut bien les aider à se reconstruire" m'avait-il dit. Une attitude courageuse qu'on aimerait voir plus souvent

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 07/06/2012

Les commentaires sont fermés.