Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2012

DILEMME CORNELIEN pour les électeurs albiniens : renvoyer le "députésortantcandidat" au Palais Bourbon et perdre leur maire…où le conserver à Aubigny ?

Le "députésortantcandida"t n’a pas capitalisé l’information, sur sa popularité, que lui ont donné ses concitoyens le  9 mars 2008. Près du tiers des votants avaient déposé un bulletin nul ou blanc (*) dans les urnes albiniennes.

Vote Blanc.jpg

Certes les électeurs n’avaient pas le choix, mais le même jour, dans des conditions semblables, le conseiller général n’a recueilli la moitié moins de bulletins blancs.

Ce désamour a été confirmé dimanche dernier. Le député-maire a perdu 26% de ses voix at home entre les deux 1er tours des législatives (2007 et 2012).

Dilemme cornélien pour les électeurs albiniens : renvoyer le "députésortantcandidat" au Palais Bourbon et  perdre leur maire…où le conserver à Aubigny ?

François Hollande l'a affirmé : "un parlementaire ne pourra plus être membre d'un exécutif local".

Qu’elle sera la véritable motivation des albiniens dimanche?

Vont-ils voter pour conserver leur maire ?

(*) concernant le vote blanc le députésortantcandidat, fait preuve d’une grande ouverture d’esprit et de pragmatisme. Il est sans état d’âme et pas rancunier...

Le Berry Dimanche  du 18 octobre 2009, reprenait ce post du 28 septembre 2009 mis en ligne dans le blog l’Agitateur : "Le député UMP de la 1ère  circonscription du Cher, Yves Fromion, est co-signataire d’une  proposition de loi tendant à la prise en compte du vote blanc lors des différents scrutions électoraux. L’exposé des motifs précise que "un bulletin blanc n’est ni une abstention, ni un vote nul. Il marque au contraire un choix, une volonté politique déterminée, de participer au vote. Chaque électeur doit avoir ainsi le moyen d’exprimer son opinion ; celle que l’offre politique du moment ne correspond pas à son choix. "Cette proposition de loi, déposée en Juin 2008 a été renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Visiblement, la reconnaissance du vote blanc n’est donc pas une urgence semble-t-il. A  noter que la question du vote blanc avait déjà fait l’objet d’un débat et d’une loi  en 2003. L’Association pour la reconnaissance du vote blanc milite depuis de nombreuses années en faveur d’une véritable reconnaissance du vote blanc."

Commentaires

On va être généreux avec Aubigny... on va essayer de vous aider à le garder... à Aubigny !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 15/06/2012

il serait quand même plus intelligent de le renvoyer à la chambre des députés, ou il fait pas trop mal son travail, au lieu d'envoyer une gamine, coincé puisqu'elle refuse un débat, ce qui indique la méconnaissance des dossiers. Quand je la voie j'ai l'impression de voir ma fille de 20 ans, et encore, elle, elle lui serait rentrer dans le tas à Fromion. Il faut être intelligent un instant, on ne s'improvise pas députés du jour au lendemain, et en ce moment la France n'a pas le temps de former des apprentie!!!

Écrit par : Nicole | 15/06/2012

chère Madame, je n'ai pas la prétention d'être intelligent. Ni charitable de vous le laisser.
Quant à votre analyse, je ne la partage pas. Car, pour le citoyen, ce n'est pas en étant noyé de vociférations que l'on est instruit. Et ces débats codifiés doubles monologues n'apportent rien à la démocratie. Plutôt que par un média partisan - on voit le ton de l'édito - il est préférable d'établir un dialogue direct avec le citoyen.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 15/06/2012

Tout a fait d accord avec vous Jean-Baptiste!

Écrit par : Lalbinien | 15/06/2012

je suis moi aussi d'accord avec Jean-Baptiste. De plus , chère madame il semble que vous ayez une méconnaissance du fonctionnement de l'Assemblée, de son histoire et des députés issus du peuple qui s'y sont illustrés. car un député c'est avant tout un élu du peuple et non pas celui d'une classe de pouvoir local.

Écrit par : GUERAUD | 16/06/2012

Les commentaires sont fermés.