Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2012

MUSEE DE LA RESISTANCE du Cher, "on constate sa connotation politique"…"on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières".

croix drapeau.jpgJe ne sais pas si vous avez-lu le commentaire que Gilbert Moreux a déposé sur le post consacré à Pierre Rateau ?:

« Tout d'abord, j'adresse mes condoléances à la famille de Pierre Rateau, de nouveau  en deuil…Lorsqu'on parle de Pierre Rateau, on imagine tout de suite la France-Libre et la Résistance à l'occupant. Qu'il ait peu de place au Musée de la Résistance du Cher, est un fait. Tous les connaisseurs de l'époque qui ont visité le Musée ont constaté dès l'abord, sa connotation politique. Quand on lit que ce musée veut "mettre en avant ses finalités scientifique et pédagogique", on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières, et  progressiste où Pierre Rateau aurait la place qui lui est due. »

Au soir du 18 juin jour de se souvenir de ces hommes, qui ont marqué la vie locale, pour lequel nous avons un devoir de mémoire :

 

Pierre Rateau est né le 14 mai 1913 à Aubigny sur Nère; il fut mobilisé en septembre 1939 comme Maréchal des Logis d'Artillerie. Pierre Rateau n’a pas entendu l’appel de pierrerateau.jpgGénéral et moins encore l’armistice de Pétain. Il est de ceux qui rendu les armes après la défaite officielle : le 25 juin 1940, au Donon, un réduit de valeureux combattant irréductibles,  dans les Vosges. Les allemands pour obtenir une reddition plus rapide ont fait a ces irréductibles une promesse chevaleresque de "conditions honorables" et autres civilités... Promesses fallacieuses ! Il est fait prisonnier et est interné à Strasbourg puis est transféré au stalag 1 B en Prusse orientale où il tente de s'évadé par la Hongrie mais sans succès. Envoyé à la frontière Russe il s'évade en mars 1941 avant d'être empri-sonné en Russie : Minsk, Smolensk et Grodno. Il se trouve dans la prison de Mitchourine lorsqu'il part rejoindre Londres grâce au Capitaine Billotte (qui deviendra général) avec 180 autres français... vous connaissez la suite

 

Fernand Mercier, un marin–ingénieur, né à Concressault, n’a pas enten-du le Général . C’est le discours défaitiste de Pétain qui  le motiva, lui et ses compagnons Fernand Mercier.jpgpour faire « évader » le Jean-Bart vers l’Afrique du nord. Il aurait pu renoncer à servir la France Libre après le 3 juillet 1940, quand la Royal Navy neutralise la flotte française à Mers-el-Kebir. Fernand Mercier, avant d’être exfiltré vers Londres, fut l’un des chefs du réseau de résistance Jade-Fitzroy, fondé en décembre 1940. Fernand Mercier déposa, le 18 juin 1984 une croix de Loraine au monument des déportés. Depuis cette date, l’Appel du 18 juin a été célébré sans défection à Aubigny. Pour en savoir plus

Pour en savoir plus...

 

Jean Boinvilliers je ne sais pas s’il a entendu ?  Né le 16 juillet 1921, Jean Boinvilliers dès juin 1940, interrompt ses éludes, rejoint le Général de Gaulle à Boinvilliers-Jean.jpgLondres et s'engage, à 19 ans, dans les Forces Françaises Libres. Il participe à la campagne du Tchad avec le général Leclerc  et termine la guerre dans la 2ème DB. Il fut capitaine de réserve d’artillerie coloniale, décoré de la Croix de Guerre, De la Médaille Coloniale (Fezzan-Tripolitaine) et de la médaille de la France Libre. Retournant à la vie civile , il devint Secrétaire général de la revue Réalités, un des titres les plus novateurs et les plus influents des années 1950 et 1960. Puis de directeur de La Nation, l'organe du mouvement gaulliste, dont le premier numéro sort le lundi 5 mars 1962. Jean Boinvilliers, sera député du Cher (2éme circonscription Vierzon-Sancerre),  du 9 décembre 1958  au 22 mai 1981. C’était un spécialiste de l’audiovisuel, en particulier de l’ORTF.

 

Pierre, Fernand, Jean ont retrouvé la vie civile...Certains comme Maurice-Ripoche

Maurice Ripoche  et  Pierre Diard ont connu un destin tragique.

Ils ont tous un point commun : leur mémoire a été effacée pas le CG18 et son fameux musée!

Maurice-Ripoche.jpg  Pierre Diard.jpg

J’espère que ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas attendu l’invasion de l’URSS par l’Allemagne le 22 juin 1941 et que Staline donne l'ordre aux communistes d'engager la résistance armée contre les Nazis pour entrer en résistance.

Commentaires

je ne connais pas du tout l'histoire locale mais cela m'étonne? un résistant est un résistant et ils on tous donné et bien donné.

Écrit par : GUERAUD | 19/06/2012

Passe au musée du CG18

Écrit par : Philippe | 19/06/2012

Entre ceux qui ont rejoint Londres après l'appel de de Gaulle le 18 juin 1940, ceux qui ont commencé à tisser des liens clandestins en 1941, ceux qui ont pris le maquis en 1943 et les résistants de septembre 1944, il y a plus que des nuances, et l'honneur des premiers mérite qu'on évite les confusions. La parabole des ouvriers de la onzième heure a des limites historiques, et la vérité des exigences.

Écrit par : Moreux Gilbert | 19/06/2012

Pour être fidèle à l'Histoire il faut dire et redire que le jour où de Gaulle appelait de Londres à la résistance contre l'envahisseur, le parti communiste demandait aux nazis l'autorisation de faire reparaître leur quotidien "l'Humanité".
C'est par glissement sémantique que les communistes laissent croire que leur lutte clandestine contre le régime de Vichy qui les pourchassait était une lutte contre le nazisme. Ceci jusqu'au 22 juin 1941, quand les Allemands ont envahi l'URSS, après qu'ils se soient partagés la Pologne.
Le parti était alors favorable au pacte soviéto-nazi.
Mon grand père de Vouzeron, actif militant PC a fraternisé l'été 1940 avec les premières troupes allemandes comme le demandait son parti.
Le Musée de la Résistance de Bourges a encore du travail pour s'accorder avec l'Histoire.

Écrit par : Moreux Gilbert | 19/06/2012

Tout à fait d'accord bien qu'hier j'étais invité à la remise des prix du concours de la Résistance et de la Déportation.

Écrit par : Michel Coquery | 19/06/2012

Et le silence des élus départementaux du Cher-Nord?

Écrit par : Philippe | 20/06/2012

En effet, les élus et les responsables d'associations d'anciens combattants ne se battent pas sur le sujet et ne vont pas au fond des choses. Ils se contentent d'aller "bénir" le monument aux morts "comme des athées" en remettant une gerbe pour la photo du journal.
Sur un autre registre, j'ai été le seul dans le Cher à m'impliquer avec 2 députés du déparetement pour faire obligations à l'inscription des Morts pour la France sur les monuments aux morts. J'ai mené ce combat. Il été gagné mais je ne peux m'investir sur tous les sujets d'Histoire et de Mémoire : Je le fais à travers mon livre à sortir "Quand la guerre ne se dérobe pas". La loi à été votée et est en cours d'application, notamment à Bourges où aucun nom ne figure. La ville vient de me confirmer son engagement à faire le nécesaire. Je la remercie.

Écrit par : Michel Coquery | 20/06/2012

La polémique est totalement injustifiée. Pierre rateau est un héros de la France Libre et personne ne le conteste mais le musée du CG est le "Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher". Il est donc consacré prioritairement aux Résistants et Déportés du Cher et non aux combattants de la France Libre, (fussent-ils originaires du Cher) dont la photo figure néanmoins en bonne place. Par ailleurs, Pierre rateau a son musée à Aubigny et il n'est pas souhaitable de faire un doublon.

Autre précision, le contenu du musée a été déterminé par un conseil scientifique composé notamment de professeurs d'histoire d'université et du directeur du Musée National de la Résistance.

A titre personnel: Ceux qui voudraient incriminer le Conseil général pour son côté partisan dans cette histoire se tromperaient de cible.

Écrit par : GUERAUD | 20/06/2012

C’est la réponse d’une personne qui n’a jamais visité ce musée…ni trimballé son mulot sur le site internet Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher où il y a 12 rubriques dont une consacrée à « résister à l’extérieur » (http://www.resistance-deportation18.fr/?article7). Il y a eu un seul Compagnon de la Libération dans le Cher. Ce n’est pas lui que le webmaster a choisi pour illustrer la rubrique ci-dessus. Et sur la toute petite fiche consacrée, dans le Musée, à Pierre Rateau, on a oublié d’indiquer sa qualité de Compagnon de la Libération.
Dans la rubrique « Les réseaux » http://www.resistance-deportation18.fr/?article5 pas un mot concernant Fernand Mercier, né et décédé à Concressault, canton de Vailly sur Sauldre. Evident que le conseil scientifique n’a pas lu Aglan Alya, Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy, 1940-1944 !...
On consacre un entretien avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, résistant qui inaugurait le Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher le 18 octobre 2010 (http://www.resistance-deportation18.fr/?article46) « Entre juin 1940 et son arrivée à Londres en septembre 1941, il vécut une véritable odyssée »…on ne dit pas que c’était avec le futur général Pierre Billotte (en mars 1940 capitaine de la 1ère Compagnie 41e BCC crée et cantonnée à Aubigny) , Pierre Rateau et 185 autres compagnons libérés des geôles russe…après l’agression nazie contre l’URSS du 30 août 1941. Evident que le conseil scientifique n’a pas lu Lire Prisonniers de la liberté-l'odyssée des 218 évadés par l'URSS, 1940-1941 de Jean-Louis Crémieux-Brilhac…

Écrit par : Camille T. | 20/06/2012

Cher Camille, vous avez raison je n'ai ni visité le musée ni promener mon mulot sur le site, pour cause de mes activités qui sont assez chargées actuellement. Je ne manquerai pas d'y aller des 2 façons que vous me suggérez et je suis même prêt à la rentrée de Septembre pour en parler avec vous. Par contre la charge qui est fait contre le CG me semble injustifiée car je pense que les personnes qui s'en occupent ne font pas de différence ente les résistants comme ci ou comme çà, ce serait indécent et c'est le rôle primordial d'un historien d'être impartial.
amicalement.

Écrit par : Gueraud | 25/06/2012

Pas convaivu!

Écrit par : Camille T. | 26/06/2012

Croire que les historiens restent impartiaux, cela frise l'irresponsabilité. S'il m'est demandé, je peux développer.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 26/06/2012

Présenter les communistes comme des résistants au nom de la liberté et de la démocratie m'a toujours bien fait rigoler :
http://libertariens.chez.com/rausch.htm

Écrit par : Xavier Collet | 26/06/2012

Effectivement; lors de la "World War Two", les commnunistes français représentés sur le terrain pat les FTP (francs-tireurs et partisans) ont lutté essentiellement car ils défendaient l'idéologie communiste mise à mal par les Allemands sur le front de Russie. Leur but était de bloquer des forces allemandes en France afin qu'elles n'aillent sur le front de l'Est combattre l'Armée rouge. Accessoirement, ils défendaient la France ,après avoir collaboré avec le Troisième Reich entre 1939 et 1941, avant de vouloir prendre le pouvoir en France en 1944, alors que ce sont les Alliés (essentiellement les Américains) à qui l'on doit la libération de la France. Le reste n'est que de l'Histoire légendée.

Écrit par : Michel Coquery | 26/06/2012

Monsieur Coquery, une fois de plus, votre propos est excessif. On ne peut faire l'amalgame entre tous les communismes, entre tous les communistes. C'est aussi incongru que quiconque reprocherait à un adhérent de l'UMP d'être un héritier de Pétain... Ils ne le sont pas tous tout de même !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 26/06/2012

De mon lieu de séjour et grâce au MP3, je constate que çà buzze fort sur le sujet, signe de l'intérêt pour l'histoire de la Résistance dans le Cher et son musée "officiel" adossé aux archives départementales.
Signe que l'Histoire de cette époque est toujours vivante.
Les critiques de ce musée, de Droite du Centre et de Gauche pourraient se rassembler un jour d'automne pour une visite guidée du musée, et se retrouver ensuite pour échanger leurs points de vue dans un resto sympa autour de bouteilles de blanc, de rouge et de rosé, et créer ainsi un événement dont on parlerait dans les chaumières
berrichonnes et au-delà. Je propose au Webmeister de songer à un tel projet qui prolongerait son blog accueillant à l'Histoire.Ce serait sans doute une première.

Écrit par : Moreux Gilbert | 26/06/2012

Bonne idée...
En plus je suis certain qu'un Balland élève du du blanc, du rouge et du rosé

Écrit par : Philippe | 26/06/2012

Certes, on ne peut pas mettre tous les cocos dans le même panier. Il n'en reste pas moins que la ligne que j'expose est bien la tendance générale qui guida ceux-ci.

Écrit par : Michel Coquery | 26/06/2012

Vous êtes loin du compte. Il y a eu des débats, voire des combats à l'int"rieur du PC. Certes, la ligne Thorez était telle... Mais demandez à Gilbert quelle était la position de son grand-père communiste...

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 26/06/2012

C'est vrai qu'il y a plein de tendances cocos avec des leaders différents comme Staline, Pol Pot, Mao, Sekou Touré, Castro, mais ils ont tous un point commun, lequel ?

Écrit par : Pregentil | 26/06/2012

Visiter ce musée serait donner une publicité et de l'importance à celui-ci alors que vous le combattez. Je ne comprends plus. J'étais invité à son inauguration, comme au concours de la Résistance et au forum de la pensée militaire. Tous ces contacts et interventions me donnent une vision pluraliste sur la question. Echanger à Aubigny ou à Sancerre, pourquoi pas mais pas dans ce musée que vous dénoncez en permanence. Il vous faut être logique et cohérent avec vos propos antérieurs.

Écrit par : Michel Coquery | 26/06/2012

Je pense que, au contraire, ce serait une excellente idée... Que la population qui a financé ce musée vienne visiter et débattre du résultat, de l'évolution possible pour plus de pluralité...

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 26/06/2012

Bien sûr qu'il y eu débat au sein du PCF en 39. Il n'en reste pas moins que c'est la ligne officielle qui l'emporta et qu'elle fut majoritaire.
On ne peut pas faire une moyenne avec quelques particuliers. En statistique, les coups aberrants sont retirés.
Par ailleurs quelqu'un qui n'a jamais été visité cet instrument muséal ne peut avoir un avis rationnel, encore moins s'il repprend à son compte la formulation des créateurs donc défenseurs du musée. Un peu d'honnêteé intellectuelle s'impose.

Écrit par : Michel Coquery | 26/06/2012

Je rappelle que le but des Communistes dans les pays occupés étaient de créer une insécurité afin de mobiliser le maximum de forces allemandes hors du Front de l'Est où se jouait le sort du communisme et du nazisme. Il n'était pas de libérer la France.

Écrit par : Michel Coquery | 26/06/2012

C'est votre manière de voir. Mais je ne pense pas qu'elle soit la seule vérité. Ni qu'elle apporte au débat faute de faits précis.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/06/2012

On ne peut pas déveloper tout ici. Je ne présente pas une thèse en histoire devant un jury pésidé par notre ami du Sancerrois. Sait-on que les FTP n'avaient pas rendu lEs armes acquises dans la Résistance et qu'il a fallut réclamer la dissolution des milices patriotiques ? Ils espéraient une invasion soviétique jusqu'à l'Atlantique, jusqu'en 1947. Voilà le vrai visage de nos concitoyens.

Écrit par : Michel Coquery | 27/06/2012

Quant à présider un jury de thèse, je n'en ai ni les moyens, ni le droit, ni, surtout la volonté. Et, à vous lire ici, qui voudrait ?

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/06/2012

Les cmmentateurs ont-ils été lire l'excellent document de Xavier Collet avant de s'exprimer ? Cela leur serait bien utile avant de parler avec leur sentiment ou amitié politique.

Écrit par : Michel Coquery | 27/06/2012

Si vous préférez ce salmigondis indigeste aux témoignages de héros, même simples, aux faits inscrits, j'ai crainte que vous ayez quelques progrès à faire avant de prétendre à une thèse en histoire...

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/06/2012

Ce n'est pas ma prétention. Je ne me présente pas comme étant un historien, mais j'ai quelques connaissances.
Je ne généralise pas à partir de quelques cas particuliers ou personnels.
Je n'inscris pas mes analyses avec une arrière pensée politique.
Chacun défends sa thèse. Vous avez la votre, j 'ai la mienne. Il se trouve que beaucoup adhèrent à mon approche de l'Histoire et que je fréquente beaucoup de milieux historiques, patriotiques et militaire. Je suis conforté dans mes dires ou écrits. Peu viennent me les contredire. Nombreux sont ceux qui m'encouragent ou félicitent sur mes prises de position. On aime ou on aime pas. Vous, vous n'aimez pas, soit mais vous ne détenez pas LA vérité.

Écrit par : Michel Coquery | 27/06/2012

Je ne prétends pas détenir la vérité sachant qu'il en existe autant que d'individu. Je ne défends aucune thèse et n'ai qu'une seule prétention, écouter chercher à savoir. Et ce n'est pas à rester dans un cercle fermé que l'on progresse.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/06/2012

Les témoignages sont insuffisants pour construire l'Histoire. Je reste concret et je m'intéresse aux faits.
Permettez moi quand même que je viens d'être contacté et encouragé pour concourir à un prix national en Histoire, avec 4.000 €uros au lauréat : ce n'est pas qu'une simple poignée de mains. Cela correspond à une forme de reconnaissance, n'en déplaise à vous.
Comme souvent avec vous M Balland alias JB Luron, à cause des attaques personnelles que je subis, nous nous écartons du sujet présenté par le blog

Écrit par : Michel Coquery | 27/06/2012

Ce que vous prenez pour une attaque n'est qu'un conseil sur lequel vous pouvez vous assoir. Pourquoi une sensibilité aussi déplacée ?

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 27/06/2012

Ce n'est pas la première fois que JBL se risque à des attaques personnelles, et on sait d'avance dans toute polémique quelle position il fera.
JBL est un troll rien de plus et il ne sert à rien de nourir le troll. Les commentaires avisés de M Coquery ne concernent pas son tropisme.

Écrit par : Pregentil | 27/06/2012

J'ai félicité en son temps Michel Coquery pour sa contribution à l'histoire militaire de la seconde guerre mondiale,et je souhaite qu'il remporte beaucoup de prix qui honoreront ses travaux.
Il me dit, à sa manière, qu'il n'approuve pas la démarche que je propose.
J'en prends acte et ne souhaite pas entretenir une quelconque polémique à ce sujet.Je rencontrerai ceux qui ont approuvé mon idée, pour échanger avec eux, s'ils le souhaitent. Pour la suite,chacun étant libre, les invitations à la démarche le seront aussi, naturellement. OK.

Écrit par : Moreux Gilbert | 27/06/2012

Merci Prégentil pour votre commentaire.
Effectivement les débats avec JBL se terminent souvent en attaques personnelles en s'éloignant du sujet d'origine.
Je n'ai pas repoussé la proposition de M Moreux : j'ai trouvé inadéquat d'aller visiter un musée qu'il critique depuis sa création. Ceci dit je suis ouvert à une rencontre ou à un débat hors blog, sous contrôle ou organisation du webmaster.

Écrit par : Michel Coquery | 27/06/2012

Ce ne serait pas inintéressant si le webmaster y consent, un débat sur un musée payé par les contribuables et orienté quant à son interprétation des faits de l'époque pourrait donner lieu à d'autres extensions.

Écrit par : Pregentil | 28/06/2012

Monsieur Coquery, Pourquoi vous emportez-vous lorsqu’on essaie de dialoguer avec vous ?
En relisant mes propos, je vois que je vous ai reproché d’être excessif en traitant de traître 30% de la population pendant la guerre – si j’en juge par les résultats aux élections de 1945-46. Je le pense. Je vous l’ai écrit. Et je continue de le penser !
Comme moi, vous n’avez pas de formation d’historien. Et comme moi, vous faites l’erreur de ne trouver que ce que vous cherchez. Vous dire cela n’est pas une injure mais un conseil de modération.
Mais si vous pensez que je dois mépriser vos propos plutôt que d’y répondre, pas de problème.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 28/06/2012

Je suis toujpurs preneur de conseils.
Je suis un homme de dialogue. Je ne me fache jamais et suis ouvert et communiquant.
Il faut éviter de faire des attaques trop personnelles. Pourquoi vouloir me mettre au centre de la discussion et pourquoi ne pas répondre aux autres intervenants.
Il faut rester centré sur le sujet.
Ceci dit, chacun apporte au débat et il ne faut pas se formaliser sur des impressions personelles ou politiques.
Ici, le vrai débat est pourquoi le musée en question fait la part belle aux FTP et néglige les FFI, en tant que membres de la Résistance. A bientôt et peut-être aux Grappes nouvelles où je parrainerai un collonel.

Écrit par : Michel Coquery | 28/06/2012

Vous vous trompez : le premier que j'ai interpelé est Monsieur Gueraud : "Croire que les historiens restent impartiaux, cela frise l'irresponsabilité. S'il m'est demandé, je peux développer."

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 28/06/2012

Effectivement. Et M Collet ?

Écrit par : Michel Coquery | 28/06/2012

Je ne connais pas cet individu etil ne m'intéresse pas.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 28/06/2012

Bonjour désolé j’étais absorbé par mes activités techniques afin de finaliser des machines avant de partir, en Corse, accomplir avec grand plaisir ma vocation de grand père.
Très bonne idée cette visite suivi d'un débat autour d'un repas convivial, je suis partant à 100%. Vers le 15 septembre,se serait idéal, je serai libre fin Août et je peux aider Philippe a l'organiser

Écrit par : GUERAUD | 05/07/2012

Un éventuel débat - auquel je peux participer - doit d'abord s'articuler autour des personnes reconnues ou qualifiées en histoire - par exemple des auteurs en histoire contemporaine (ils sont 3 ou 4 dans la région) - en tenant compte de leur disponibilité. Sauf changement, septembre est trop tôt pour moi, je devrais être à Berlin pour plusieurs semaines. On ne peut imposer une date unilatéralement ni un contenu sans un consensus.

Écrit par : Michel Coquery | 05/07/2012

Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai travail d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.