Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2012

L’AULD ALLIANCE, fil rouge des Fêtes Franco-Écossaises…

En France l’Auld Alliance est particulièrement commémorée à Saint-Germain-en-Laye et à Aubigny-sur-Nère où se situe un musée consacré à l'Alliance et se déroulent chaque année des Fêtes Franco-Écossaises. Cette année les 14/15 juillet 2012…

Auld Alliance Laurent Granier Héraldiste.jpg

L'Auld Alliance c’est quoi ? Il existe Centre de Recherche sur l’Auld Alliance Franco-Écossaise…c’est écrit sur la porte de la Bibliothèque Municipale d’Aubigny. On ne peut pas dire qu’ils font beaucoup d’efforts pour vulgariser (sic)

Voici ce que l’on dit de l’Auld Alliance sur le site de l’Ordre de Saint-Andrew. Cet ancien Ordre de Chevalerie a été fondé par les amis et compagnons de la Maison Stuart, la Maison Royale d'Ecosse, associés aux Chefs des Clans écossais, à des militaires et à des Nobles français.

"L'Auld Alliance est une alliance entre la France, la Norvège et l'Écosse, aux dépens de l’Angleterre.

AULD ALLIANCE 700 Eraldd.jpg

Elle remonte à 1165 lorsque Guillaume le Lion adressa une ambassade à Louis VII de Auld Alliance flag Aubigny.jpgFrance bien que la première trace écrite de cette alliance soit le traité signé à Paris le 23 octobre 1295 entre les représentants de Jean Baliol et Philippe le Bel. Le 23 février 1296, le Parlement écossais ratifie le traité d’alliance signé avec la France. Ce traité prévoyait que si l’un des États subissait une attaque de l’Angleterre, l’autre État envahirait l’Angleterre, comme le montre l’exemple de la bataille de Flodden Field en 1513.

En 1326, Robert Bruce renouvela l’Alliance par le traité de Corbeil.

Aux XIVe et XVe siècles, le traité fut invoqué à six reprises.

Le 6 juillet 1560, le traité d'Édimbourg révoqua officiellement l’alliance, après 250 ans.

L’Écosse devenue protestante s’alliait désormais avec l’Angleterre, protestante également.

Cependant, certains points du traité restaient en application. Entre autres, les Écossais résidant en France et les Français résidant en Écosse disposaient sans recours de la double nationalité jusqu’à la révocation de ce point en 1903 par le gouvernement Français.

Garde écossaise aux couleurs blanc, vert et rose..jpg

Bien qu’elle fût avant tout militaire et diplomatique, l’alliance garantissait la double citoyenneté entre les deux États. Le traité affecta la vie des Écossais dans différents domaines, l’architecture, la loi, la langue et la cuisine du fait des nombreux  écossais qui purent entrer au service de la France. Ainsi la garde personnelle du Roi de France fut longtemps et uniquement une Garde écossaise. Les Écossais prirent goût aux meilleurs vins français.

claret_D.jpgÀ cette époque, le bordeaux était, devant le whisky, la "boisson nationale" de l’Écosse.

En 1620, le port écossais de Leith importait ainsi un million de litres de Clairet, soit un litre par habitant.

En 1336, au début de la guerre de Cent Ans, le roi de France Philippe de Valois fournit

une aide militaire au roi d’Écosse David II en exil en France après avoir été déposé par Édouard III d’Angleterre.

En 1346, l’Écosse envahit l’Angleterre pour défendre les intérêts de la France.

L’armée écossaise fut cependant vaincue et David II fait prisonnier à la bataille de Neville’s Cross.

En 1421, lors de la bataille de Baugé, les forces franco-écossaises causèrent une sévère défaite aux Anglais. Cette victoire fut de courte durée car à la bataille de Verneuil (1424) les troupes écossaises furent anéanties. Malgré cette défaite, l’action des Écossais fut un soutien suffisamment efficace qui donna un répit à la France, la préservant ainsi d’une occupation complète par l’Angleterre.

En 1429, des Écossais furent assistés par Jeanne d’Arc pour lever le siège d’Orléans.

Un corps d’Écossais fut établi pour défendre la personne du roi de France.

De nombreux seigneurs Écossais s'installèrent en France, certains continuèrent de se Mémorial Auld Alliance.jpgconsidérer comme Écossais et d'autres s'intégrèrent comme les Stuarts de Darnley, devenus seigneurs d'Aubigny (petite ville du Nord du Berry) qui restera "écossaise" jusqu'au XVIIIe siècle.

En 1558, cette alliance historique fut encore renforcée par le mariage du Dauphin François (futur François II) avec Marie Stuart. À cette occasion, le roi de France Henri II établit une lettre de grande naturalisation automatique entre Français et Écossais.

Concrètement, l'alliance a pris fin en 1560, année de la mort de la régente Marie de Lorraine, membre de la famille des Guise, et de la défaite militaire et politique de la France, chassée par des Grands d'Écosse passés à la Réforme, les Lords of the Congregation, eux-mêmes soutenus par l'Angleterre. En 1562, l'Ecosse envoie 200 soldats en Normandie pour aider les Huguenots dans leur lutte face au pouvoir royal catholique.

Au XVIIIe siècle, après l'Acte d'union (1707) des royaumes d'Angleterre et d'Écosse, certains Jacobites, partisans des Stuarts défaits à la bataille de Culloden (1746), trouvent refuge en France au nom de l'Auld Alliance, en particulier à Saint-Germain-en-Laye et à Sancerre.

Château des Stuarts.jpg

En 1942, le général de Gaulle qualifie l’alliance franco-écossaise de « plus vieille alliance au monde ».  Il l'a d'ailleurs appliquée en autorisant des parachutistes français à être réunis à une unité anglaise (les SAS), car elle était dirigée par un Ecossais (David Stirling).

De nos jours, l'Auld Alliance est surtout évoquée lors d’événements folkloriques ou sportifs

 Allez France-Ecosse.jpg(Tournoi des six nations en particulier). Aujourd'hui plus connue des Écossais que des Français, elle demeure pour les premiers l'une des marques de leur identité nationale les différenciant profondément des Anglais.

En France elle est particulièrement commémorée à Saint-Germain-en-Laye et à Aubigny-sur-Nère où se situe , un mémorial, un musée (*) consacré à l'Alliance et se déroulent chaque année des Fêtes Franco-Écossaises. Cette année les 15/15 juillet 2012"…

(*) : Place de la Résistance – 18700 AUBIGNY-SUR-NERE - Téléphone: 02 48 81 50 07 – Mél : seta@aubigny-sur-nere.fr – Ouvertures 2012 : du 5 mai au 1er octobre, les Week-Ends (vendredi, samedi, dimanche, lundi) et jours fériés> 10/12h30 et 15/19h. Du 6 au 14 octobre  (samedi, dimanche ) > 14h30/18h.

Illustrations :

Auld Alliance de Laurent Granier Héraldiste

Jean Fouquet: Adoration des Mages (miniature, 1454). Le roi Charles VII est représenté au premier plan, en vert, agenouillé devant la Sainte Vierge et l'Enfant Jésus, suivi de sa Garde écossaise aux couleurs blanc, vert et rose.

Commentaires

En effet durant plusieurs décennies les gardes écossais (archers) était les gardes d'élite royaux de la couronne française! En tout cas cette article est très intéressant! :)
Marie.

Écrit par : Repassage | 27/06/2012

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.