Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2012

"PLUS BEAUX DETOURS DE FRANCE" Sancerre…

"C'est surtout pour ses vins, savourés dans le monde entier, que la ville est connue. Mais on peut aussi s'enivrer de la beauté de ce village, inscrit parmi les "Plus Beaux Détours de France"...

Zone bleue Sancerre.jpg

..." Sur cette colline rocheuse, les ruelles s'entremêlent harmonieusement. Une balade vous emmènera au cœur de la ville, où se trouve la Maison des Sancerre... Les vignerons vous accueillent et vous font découvrir les secrets du vignoble. Dégustation « obligatoire », accompagnée de l'autre produit star de ce terroir : le fameux crottin de Chavignol."

C’est l’accroche "Visiter Sancerre: plus beaux détours de France" , de "La Loire à Vélo".

Vous pouvez aussi venir en voiture, la zone bleue y est correctement signalée (sic), le disque est à 1€. Le Piton sait accueillir les touristes sans lézards!

Commentaires

Malin et efficace ces marquages sur les poteaux et les marches.

Écrit par : Anete | 02/07/2012

Y’a pas que les disques : Visites guidées de Sancerre…à partir de 3,25€ …Aubigny c’est à partir de 4,50€

Écrit par : Candide | 02/07/2012

L'implication exceptionnelle de Sancerre dans l'histoire de France, dans l'histoire des religions est complètement occultée. A Sancerre, on fait tirer les boeufs par la charrue !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 02/07/2012

Je comprends que ce propos puisse choquer. Il m'appartient donc de l'expliciter :
Il y a une dizaine d'années, j'avais amené un ami, le fils de Jean-Marie Dumontet, responsable du tourisme à Vesdun, à Vendôme pour qu'il rencontre les responsables du centre du livre parce qu'il avait comme projet, en plus d'un labyrinthe végétal, un village du livre.
Nous étions en avance et nous avons visité la ville. Il paraissait abasourdi par le patrimoine de celle-ci :
- "Ah si on avait ça chez nous, ce serait plus facile pour développer le tourisme !"
Prenant son "on" pour l'échelon départemental, je lui dis : "Mais si ! On l'a !"
- Ah ! Evidemment ! Sancerre, le vin !
- Mais non ! Le siège de Sancerre, la Vendée Sancerroise, les Boïens...
- Mais chez nous, à Vesdun, rien de tout cela.
Autre exemple à prendre en compte, la Touraine. Dans les années 70, je faisais des petites foires en région parisienne sud : Arpajon, Montlhéry, Sainte-Geneviève-des-Bois, Dourdan, Brétigny. J'avais des collègues de la vallée de la Loire que j'y retrouvais. Nous étions considéré comme un vignoble à fort potentiel par rapport à Bourgueil, Amboise, Montlouis et même les coteaux du Layon. Il est vrai que deux heures et quelque de Paris, nous donnait un certain avantage pour la réciprocité de réception de nos clients.
Aujourd'hui, par leur intelligence qui a consisté à s'accrocher au filon du patrimoine touristique, il nous ont rattrapé et même dépassé.
Autre exemple : Nous avons eu la chance d'avoir l'émission la Carte au Trésor chez nous. Sur le Sancerrois, on n'a présenté que du folklore ! Pas la réalité du vignoble ; le pire ayant été atteint à Bué où l'on a présenté un tonnelier venant d'un autre lieu. Je me souviens d'avoir guidé un car de la région parisienne chez un vigneron. La question : "Vous ne nous présentez que des cuves inox" où sont les vieilles barriques ?"
En expliquant l'intérêt de l'inox pour la qualité du blanc nous avions convaincu - facilement - que c'était la méthode de travail aujourd'hui. Eh bien allez à la maison des sancerre et vous comprendrez la différence entre folklore et démarche commerciale.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 02/07/2012

Les commentaires sont fermés.