Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2012

ECOLE DE GRAMMAIRE d’Aubigny… Idée reçue : "Au Moyen Age, les gens sont incultes"…

"La Grammaire parle, La dialectique enseigne, la Rhétorique colore les mots,

La Musique chante, l'Arithmétique compte, la Géométrie pèse, l'Astronomie s'occupe des astres." in Scholastique : Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson

Grammar school.jpg

Les petites écoles de grammaire, c'est-à-dire celles dans lesquelles était dispensé l'enseignement primaire à l’époque où enseignait Jean Yvon à Aubigny, voici ce qu’en dit l’historien Philippe Ariès : " Au Moyen Âge et au moins du XVIè siècle, il n’existait en effet qu’une école latine, l’école de grammaire, « escole pour l’instruction de la jeunesse (…). Beaucoup [de ces écoles] se réduisaient à deux régents, l’un apprenant les rudiments, l’autre les arts libéraux."

Professeur Moyen Age.png

A la fin de la Guerre de Cent ans, vers 1450, tandis que le clergé affaibli était incapable de tenir les collèges, ce sont les villes, les plus actives du royaume,  qui ont commencé à rétablir les anciennes écoles et à en fonder de nouvelles dont elles nommaient les régents

La grammaire comprend les compétences langagières telles que la lecture et les mécanismes de l'écriture. Un des buts premiers de la grammaire est d'acquérir du vocabulaire et de gérer des concepts afin d'être capable d'exprimer ses idées et de comprendre des notions de complexité diverse. Les plus jeunes étudiants peuvent apprendre par cœur à l'aide de comptines et de chants. On fait référence à leur esprit en parlant d'"éponge", parce qu'il absorbe aisément un grand nombre de faits.

ecole-moyen-age.jpg

L'éducation classique inclus traditionnellement l'étude du Latin et du Grec ancien, qui permet de renforcer l'apprentissage de la grammaire, ainsi que le travail sur le langage. Les étudiants lisent alors les Classiques de la Civilisation occidentale dans le texte.

Les écoles de grammaire sont devenue école primaire. Ce nom a été conservé outre-manche.

Une grammar school est, dans les pays anglophones, un établissement d'enseignement secondaire ou, plus rarement, d'enseignement primaire. Les origines des grammar schools remontent à l'Europe médiévale.

Voici le règlement des écoles de grammaire de paris, conservées aux archives

  1. Il exercera loyalement l'office qui lui est confié d'enseigner les enfants, les instruisant soigneusement dans les lettres, les bonnes mœurs et par de bons exemples.

 la vie des écoliers.jpg 2. Ils montreront honneur et révérence au seigneur chantre et dans toute la mesure du possible ils observeront fidèlement les droits de la chantrerie, quel que soit l'état auquel ils seront parvenus.

  3. En tout ce qui regarde le gouvernement des écoles, ils prêteront obéissance au même chantre.

  4. Aucun des maîtres ne prendra en charge les enfants alloués à un collègue sans l'autorisation du chantre, mais qu'il se contente de ce qu'il a.

  5. Nul ne cherchera à soustraire, par ses propres moyens ou ceux d'un tiers, les enfants engagés par contrat à un collègue.

  6. Nul ne portera atteinte par médisance à la réputation d'un collègue ; il pourra cependant le dénoncer au chantre.

  7. Nul ne baillera ses écoles à ferme, ni n'aura de collègue associé, mais il pourra avoir un sous-moniteur.

  8. Nul ne tiendra avec lui un sous-moniteur qui aura été auprès d'un autre maître, à moins qu'il n'y ait trois écoles entre les deux.

  9. Aucun procureur d'une quelconque cour ne tiendra écoles.

 10. Aucun chapelain semblablement.

 11. Aucun sous-moniteur ne tiendra écoles à côté de son maître, à moins qu'il n'y ait trois écoles entre eux deux.

 12. Aucun maître ne vivra avec une femme de mauvaise réputation.

 13. Chacun gardera la paix avec son collègue ; et si un différend se fait jour à propos des écoles, il sera réglé par la sentence du seigneur chantre, sous peine de privation des écoles.

 14. Nul ne traînera en justice un collègue devant un autre que le chantre pour un procès portant sur les écoles, sous peine de la même sanction.

 15. Nul ne recevra les écoles d'un autre collateur dans quelque paroisse, à supposer qu'une autre personne que le chantre veuille les lui confier.

 16. Tous doivent être présents à vêpres la veille de la Saint-Nicolas (16 décembre) à la messe, le jour de la fête et à l'heure des vêpres, aux vigiles pour les défunts, et le lendemain à la messe.

 école au Moyen-Age.png17. Chaque maître ou chaque maîtresse se tiendra dans les limites qui lui ont été fixées [par le chantre], de façon à ne pas dépasser celles-ci en ce qui concerne le nombre ou le sexe des enfants, ou même la qualité des livres.

 18. Chacun rendra la lettre [testimoniale] à la fin de l'année, c'est-à-dire à la fête de la Nativité de saint Jean [24 juin] ou quand il quittera les écoles.

 19. Il n'est pas dans mon intention de confier à quelqu'un des écoles autrement que jusqu'au terme de la Nativité de saint Jean, et s'il ne prête serment et s'il n'a une lettre [testimoniale].

 20. Si quelqu'un dépasse le nombre d'élèves [fixé], je confisque [l'excédent] de revenus [perçus sur les] écoliers au-delà du nombre concédé.

 21. Que personne ne sorte de la ville, sauf un jour de fête, si ce n'est avec l'autorisation du chantre et s'il ne laisse un sous-moniteur suffisant et ceci du consentement du chantre.

 22. Tous les maîtres ou maîtresses doivent assister aux obsèques des maîtres ou des maîtresses défunts.

 23. Qu'aucune femme n'ait d'autres élèves que des filles.

 24. Que personne n'enseigne les livres de grammaire, s'il n'est bon grammairien et suffisamment compétent en la matière.

H. Denifle, Chartularium universitatis Parisiensis, t. 3, Paris, 1894, p. 51-52, n°1237). Traduction du latin

Commentaires

Je vous approuve pour votre article. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.