Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2012

ORFEVRES du duché d’Aubigny, pour attendre une prochaine exposition du "Vieil Aubigny" : "métiers et services d’autrefois"

Au XVIIIème siècle en France, la production d'orfèvrerie est très importante et Paris jouit d'un prestige sans précédent.

Orfèvres Diderot et D’Alembert.jpg

La Cour de France ainsi que les membres de la famille royale qui finissent par posséder, pour leur usage personnel, leur orfèvrerie particulière, suscitent une création sans précédent qui s'intensifie encore, grâce aux nombreux présents envoyés aux souverains de l'Europe entière et aux commandes qui affluent des cours étrangères, séduites par la qualité de l'orfèvrerie française.

Parallèlement, les nombreuses demandes des membres du clergé ont favorisé une abondante création d'objets de culte en métal précieux, demandes souvent fastueuses des prélats et des chapitres aux moyens importants ou beaucoup plus modestes, lorsqu'elles émanent des petites paroisses.

Jusqu'à la fin du XVIIIème, l'argenterie jouait un double rôle:

  • ostentatoire : les pièces d'orfèvrerie savamment présentées sur les étagères de "dressoirs" monumentaux témoignaient de la fortune et du rang du maître de maison.

  • de réserve monétaire : elles pouvaient être fondues et transformées en espèces par l'Hôtel des Monnaies. Cette opération était possible, car la valeur marchande d'une pièce d'orfèvrerie provenait pour 10% du coût du travail et pour 90% de la valeur de l'argent fin qu'elle contenait.

Aubigny avait aussi ses Orfèvres. Visitez l’église Saint-Martin pour voir quelques-uns de leurs travaux.

Orfèvres Diderot et D’Alembert planches.jpg

Grace à Nicole Verlet-Réaubourg, pour la période concernant le duché d’Aubigny, on en connait la liste. Pour connaitre les Orfèvres d’Aubigny,  vous pouvez consulter l’extrait  de son dossier « Les Orfèvres du Ressort de la Monnaie de Bourges » Nicole Verlet-Réaubourg (1977) , illustré de  planches de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Diderot et D’Alembert, 1765, cliquez sur ce lien

Commentaires

Je vous félicite pour votre éditorial. c'est un vrai travail d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Les commentaires sont fermés.