Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2012

NUIT DES SORCIERS à Bué, samedi 4 août 2012…C’est l’occasion de lire ou relire "Les sorciers du Carroi de Marlou. Un procès de sorcellerie en Berry, 1582-1583"

Vous vous préparez à répondre au rendez-vous que les Birettes vous donnent au creux de Marloup, et à l’invitation des Sorciers  à un sabbat nocturne sympathique. 

  • A partir de 18h, l’apéro des sorciers

  • Spectacle : les Trompes de chasse du Pays-Fort et les sorciers planent au-dessus de vous avec les rev’d’ailes

  • A 21h, repas champêtre sous chapiteau (entrée jambon à la broche, fromage, dessert)

  • Animation par le groupe "d.sinclair"

  • A la nuit, feu d’artifice et envolée de ballons diaboliques.

Nuit des sorciers 2012.jpg

(Renseignements, réservations au 06.08.93.18.58).

Une manifestation née de l’imagination de l'abbé Barreau et de ses ouailles en 1946. Qui reçut l’année suivante la complicité de Jean-Louis Boncœur.

Compte tenu ce que l’on lit sur les liens sociaux et la presse du genre "douze personnes de Bué (prises pour sorciers) qui auraient été brûlées sur un grand bûcher" (la réalité est bien autre : Ce n'est pas à Bué que se situe l'action mais à Sens-Beaujeu)…C’est, pour recadrer, l’occasion de passer au Musée de la Sorcellerie voir de diorama, et de lire ou relire "Les Les sorciers du carroi.jpgsorciers du Carroi de Marlou. Un procès de sorcellerie en Berry, 1582-1583" de Nicole Jacques-Chaquin, et Maxime Préaud.

On y retrouve le texte du manuscrit, relatant le procès des sorciers du carroi de Marlou, conservé au département des Sorciers de  de la Bibliothèque Nationale

On voit comment  Pierre Ragu, bailly de Concressault, entreprend et conduit à terme le procès du carroi de Marlou.

Vous pouvez le commander auprès de votre Maison de la Presse...

Voici ce que l’on peut lire sur la quatrième de couverture

"Sous le règne de Henri III, en un peu plus de trois mois, du 21 décembre 1582 au 30 mars 1583, se déroule dans le Sancerrois un procès en sorcellerie qui s'achève par la mort sur le bûcher de cinq des accusés, cinq hommes : Marin Semellé (repris après une double tentative d'évasion), Etienne Girault, dit Gotté, Joachin Girault, dit le Bossu de La Brosse, Jehan Tabourdet, dit des Berthilles, et Jehan Cahouet, les deux derniers ayant, sans succès, interjeté appel auprès du parlement de Paris. Sixième victime de ce procès, une vieille femme, Guillemette Piron, s'est, peu après le début de son sabbat.jpginterrogatoire, étranglée dans sa prison : son corps est traîné sur une claie et brûlé. Apparaissent dans le procès du carroi de Marlou les principaux chefs d'accusation qui relèvent de la répression contre la sorcellerie démoniaque : méfaits divers, sorts jetés, et tout rencontre avec le diable et participation au sabbat. Mais ce procès réunit aussi, à une affaire de sorcellerie démoniaque, un cas de possession : ce sont les accusations d'un enfant, Bernard Girault, qui se dit, ou qu'on diagnostique, possédé qui déclenche le processus dont il restera le pivot. Habituellement, dans le ressort du parlement de Paris, les pièces des procès en sorcellerie n'étaient pas conservées. Ce document est donc, pour la compréhension du phénomène, un témoignage d'une telle importance que sa publication intégrale et critique était indispensable. L'accès en est facilité par une chronologie, un lexique, des index et des cartes. En outre, il était intéressant de confronter différentes lectures et interprétations auxquelles ce texte complexe peut donner lieu : les articles qui l'accompagnent, sans prétendre en épuiser les richesses, ni en résoudre tous les mystères, visent à en éclairer des aspects variés, historiques, ethnologiques, juridiques, voire littéraires."

Autre plan Google Books a numérisé complètement cette étude... pour lire, il suffit de cliquer sur ce lien...

Commentaires

Pour connaître les origines de la Foire aux sorciers, se référer au livre d'or de Bué édité par nos soins pour le compte de l'abep.
Il est dommage qu'une fête qui avaient plus de 3000 visiteurs payant soit tombée si bas. Après n'avoir pas su se dépêtrer du piège du folklore, puis un essai heureux de Michel Arribault pour revenir à un théâtre de rue mais qui n'a pas su retrouver son public, c'est devenu une gentille animation de centre de loisirs. Au moins, à Verdigny, on a su conserver la faveur du public en donnant dans le spectacle de chaîne télévisée commerciale ; il y a au moins une réussite, c'est la réussite commerciale.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 02/08/2012

Le "Pays Sancerre-Sologne" comme le dit son Grand Président, se "ferait tailler des croupières en matière de tourisme"?

Écrit par : Philippe | 02/08/2012

Ah bon ? Il a dit cela ? C'était un aveu d'incomptétence ?

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 02/08/2012

Je vous approuve pour votre critique. c'est un vrai boulot d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Je vous vante pour votre critique. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Les commentaires sont fermés.