Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2012

NUIT DE DUPES ? Il semblerait que dans la nuit du 4 aout 1789, les privilèges ont été abolis, ça fait rire quand on voit la réalité, rien n'a changé. Voyez le statut des Princes de la République : députés, sénateurs…

J'aime beaucoup cette chanson de Pierre Bachelet....Les Petites Gens:

Paysans de l'indre.jpg 

On nous appelait il y a trois cents ans

Gibiers de potence ou pauvres manants

On étaient derrière les charrues

Et nos mères étaient dentellières

On étaient toujours les mains nues

On avaient les pieds sur la terre

On mangeait du pain avec des lentilles

On était cousins de toutes les familles

Petit peuple sans importance

On en a construit des églises

On a fait les tours de la Défense

Et l'on mouille toujours nos chemises

Les petites gens vous saluent bien bas

Qu'ils soient d'à présent ou du temps des rois

Du haut des poutrelles ou du fond des cours

Les petites gens vous saluent toujours

Mais faut pas venir pour leur expliquer

Que leur avenir a déjà changé

En haut c'est toujours les grands mots , les dentelles

En bas c'est toujours la pelle et la truelle

On peut dire c'qu'on voudra à la télévision

Les petites gens ça connaît la chanson

Ce n'est pas une tare d'être wagonnier

On a quelque part un cousin berger

Et quand l'un de nous est chanteur

Ce n'est pas une trahison

Ça fait bien longtemps votre honneur

Qu'on entend chanter les maçons

Les petites gens vous saluent bien bas

Qu'ils soient d'à présent ou du temps des rois

Du haut des poutrelles ou du fond des cours

Les petites gens vous saluent toujours

En haut c'est toujours les grands mots, les dentelles

En bas c'est toujours la pelle et la truelle

On peut dire c'qu'on voudra à la télévision

Les petites gens ça connaît la chanson

Illustration : Paysans de l'Indre, Stéphane Guitton, 1867, musées de Bourges.Les dessins de Stéphane Guitton réalisés pour l'Exposition Universelle de 1867 à Paris illustrent cette volonté par la représentation de paysans et paysannes berrichons, mettant en avant les modes vestimentaires de cette région. 

Les commentaires sont fermés.