Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2012

Louis GASNIER ancêtre de la première lignée des "Gagné" d'Amérique et d’Aubigny…

Louis Gasnier ou Gagné, fils de Louis Gagné et de Marie Launay, a été baptisé le 13 septembre 1612 dans l'église Saint-Martin d'Igé, commune de l'Orne (France) située dans la région du Perche, troisième noyau important après Mortagne-au-Perche et Tourouvre de l'émigration percheronne. Il s'est marié en 1638 à Marie Michel à Saint-Martin-du-Vieux-Bellême (France).

Dieppe embarquement.jpg

Avant de partir, sous le règne deLouis XV le Bien-Aimé,  de Saint-Cosme-en-Vairais pour le Canada en 1644 (il s’est embarqué à Dieppe), Louis exerce la même profession que celle de son père: il est meunier au moulin de Guémançais puis à celui de Courtoulin.

moulin de Guémançais.jpg

Le moulin de Guémançais existe toujours en ce début du XXIème siècle. Il se trouve à droite et en retrait de la route départementale D310, à 3 km environ de Saint-Cosme-en-Vairais, direction Bonnétable.

Très vite après son arrivée au printemps 1644, les actes le désignent sous le nom de Maître Louis Gagné. Il exerce la profession de laboureur, l'équivalent de propriétaire terrien. Louis obtint une concession de terre le 20 octobre 1650 au Petit-Cap, entre Saint-Anne-de-Beaupré et Saint-Joachim, en même temps que ses compatriotes Julien Fortin et Claude Bouchard, dans le voisinage de Julien Mercier et Robert Giguère.

Son frère frère Pierre..., baptisé le 2 janvier 1610 dans l'église Saint-Martin d'Igé, marié en 1639 à la sarthoise Marguerite Rozée, le rejoint vers 1653.

maison Saint-Anne-de-Beaupré.jpg

On peut toujours voir sa 1ère maison, à Saint-Anne-de-Beaupré, qu’il a construite face aux côtes de Lauzon. Là où fut construit, un siècle plus tard, le village d'Aubigny.

Peu avant la cinquantaine, vers 1661, Louis Gagné s'éteint au pays des Aganiers (Iroquois) qui l'avaient capturé sur la côte de Beaupré. Ses huit enfants s'allieront aux Bouchard (Louise), Berthelot dit "Leloutre" et Abelin (Marie), Faure dit "Planchet" (Pierre), Pépin (Olivier), Gagnon (Louis), Lacroix (Anne), Dodier et Tremblay (Ignace), Marcoux (Joachim). Le 31 décembre 1729, Louis Gagné et Marie Michel, sa femme, ont 541 descendants, ce qui leur donne respectivement droit au 29è rang et au 28è  rang parmi les pionniers.

Scalp iroquoi.jpg

lI y vécut jusqu'au drame du 18 juin 1661.Louis Gagné et son voisin, disparaissent sans laisser de traces. On ne les reverra jamais. On apprendra plus tard qu'ils sont tombés aux mains des Iroquois.

Il y aurait plein de chose à dire sur la lignée deLouis Gasnier ou Gagné. Je vous ferai un post sur le retour des Gagné en France et à Aubigny, au XXème siècle.

Gérard Gagné (*) et son épouse ont fait un travail remarquable de généalogiste. Ils mériteraient que le futur-maire d’Aubigny, donne les instructions pour faire partager cette mine d’information, à la population. Il ne faudrait pas faire, à cette compilation, le sort  la valise de Jules Doucet!...

(*) Les époux Gagné ne se cantonnent pas à la généalogie. Ce sont d’ardents conservateurs du patrimoine local. Ils ont sauvé et restauré à leur frais une fabrique de jardin (une vrai folie) construite par Henry Bourdoiseau ...Mais voilà le charpentier Bourdoiseau ne s’inscrivait pas dans la démarche du Vieil Aubigny 2012…On n’en a rien dit…On n’a pas visité...

Commentaires

ajouté une illustration

Écrit par : Aubignynew | 12/10/2012

Superbe information, merci beaucoup.

Au plaisir d'aller faire une visite dans votre coin de pays un de ces jours.

Bien a vous, Michel Gagne

Écrit par : Michel Gagne | 23/09/2013

Je vous complimente pour votre exercice. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.