Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2012

Miguel PINEDA Ozaeta, un ancien footballeur franco-espagnol pur produit de l’école de foot de l’E.S.Aubigny

Commentaires sur FB à ce post…lisez le 1er nom qui sort… Jean-Claude Bouillo : "Je reconnais Miguel Pineda, Bertrand de Pommereau, de Paepe, Eric Letexier, Yannick Gitton"... Jean-André Larpent : "Pascal Pardieu, Jean Gasquez... Philippe Vallet, le blondinet"…

Pineda 2.jpg

Pour mettre de l’espoir, ils ont du bleu à l'âme, ils ont vu l’historique Japon-France hier soir…Mais surtout motiver les jeunes footballeurs de l’Entente Sportive d’Aubigny et du ESA 1975.jpgCher-Nord, je leur propose de relire cet article paru dans L'Yonne Républicaine du 29 mars 1984 Miguel Pineda : l'âge d'y croire.

"Qu’est-ce qu’il dit ; qu’est-ce qu’il fait ; qui c’est ce mec-là ? Triple question pour établir un profil. Il ne dit rien ou presque (l’émotion) n’a pas fait de matches pendant un mois (suspension). Il s’appelle Miguel Pinéda. 1,82 mètre, Pineda 1.jpg79 kilos, dans le genre armoire à glace il ajoute la vitesse de jambes. Côté moral : peut mieux faire… surtout qu’il porte le numéro 9 dans le dos. Vrai aussi qu’il est à bonne école avec le Polonais aux trois coupes du monde.  Ce soir grande première, il sera avec les… grands, dans la cour alsacienne. Au tout début, spectateur. Spectateur d’un duel de titans. A gauche J.-M. Guillou, à droite Andrej Szarmach. Déjà cela vaut le déplacement…"

Lire aussi cet article publié par l’association des Socios du Sporting Toulon Var, publié en 2009, consacré à Miguel…Finaliste de la Coupe de l’UEFA 1988 (Espanyol Barcelone) 7 sélections espoir avec L’Espagne

Sa carrière en club : Des débuts en France, et une demi-réussite en Espagne où il sera international espoir à sept reprises, avant de faire les beaux jours de l'Espanyol de Barcelone, puis du Toulon de Pineda 3.jpgR .Courbis, la carrière de Miguel Pineda Ozaeta ne ressemble en fait à aucune autre.

Une carrière faite de hauts et de bas, qui commence dans la cambrousse du Cher, au milieu des biques et des gardes-champêtres, non loin de Nohant, la demeure de Georges Sand, bref, rien d'exaltant, hormis pour les amateurs de littérature, et de ballades dans les bois. Pas le genre de Miguel, qui aime Coluche au cinéma et qui préfère, par-dessus tout, les parties de baby-foot entre copains. Natif de Gien le 9 juin 1964 (ndrl, tous les albiniens naissent à Gien), il joue jusqu'en cadets à Aubigny sur Nère, avant de rallier l'Yonne en 1979. Suivant en cela, les bons conseils de Guy Roux, il a préféré Auxerre, aux sollicitations sonnantes et trébuchantes du PSG, de Lille, et de Cannes. Pour cet attaquant très vif, au physique d'armoire à glace, l'adaptation se fait naturellement aux cotés des buteurs de l'époque qui ont pour noms, A .Szarmach (l'homme aux 3 Coupes du Monde) et P.Garande. Il bénéficie surtout de la formation à l'auxerroise considérée alors, et à juste raison, comme la meilleure de France. Après avoir joué en Gambardella, il fait le pont entre la D3 et la D4, devient champion de France de D3 en Pineda 4.jpg1984, après avoir connu sa première titularisation en première division, le 29 Mars 1983, lors d'un déplacement à Mulhouse. Quelques jours plus tard, il marque son premier but en D1, face à Bordeaux. L'aventure avec l'AJA s'arrêtera là, soit 7 matchs en D1.

Dès l'été 84, Pineda qui dispose en effet, de la double nationalité, décide de tenter, à 20 ans, l'aventure espagnole, plus précisément à l'Espanyol de Barcelone, le second club de la Catalogne, pas forcément le plus populaire, ni le plus huppé. Il y passe 4 années, devenant assez vite un joueur relativement apprécié du public de Saria pour sa combativité et sa vélocité. Pour le reste, le déficit technique est assez évident, surtout dans un championnat aussi relevé que la Liga de l'époque, et prend même parfois des allures de gag. Pineda qui n'a rien d'un grand technicien, parvient tout de même à marquer 14 buts dès sa première saison, souvent des goals de raccrocs, devenant du coup et à la surprise générale, le quatrième buteur du championnat d'Espagne. Une performance qu'il ne rééditera jamais, faut-il le préciser. En 88, il participe cependant à la fabuleuse aventure de l'Espanyol en Coupe de l'UEFA, qui s'achève par une défaite en finale contre les allemands de Leverkusen. Il ne dispute aucun des deux matchs de Pineda 6.jpgcette finale, l'entraîneur de l'époque, le roué Javier Clemente (une vieille connaissance) lui préférant et de loin, Losada, réputé nettement plus adroit face aux buts. A partir des années 90, Miguel qui s'est embourbé dans les bas-fonds de la Liga, tente donc de se relancer en France. Mais il a déjà 26 ans et on l'a presque oublié.

Il atterrit donc à Toulon, où Courbis parvient, avec des bouts de ficelles, et quelques combines bien planifiées, à bâtir une équipe apte à se maintenir en Ligue 1. Il y côtoie Péan , Rabat, Bérenguier, Marquet, Kombouaré et même le sympathique L .Alfano. Bref, une sacrée palanquée de joueurs rugueux, adepte des combats rapprochés et des dégagements tactiques. Sur la rade, où les ballons volent hauts, parfois plus hauts que les tribunes de Mayol et de Bon Rencontre, Pineda joue les utilités, prouvant le cas échéant qu'il a toujours la grinta. Il inscrit donc 8 buts lors de sa première saison, avant de baisser nettement de régime les deux années suivantes, malgré un statut de titulaire en attaque. A l'issue de la saison 92-93, le Sporting alors entraîné par Guy David finit 19éme, et est relégué en D2.

Manuel Pineda file à l'anglaise et retrouve le championnat d'Espagne où sa cote d'ailier est en chute libre. Une saison à Santander, une autre à Lleida, une troisième anonyme chez les basques d'Alavès, et c'est déjà la fin du voyage. Il a alors 32 ans, et il est bien temps pour lui, de raccrocher les crampons. Le palmarès est resté vierge. Et il convient de noter, que 15 ans après, tout le monde ou presque a oublié le sympathique Miguel.

Pineda 5.jpg

Que devient-il ? : Aujourd’hui Miguel Pineda est un homme d’Affaire très occupé. Resté très proche de l’espanyol Barcelone, il revient sur le devant de la scène lors la commémoration des 20 ans de la défaite en finale de la Coupe de l’UEFA en 2008 où il révèle que Cantona voulait le suivre à l’Espanyol Barcelone à l’époque. Sinon il se fait très discret…

Commentaires

Je vous félicite pour votre exercice. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.