Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2012

"PAPA VIENT AU MARIAGE DE MAMAN" (comédie) de Jean-Yvon Coquin, Binon 17/18 nov. 2012, par la Compagnie "Les Bouffoneries"

Mis en ligne le 04/11/2012

Léonie et Jean-Baptiste se sont rencontrés sur le site Internet "You and Me".

Brinon théâtre 2012.jpg

Ils s’apprêtent à convoler en justes noces. Tout se présente sous les meilleurs auspices. Si ce n’est que Mariette, fille de Léonie, décide, à l’insu de sa mère, d’inviter au mariage son père Gonzague, ex-mari de Léonie. Trois mois avant la cérémonie, elle installe son père chez les futurs mariés, déclenchant le courroux et l’inquiétude de sa mère. Jean-Baptiste va évidemment rencontrer Gonzague, de façon impromptue. Il le prend pour le traiteur retenu pour la fête et l’ex-époux se garde bien de décliner sa véritable identité. Bien malgré eux, Léonie et Gonzague vont vivre d’étonnantes retrouvailles. Lorsque survient la trépidante Annick, mère de Léonie, qui met les pieds dans le plat pour un dénouement pour le moins surprenant… Des quiproquos savoureux au cours desquels les personnages décalés, servis par des dialogues malicieux, évoluent dans des situations aux nombreux rebondissements.

ma louve mon loup.jpg

Les premiers échanges :

Jean-Baptiste - Ah ! Léonie chérie, tu es là ! Je te cherche désespérément depuis la nuit des temps. Enfin je te trouve !

Léonie - Mon loup chéri, nous venons de prendre le petit déjeuner ensemble, il y a à peine une dizaine de minutes, ici même.

    Jean-Baptiste - Une seule et unique minute sans te voir, cela représente une véritable éternité dans ma vie, une souffrance dévorante. Je viens de m'entretenir Colibri petit.jpgavec le traiteur au téléphone : il m'a l'air très bien. Tu as eu du flair, comme d'habitude. Ah ! "L’infusion" féminine ! Je l'ai toujours dit : si le monde était gouverné par les femmes, nous ne serions pas dans la situation désastreuse dans laquelle nous sommes aujourd'hui. Ce serait bien pire !... Je plaisante ! Je suis le roi de la gaudriole et de la billevesée depuis que je t'ai rencontrée ma louve ! Oh là là ! J'ai une de ces... une de ces... Quelle est l'expression qu'utilise ta fille déjà ?

Léonie - Une de ces pêches !

Jean-Baptiste - Voilà : une de ces chepês ! Jeunesse d'aujourd'hui, vieillesse de demain ! (Il rit.) Finalement nous serons deux cent sept au total. C'est parfait !... Oh ! mon amour, il me tarde d'être plus vieux de quinze jours ! Devenir enfin ton mari ! Hum, je t'aime mon petit colibri coloré des îles...

Léonie - Deux cent sept dis-tu ? J'avais compté deux cent six, moi, de mon côté... J'aimerais que nous regardions à nouveau la liste des invités.

206.jpgJean-Baptiste - Écoute, je dois partir au bureau. Je suis très en retard et une fois de plus, j'ai une journée particulièrement chargée. Si tu veux bien, nous reverrons cela à mon retour, dès ce soir. Deux cent six ou deux cent sept, quelle importance après tout. C'est du pareil au même : deux cent six ou deux cent sept, c'est toujours Peugeot. (Il rit aux éclats.) Et puis, plus on est de fous, plus on rit. Olé !

Léonie - Pardon Jean-Baptiste ? Je n'ai pas saisi !

Suite…Salle Jean Boinvilliers à Brinon (18):

  • Samedi 17 novembre 2012, les trois coups à 20h30

  • Dimanche 18 novembre 2012, les tois coups à 14h30

Entrés 6€, gratuit pour les >10 ans…

Les commentaires sont fermés.