Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2012

NOUS AVONS les hommes et les femmes politiques que nous méritons…et la mémoire sélective…Oublié : "Congrès de Reims : l’échec et la haine"

Ceux qui se gaussent de l’infortune de l’UMP, n’ont aucune souvenance de la tragicomédie de Reims…en 2008

élections PS Reims.jpg

Pour leur modestie, qu’ils relisent ce papier de www.agoravox.fr,

"Une direction du PS née de la fraude et du soupçon"

..."Vendredi 21 novembre 2008, ne heure et demi du matin. Comme une diarrhée que l’on ne peut contenir, on doit se rappeler que toute la clique "solferinesque" en avait mis partout, sans même attendre la fin des dépouillements du vote des militants socialistes appelés aux urnes la veille. Aubry avait gagné "sans contestation possible".

Vendredi 21 novembre 2008, sept heures du matin, le triomphe annoncé quelques heures plus tôt a tourné court. Une dizaine de voix à peine séparait les candidates.

Une différence si infime, si microscopique même, que le PS a été ensuite dans l’incapacité de vérifier et de valider les résultats.

Un troisième tour aurait pourtant été nécessaire pour clarifier le scrutin.

Le même jour, Lionel Jospin avait laissé éclater sa haine en assimilant les amis de Ségolène Royal à des descendants politiques de Marcel Déat, politicien de l’entre-deux-guerres qui avait évolué du socialisme (SFIO) au fascisme (RNP) et collaboré avec le Régime de Vichy et l’occupant allemand (Jospin qui critique aujourd’hui l’impertinence de François Fillon…). On se doit de rappeler que l’ancien candidat socialiste aux élections présidentielles de 2002 n’avait pas tiqué lorsque l’inénarrable Razzy Hammadi avait utilisé une phraséologie maurassienne, le 17 novembre 2008, pour affirmer que Benoît Hamon incarnait le " parti réel"»..."

Les commentaires sont fermés.