Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2013

MANIF pour tous 18…

A Aubigny, rue sainte Solange, la publicité pour la manif pour tous 18 côtoie  les annonces de la semaine dans panneau d’information de la paroisse.

Manif pour tous 18.jpg

En 1984 on était bien loin d’annoncer les manifestations de Versailles et Paris pour l’enseignement libre.

Pire le bulletin paroissial du dimanche 4 mars 1984, jour de la grande manifestation qui rassemblait les défenseurs de l'école privée à Versailles contre le projet de loi Savary, prenait fait et cause pour le projet gouvernemental de "grand service public laïque et unifié" de l'éducation…rallumant la guerre scolaire…

Les représentants de l’école Sainte Solange furent reçu à l’achevé par Monseigneur Pierre Plateau.

L’Archevêque  ne fit pas grand cas  du brulot du curé doyen d’Aubigny. Il expliqua cette  position par le fait qu’il était ancien aumônier des lycées publics…Et par ses engagements en mai 68 qui lui valurent d’être en délicatesse avec sa hiérarchie (Mgr Joseph Lefèvre, cardinal)

Commentaires

Ce n'est pas la manif pour tous mais la manif contre les homosexuels. On sent que les éléments de langage se sont modernisés. Dès que tu essaies de dialoguer sur ce média avec un organisateur local, il se sent victime d'agression. Pourtant, le scenario est simple : la population est largement favorable au mariage pour tous. Sauf quelques agitateurs retardataires... Comme ce fut le cas pour le pacs et c'étaient les mêmes.

Écrit par : JB Luron | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Alors que de nombreux évêques appellent à manifester ce dimanche, de toute la France, de jeunes catholiques réagissent : « Ce n’est pas notre Eglise ! »

Pour nous jeunes et moins jeunes aujourd’hui, les mouvements d’Action Catholique ont été des lieux de construction personnelle et collective sans pareil.

Mouvements d’Eglise, Mouvements d’Education populaire, ils ont été pour nous le visage de l’Eglise. C’est à travers eux que nous avons découvert en quoi la vie de Jésus pouvait être un repère pour trouver notre place dans la cité.

Respect de l’Autre, engagement au service du bien commun, attention préférentielle aux plus pauvres, aux exclus et stigmatisés, espérance en un monde plus juste… autant de valeurs qui ont jalonné notre parcours de jeunes adolescents et structuré notre vie d’adultes.

Au-delà des pratiques chrétiennes de chacun, ces mouvements nous ont surtout appris à investir ces valeurs au sein de notre vie de tous les jours, au cœur de la cité dans un attachement profond à la laïcité.

Nous pouvons l’affirmer, au-delà de nos familles, de nos relations, de la République, par le biais de ces mouvements, l’Eglise a également contribué à faire ce que nous sommes : des Hommes et des Femmes debout, les deux pieds enracinés dans nos lieux de vie et le cœur empli d’idéaux de justice sociale et d’égalité.

Alors comment ne pas s’indigner quand une partie de l’Eglise,que nous trouvons parfois bien silencieuse, s’engage si violemment dans le débat contre le projet de mariage pour tous ?

Comment ne pas réagir quand un cardinal estime que le projet de loi du gouvernement ouvrirait la voie à la « polygamie » et à « l’inceste » et que de nombreux prêtres et évêques utilisent leurs chaires comme tribunes pour appeler à manifester ce dimanche ?

La vocation du mariage civil est de donner des droits et des devoirs égaux aux membres du couple, facteurs de respect pour les Hommes, et de stabilité pour la société. Au nom de quoi les couples homosexuels devraient-ils en être exclus ?

Face à l’implication grandissante de l’épiscopat français dans cette opposition au mariage pour tous, nous avons souhaité réagir par cette tribune et affirmer que Ce n’est pas notre Eglise qui défilera ce week-end.

Notre Eglise est celle qui affirme l’Amour de son Prochain, qu’il soit homo ou hétéro…
Notre Eglise est celle qui vise l’émancipation de chacun et la transformation sociale.
Notre Eglise est celle qui permet aux peuples de lutter contre toute forme d’oppression.

Alors, en reprenant les premiers mots de Jean Paul II lors de son intronisation en octobre 1978, nous disons aux chrétiens qui se sentent menacés par le mariage pour tous : « N’ayez pas peur ! »

Écrit par : Jean Claude MEYER | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Une seule chose ,referendum et on applique

Écrit par : Le Mexicain | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Le referendum a eu lieu au mois de juin dernier : c'était dans le programme de la nouvelle majorité.
Quant à l'église - qui n'a d'ailleurs pas organisé de referendum pour définir sa position, elle qui n'a pas d'élection en son sein - qu'elle s'occupe de son mariage religieux en en définissant les règles. Elle n'a pas à intervenir sur le mariage civil qui concerne aussi des gens qui n'ont pas à subir sa pseudo morale parce qu'il ne sont pas ses adeptes.

Écrit par : JB Luron | 12/01/2013

Respect de l’Autre, engagement au service du bien commun, attention préférentielle aux plus pauvres, aux exclus et stigmatisés, espérance en un monde plus juste… autant de valeurs qui ont jalonné notre parcours de jeunes adolescents et structuré notre vie d’adultes.
Au-delà des pratiques chrétiennes de chacun, ces mouvements nous ont surtout appris à investir ces valeurs au sein de notre vie de tous les jours, au cœur de la cité dans un attachement profond à la laïcité.
Nous pouvons l’affirmer, au-delà de nos familles, de nos relations, de la République, par le biais de ces mouvements, l’Eglise a également contribué à faire ce que nous sommes : des Hommes et des Femmes debout, les deux pieds enracinés dans nos lieux de vie et le cœur empli d’idéaux de justice sociale et d’égalité.
Alors comment ne pas s’indigner quand une partie de l’Eglise,que nous trouvons parfois bien silencieuse, s’engage si violemment dans le débat contre le projet de mariage pour tous ?
Comment ne pas réagir quand un cardinal estime que le projet de loi du gouvernement ouvrirait la voie à la « polygamie » et à « l’inceste » et que de nombreux prêtres et évêques utilisent leurs chaires comme tribunes pour appeler à manifester ce dimanche ?
La vocation du mariage civil est de donner des droits et des devoirs égaux aux membres du couple, facteurs de respect pour les Hommes, et de stabilité pour la société. Au nom de quoi les couples homosexuels devraient-ils en être exclus ?
Face à l’implication grandissante de l’épiscopat français dans cette opposition au mariage pour tous, nous avons souhaité réagir par cette tribune et affirmer que Ce n’est pas notre Eglise qui défilera ce week-end.
- Notre Eglise est celle qui affirme l’Amour de son Prochain, qu’il soit homo ou hétéro…
- Notre Eglise est celle qui vise l’émancipation de chacun et la transformation sociale.
- Notre Eglise est celle qui permet aux peuples de lutter contre toute forme d’oppression.
Alors, en reprenant les premiers mots de Jean Paul II lors de son intronisation en octobre 1978, nous disons aux chrétiens qui se sentent menacés par le mariage pour tous : « N’ayez pas peur ! »

Écrit par : Jean Claude MEYER | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Référendum oui!
Mais référendum pour toutes les questions importantes qui se posent maintenant...
Pourquoi les mêmes qui demandent un référendum à propos du mariage pour tous ne l'ont pas exigés par exemple pour ... la réforme des retraites...
Suivez mon regard....

Écrit par : Jean Claude MEYER | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

D'accord avec vous Jean Claude. mais si nous devons faire des referendum pour chaque nouvelle lois, nos députés ne servent plus à rien!!!
En ce qui concerne cette manifestation, je réagis en ayant écouté l'autre soir une réunion de travail pour préparer le projet de loi ou il était beaucoup débattu du problème de l'adoption d'enfants et de grossesse médicalement assistée, ce qui inquiétait certains interlocuteurs sur le fait que les enfants ne sauraient d’où ils viennent!! Je pose une question stupide, pourquoi autoriser l'accouchement sous X, la fécondation in vitro avec don d'ovule ou de spermatozoïde, et l'adoption, parce que dans tout ces cas là,les enfants ne savent pas d’où ils viennent, qui ils sont!! Alors STOP Messieurs les bons penseurs moralisateurs, laisser les homo vivre leurs vies, leurs amour, leurs désir d'enfant. Y a des problèmes beaucoup plus cruciaux actuellement, la crise, l'économie, la précarité etc etc...

Écrit par : Nicole | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire