Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2012

FÊTES SPEUDO-MEDIEVALES en Berry et Ailleurs…

Olivier Trotignon, médiéviste,  rédige et illustre un blog Berry Médiéval : histoire et patrimoine du Moyen-âge  en Berry …

Lisez son post du 10 juillet : "Fêtes pseudo mediévales en Berry et ailleurs"

Facile d’aller dans son sens

John Stuart père.jpg

À Aubigny, après 22 ans de Fêtes Franco-Écossaises on prend toujours John StuartStewart of Darnley pour son père Alexander Stewart of Darnley. Je laisse lire pour l’édition 2013, aux costumiers territoriaux ce modeste document "Aubigny-armorial de ses seigneurs et ducs".

Vulgariser, après deux décennies de ripaille, vulgariser le  plat national écossais , le haggis par cette phrase  "panse de brebis farcie…avec des flocons d’avoine", c’est un peu court. Surtout quand le Berry fait de cette définition, un papier coller… Heureusement que notre  communicateur territorial n’est pas un fan de Jacques Baudoin…D’ici 2013, il pourra déguster et constater que cette panse est aussi remplie d'abats de mouton (poumons, foie, cœur), d'oignon, de graisse de rognon de mouton, d'épices et de sel.

Tabac.jpg

Les Fêtes Franco-Écossaises à Aubigny, c’est aussi le Bastille Day, il faudra aussi pour 2013, apprendre au représentant de l’État dans quel sens on accroche les nouveaux galons. C’est vrai qu’en 1996, Victor Convert, amis enfilé son kilt comme le Roi Dagobert !

Foule FFE 2012.jpg

Longue vie aux "FFE"

15/07/2012

GOLF… il aurait été importé par les Écossais présents lors de la bataille de Baugé ? Venez confirmer ou informer, en parlant avec Richard Carmichael, à Aubigny

Certains historiens affirment que les Écossais présents lors de la bataille de Baugé auraient assisté à une partie de chôle et auraient ensuite importé ce jeu en Écosse. Ce jeu de balle pourrait être un des ancêtres du golf…posez la question à Richard Carmichael. Il est jusqu’à ce soir, sur le marché écossais, à Aubigny…Son aïeul  John Joh Carmichael à dû lui transmettre le secret de la naissance du golf.

jeu de chôle.jpg

Appelé aussi "jeu de chôle", le crossage en plaine trouve ses origines au Moyen âge (un testament de 1262 et une ordonnance de 1369 en attestent l’existence). Aujourd'hui encore ce jeu est pratiqué très régulièrement et avec une grande passion autour de Maubeuge, en France, et de Mons-Borinage en Belgique.

La crosse est constituée d'un manche (le fût) le plus souvent en bois de hêtre terminé à l'une des extrémités par un "fer". Cette tête métallique possède deux parties : le plat qui frappe la soulette (la balle) lorsque celle-ci est bien placée sur le sol et le pic qui, par sa forme arquée, permet de sortir la soulette des ornières ou la soulever plus haut.

crossage.jpg

La soulette est faite de bois. En compétition, on utilise essentiellement le bois de charme ; sa forme est ovoïde de 45mm de grand axe et 40mm pour le petit. En partie amicale, on joue avec des balles de tailles différentes selon la longueur du coup.

Le but du jeu consiste à frapper la balle en un minimum de coups d'un point de départ jusqu'à un but. Aujourd'hui ce but est constitué d'une planche de 18 à 20cm de largeur, haute de 1m80 à 2m. Après trois coups frappés par un joueur, le jouer adverse va "chouler" ou "écholer". Il va frapper la balle pour l'éloigner du but ou la placer en position difficile pour le coup suivant.

AULD ALLIANCE, Richard Carmichael le chef du clan et baron écossais, descendant de John Carmichaël, compagnon d’armes de John Stuart de Darnley, seigneur de Concressault et d’Aubigny, participe aux fêtes Franco-Écossaises.

591 ans après la prestigieuse victoire franco-écossaise de Beaugé, le descendant de  John Carmichaël, compagnon de Jean-Stuart de Darnley, est de retour en France.  Patricia & Richard Carmichael of Carmichael avec Haddington farmers market.

battle_beauge.jpg

Je ne vais pas vous narrer Beaugé  (attendez le lendemain des fêtes pour lire) …

On rapporte qu'à cette bataille, John Carmichaël désarçonna le duc de Clarence (jeune fils du Roi d’Angleterre), de telle manière qu'il brisa sa lance qu'il y cassa sa lance, sa cuirasse fut percée de coups et l'écharpe bleue qui couvrait sa cuirasse inondée de sang.

Carmichael tartan et badge.jpg

Ce fait d'armes serait à l'origine des armes Carmichaël : Fond Argent (la cuirasse) coupé d'une bande Azur et Gueules (l'écharpe tachée de sang) et le cimier: un bras tenant une lance brisée. Devise: "toujours prêt". Support de l'écu: à gauche, un chevalier armé de toutes pièces, la tête ornée de trois plumes, Argent, tenant dans la main un bâton royal et à droite un cheval harnaché, Gueules.

Cette victoire rendit à la France son premier retour d'espérance et constitue l'un des préludes de l'épopée de Jeanne d'Arc.  Ses conséquences politiques furent considérables.

Charles VII recommença les vainqueurs.  En Berry, John Stuart de Darnley, Concressault  (1421), Aubigny (1423), mais aussi Archibald, 4ème Earl de Douglas (on voit son étendard, avec un cœur, sur l’illustration montrant John Carmichaël terrassant  Clarence) Dun-le-Roy.

Carmichael chieffamily.jpg

Le mieux, passez donc sur le stand de Patricia & Richard Carmichael of Carmichael., 30th Chief of the Name and Arms and 26th Baron of the lands of Carmichael…

carmichael Estate farm.jpg

Les produits de sa ferme sont excellents...

11/07/2012

1512, 11juillet, il y a presque cinq siècles, un incendie ruine Aubigny

Mis en ligne le 12/12/2011....la comménoration c'est dans 191 jours... aujourd'hui....Personne ne dit si Aubigny va célébrer cette commemoration?

 

11 juillet 1512, jour de la Sainte Elizabeth, un incendie accidentel parti du four banal (route d’Argent) ruine Aubigny.

Le château n’était pas construit, l’église reçoit des "désordres" , les derniers n’ont été réparés qu’à la fin du siècle dernier – voir piliers où la croix de consécration n’a pas été repeinte… Toutes les maisons sont consumées. Il ne reste que les murs en pierre de la Maison des Dames (religieuses) et la maison du pont des Foulons…

feu.1.jpg

La rue de la Halle n’est qu’un amas de poutres brûlées… Elle s’appellera désormais rue du Charbon.

On envoie un messager au seigneur d’Aubigny, Robert STUART, maréchal de France, guerroyant .

Réponse, reconstruisez votre ville, en vous servant gratuitement- du bois de mes forêts.

Aubigny se reconstruit en une génération, nous laissant un ensemble unique et exeptionnel de maisons à colombages "Renaissance".

La Thaumassière a écrit qu’avant la reconstruction "on comptait à Aubigny cinq forêts : les forêts de Vièvre, de Cléfy, de l’Aumône, de Tempête et de Breregnault " apres la reconstruction " il n’y avait plus que les forêts de l’Aumône et de Cléfy, et les bois de la Thiau".

Il en avait, coûté à Robert STUART, trois de ses cinq forêts …. Et qui se répand à dire que les écossais sont des radins?

07/07/2012

A PROPOS "Du Premier Voyage En Sologne Du Prince Président Louis Napoléon", docteur Augustin Dubois

Mis en ligne le 27/04/2012

 

"A Propos" …La Sologne, a oublié de célébrer cette visite présidentielle en 2002 (*)…

à l’aube du IIIème Empire qui marqua favorablement cette région.

Livre premier voyage.jpgVous pouvez acheter sur Internet cet ouvrage.

3ème empire.jpgComme (parfois à des couts surprenants) Les anciens livres de colportage en Sologne on l’on trouve un portrait du père Pasquet La Fourche, sorcier rebouteux de Tremblevif (aujourd’hui St-Viâtre), disciple du Grand Albert, digne du Musée de la Sorcellerie.

(*) Lire le reportage du Docteur Augustin Dubois

27/06/2012

AULD ALLIANCE, "20 faits…que vous ignoriez peut-être sur la Vieille Alliance"…

Pour le 700ème anniversaire (1295-1995) traité de l’Auld Alliance, THE HERALD d’Edinburgh, a édité un supplément… "20 faits vous que vous ignoriez peut-être sur la Vieille Alliance"… dis avec un humour écossais…

AULD ALLIANCE 700 Eraldd.jpg

Vous serez surpris d’apprendre que c’est durant l’époque victorienne (1977-1901) que le whisky est devenu boisson nationale écossaise… supplantant le  "claret " (Bordeaux)

Vous serez  tout aussi surpris  de voir que les écossais The_Herald.jpgpour symboliser l’emblème de la Vieille Alliance le chardon d’Ecosse et le lys de France, ont pris la liberté de présenter un lys aux couleurs de la République…Me god !

 AULD_ALLIANCE_traite.jpg

The Herald 20 faits.jpgÀ quelques jours des Fêtes Franco-Écossaises 2012, je vous conseille de lire les "20 faits vous que vous ignoriez peut-être sur la Vieille Alliance " en cliquant sur ce lien...

L’AULD ALLIANCE, fil rouge des Fêtes Franco-Écossaises…

En France l’Auld Alliance est particulièrement commémorée à Saint-Germain-en-Laye et à Aubigny-sur-Nère où se situe un musée consacré à l'Alliance et se déroulent chaque année des Fêtes Franco-Écossaises. Cette année les 14/15 juillet 2012…

Auld Alliance Laurent Granier Héraldiste.jpg

L'Auld Alliance c’est quoi ? Il existe Centre de Recherche sur l’Auld Alliance Franco-Écossaise…c’est écrit sur la porte de la Bibliothèque Municipale d’Aubigny. On ne peut pas dire qu’ils font beaucoup d’efforts pour vulgariser (sic)

Voici ce que l’on dit de l’Auld Alliance sur le site de l’Ordre de Saint-Andrew. Cet ancien Ordre de Chevalerie a été fondé par les amis et compagnons de la Maison Stuart, la Maison Royale d'Ecosse, associés aux Chefs des Clans écossais, à des militaires et à des Nobles français.

"L'Auld Alliance est une alliance entre la France, la Norvège et l'Écosse, aux dépens de l’Angleterre.

AULD ALLIANCE 700 Eraldd.jpg

Elle remonte à 1165 lorsque Guillaume le Lion adressa une ambassade à Louis VII de Auld Alliance flag Aubigny.jpgFrance bien que la première trace écrite de cette alliance soit le traité signé à Paris le 23 octobre 1295 entre les représentants de Jean Baliol et Philippe le Bel. Le 23 février 1296, le Parlement écossais ratifie le traité d’alliance signé avec la France. Ce traité prévoyait que si l’un des États subissait une attaque de l’Angleterre, l’autre État envahirait l’Angleterre, comme le montre l’exemple de la bataille de Flodden Field en 1513.

En 1326, Robert Bruce renouvela l’Alliance par le traité de Corbeil.

Aux XIVe et XVe siècles, le traité fut invoqué à six reprises.

Le 6 juillet 1560, le traité d'Édimbourg révoqua officiellement l’alliance, après 250 ans.

L’Écosse devenue protestante s’alliait désormais avec l’Angleterre, protestante également.

Cependant, certains points du traité restaient en application. Entre autres, les Écossais résidant en France et les Français résidant en Écosse disposaient sans recours de la double nationalité jusqu’à la révocation de ce point en 1903 par le gouvernement Français.

Garde écossaise aux couleurs blanc, vert et rose..jpg

Bien qu’elle fût avant tout militaire et diplomatique, l’alliance garantissait la double citoyenneté entre les deux États. Le traité affecta la vie des Écossais dans différents domaines, l’architecture, la loi, la langue et la cuisine du fait des nombreux  écossais qui purent entrer au service de la France. Ainsi la garde personnelle du Roi de France fut longtemps et uniquement une Garde écossaise. Les Écossais prirent goût aux meilleurs vins français.

claret_D.jpgÀ cette époque, le bordeaux était, devant le whisky, la "boisson nationale" de l’Écosse.

En 1620, le port écossais de Leith importait ainsi un million de litres de Clairet, soit un litre par habitant.

En 1336, au début de la guerre de Cent Ans, le roi de France Philippe de Valois fournit

une aide militaire au roi d’Écosse David II en exil en France après avoir été déposé par Édouard III d’Angleterre.

En 1346, l’Écosse envahit l’Angleterre pour défendre les intérêts de la France.

L’armée écossaise fut cependant vaincue et David II fait prisonnier à la bataille de Neville’s Cross.

En 1421, lors de la bataille de Baugé, les forces franco-écossaises causèrent une sévère défaite aux Anglais. Cette victoire fut de courte durée car à la bataille de Verneuil (1424) les troupes écossaises furent anéanties. Malgré cette défaite, l’action des Écossais fut un soutien suffisamment efficace qui donna un répit à la France, la préservant ainsi d’une occupation complète par l’Angleterre.

En 1429, des Écossais furent assistés par Jeanne d’Arc pour lever le siège d’Orléans.

Un corps d’Écossais fut établi pour défendre la personne du roi de France.

De nombreux seigneurs Écossais s'installèrent en France, certains continuèrent de se Mémorial Auld Alliance.jpgconsidérer comme Écossais et d'autres s'intégrèrent comme les Stuarts de Darnley, devenus seigneurs d'Aubigny (petite ville du Nord du Berry) qui restera "écossaise" jusqu'au XVIIIe siècle.

En 1558, cette alliance historique fut encore renforcée par le mariage du Dauphin François (futur François II) avec Marie Stuart. À cette occasion, le roi de France Henri II établit une lettre de grande naturalisation automatique entre Français et Écossais.

Concrètement, l'alliance a pris fin en 1560, année de la mort de la régente Marie de Lorraine, membre de la famille des Guise, et de la défaite militaire et politique de la France, chassée par des Grands d'Écosse passés à la Réforme, les Lords of the Congregation, eux-mêmes soutenus par l'Angleterre. En 1562, l'Ecosse envoie 200 soldats en Normandie pour aider les Huguenots dans leur lutte face au pouvoir royal catholique.

Au XVIIIe siècle, après l'Acte d'union (1707) des royaumes d'Angleterre et d'Écosse, certains Jacobites, partisans des Stuarts défaits à la bataille de Culloden (1746), trouvent refuge en France au nom de l'Auld Alliance, en particulier à Saint-Germain-en-Laye et à Sancerre.

Château des Stuarts.jpg

En 1942, le général de Gaulle qualifie l’alliance franco-écossaise de « plus vieille alliance au monde ».  Il l'a d'ailleurs appliquée en autorisant des parachutistes français à être réunis à une unité anglaise (les SAS), car elle était dirigée par un Ecossais (David Stirling).

De nos jours, l'Auld Alliance est surtout évoquée lors d’événements folkloriques ou sportifs

 Allez France-Ecosse.jpg(Tournoi des six nations en particulier). Aujourd'hui plus connue des Écossais que des Français, elle demeure pour les premiers l'une des marques de leur identité nationale les différenciant profondément des Anglais.

En France elle est particulièrement commémorée à Saint-Germain-en-Laye et à Aubigny-sur-Nère où se situe , un mémorial, un musée (*) consacré à l'Alliance et se déroulent chaque année des Fêtes Franco-Écossaises. Cette année les 15/15 juillet 2012"…

(*) : Place de la Résistance – 18700 AUBIGNY-SUR-NERE - Téléphone: 02 48 81 50 07 – Mél : seta@aubigny-sur-nere.fr – Ouvertures 2012 : du 5 mai au 1er octobre, les Week-Ends (vendredi, samedi, dimanche, lundi) et jours fériés> 10/12h30 et 15/19h. Du 6 au 14 octobre  (samedi, dimanche ) > 14h30/18h.

Illustrations :

Auld Alliance de Laurent Granier Héraldiste

Jean Fouquet: Adoration des Mages (miniature, 1454). Le roi Charles VII est représenté au premier plan, en vert, agenouillé devant la Sainte Vierge et l'Enfant Jésus, suivi de sa Garde écossaise aux couleurs blanc, vert et rose.

26/06/2012

DUC d’Aubigny, 12è rang dans l’ordre et préséance des Ducs et Pairs de France de l'Ancien Régime

L’ordre et préséance du Duc d’Aubigny est tiré de l’état qui énonce les familles qui ont reçu, sous l'Ancien Régime, une Pairie associée à leur Duché. Laquelle se serait transmise toujours aujourd'hui selon la règle initiale de succession de la pairie. On doit cependant observer que le Duc d'Aubigny n'aurait pu siéger sous la Restauration dans la chambre des Pairs au vu de son statut d'étranger (Anglais). Il n'est pas fait mention des Pairs de Restauration, ni de ceux dont la pairie d'Ancien Régime s'est éteinte. C'est un classement résiduel d'Ancien Régime!

XX duc Aubigny.jpg

Aubigny (Duché-Pairie en 1777) :

   10 è Duc :   Charles Herny Gordon-Lennox, Duc de Richmond, Lennox & Gordon (London 19/09/1929 – Duc depuis  2/11/1989)

   Duchesse : Susan Monica Grenville-Grey (1932)

   Héritier: Charles Henry Gordon-Lennox, Earl of March, Darnley & Kinrara (London 8/01/1955), son fils

   Son épouse : Hon. Janet Elizabeth Astor (b.1/12/1961)

   2è héritier : Charles Henry Gordon-Lennox, Lord Settrington (20/12/1994), petit-fils célibataire

Blasonnement :

"Grand-écartelé : aux I et IV contre-écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or (de France) et de gueules à trois léopards d'or (d'Angleterre) ; au II d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (d'Écosse) ; au III d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent (d'Irlande) ; à la bordure componée de seize pièces d'argent et de gueules, chaque pièce d'argent chargée d'une rose boutonnée d'or et pointée de sinople (de Lennox) ; sur le tout de gueules à trois fermaillets d'or (d'Aubigny) ; aux II et III du grand-écartelé : écartelé au I d'azur à trois hures d'or défendues de gueules (de Gordon) ; au II d'or à trois têtes de lion arrachées de gueules lampassés d'azur (de Badenoch) ; au III d'or, aux trois croissants de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (de Seton) ; au IV d'azur à trois quintefeuilles d'or boutonnées du champ (de Fraser). "

Ducs pairs d'Aubigny.jpg

Devise : "En la rose, je fleuris"

Territoire et armes des Ducs : cf. Héraldique-europeenne.

PÔLE CULTUREL d’Aubigny sur Nère…nouvelle tête…

Le Berry Républicain, du 26 juin 2012, consacre une page à "la bio" de Remi Beguin.

Le nouveau responsable du Pôle Culturel municipal est en poste depuis le 1er février 2012. Il a une mission très large….

Pôle culturel Aubigny.jpg

Philippe Delouzillière pense que Remi Beguin va retrouver les parfums de l’Afrique en en côtoyant Sacha Baraz , le peintre invité au Château des Stuarts…

Autre évènement, le 6 juillet prochain marquera le 50ème anniversaire de la disparition du romancier William Faulkner...un ami d'Aubigny. Ecrivain majeur du XXe siècle, il eut une grande William Faulkner.jpginfluence sur les générations suivantes. A travers ses romans et ses nouvelles, les thèmes favoris de William Faulkner demeurent les traditions du Sud, la communauté, la terre, la famille, l'histoire et le passé, la race, l'ambition et l'amour.

L’influence de Faulkner sur les écrivains latino-américains, n’a pu échapper à Remi Beguin lors de son séjour à La Havane. On retrouve chez certains auteurs latino-américains le modèle littéraire de Faulkner par la multiplicité des voix narratives, l'utilisation sporadique du monologue intérieur et l'influence de la géographie ou du cadre de vie rural sur le déroulement du récit.

"The William Faulkner Society" et Oxford (Mississippi) se préparent au "William Faulkner Remembrance Day" (50th anniversary of Faulkner's death).

Qu’en sera-t-il de la Bibliothèque municipale d'Aubigny qu’anime Remi Beguin ?

CAMPAGNE DE RUSSIE, en juin 1812, Napoléon franchit le Niémen pour mener ses troupes au-delà de la frontière russe…

En juin 1812, la Grande Armée forte de 691 500 hommes, la plus grande armée européenne jamais rassemblée, avec Louis Lombardeau, franchit le Niémen pour se diriger vers Moscou.

Louis Lombardeau , officier de la légion-d’ honneur, lieutenant-colonel des fusiliers-chasseurs, de la vieille garde impériale, né à Aubigny, a fait toutes les campagnes depuis 1792 sans interruption.

Empereur et la garde.jpg

Où a-t-il passé le mois de juin de 1812?…Certainement pas très loin d’où était l’Empereur.

7 juin 1812 – Napoléon Ier arrive à Dantzig.

12 juin 1812 – Napoléon est à Königsberg.

18 juin 1812 – Les États-Unis déclarent la guerre à l'Angleterre.

Pie VII.jpg

19 juin 1812 – Arrivée du Pape Pie VII, captif, au château de Fontainebleau

22 juin 1812 – Napoléon adresse une proclamation à la Grande Armée. Ouverture de la Diète polonaise à Varsovie.

24 juin 1812 – Le Niémen est franchi.

25 juin 1812 – La Diète polonaise est dissoute par l'envoyé de Napoléon ; elle réclamait la reconstitution du royaume de Pologne.

Salamanca 1812.jpg

28 juin 1812 – Entrée de Napoléon à Wilno (ou Vilna, l'actuelle Vilnius) ; il est logé dans la maison occupée par le czar Alexandre quelques jours plus tôt. Prise de Salamanque par Wellington (l’ami de Charles Lennox, duc d’Aubigny).

29 juin 1812 – Evacuation de Grodno par le général Platov.

30 juin 1812 – Entrée de Jérôme Bonaparte à Grodno. L'armée russe bat en retraite sur Mostouï.

PS : à l’attention de "la Mémoire" et du Directeur culturel d’Aubigny, l’école d'enluminure d'Angers  m’a fait cadeau d’une série de soldats de l’Empire. Les menuisiers municipaux les ont encadrés. Des fonctionnaires territoriaux s’en sont servis pour décorer leur bureau….J’aimerai bien les revoir…par exemple lors d’une expo à la BM où au Vieil Aubigny….

25/06/2012

DRAMBUIE, une page de l’histoire d’Écosse en bouteille... "la boisson qui satisfait" la Cité des Stuarts...

Ce que vous ne devez pas ignorer pour bien "communier" avec les Fêtes Franco-Écossaise…

Drambuie 2.jpgLa liqueur Drambuie est rattachée à un épisode de l’histoire de l’Écosse.

Quand Bonnie Prince Charlie arriva en Ecosse en 1745 pour tenter de regagner le trône de ses ancêtres, il apporta la recette du Drambuie à la famille Mackinnon qui a conservé le secret de la préparation de génération en génération.

De nos jours, c’est la seule liqueur traditionnelle qui associe des whiskies écossais de 15 à 17 ans d’âge, mélangés à des herbes et du miel.

Drambuie vient du gaélique "An Dram Buidheach" qui signifie "la boisson qui contente".

Un peu d’histoire

Drambuie Charles Edouard Stuart.jpg

En 1746, prince Charles Edouard Stuart s'est sauvé à l'île de Skye. Là, le capitaine John Mackinnon lui a donné refuge. Plus tard, Prince Charles Edouard, remerciant le capitaine d’être resté avec lui, récompensa ce dernier en lui donnant la recette de sa boisson précieuse et retransmise, à la fin du 19ème siècle, à James Ross.

Ross a développé et a amélioré la recette uniquement pour ses amis. L'un de ces amis la nomma "la boisson qui satisfait". Ross la fit breveter et décida alors de la vendre aussi bien en France qu’aux Etats-Unis.

James Ross mourra jeune tragiquement. Afin de payer l’éducation de ses enfants, sa veuve a été obligée de vendre la recette, par coïncidence, à la famille de MacKinnon, au début du 20ème siècle.

Cette famille a produit la boisson depuis. La première distribution commerciale de Drambuie a eu lieu en 1910 à Edimbourg.

Seulement douze bouteilles ont été à l'origine vendues. En 1916, Drambuie est devenue la première liqueur autorisée dans les caves de la Chambre des Seigneurs et s’est dispersée petit à petit dans le monde entier. Dans les années 80, les producteurs de Drambuie ont commencé à faire connaitre la liqueur…

Drambuie mer.jpg

Et depuis 1990, (1ère Fêtes Franco-Écossaise)… c’est "la boisson qui satisfait"  la Cité des Stuarts.

(L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération).

19/06/2012

LA JOURNEE DES HARENGS, 12 février 1429 fatale à Jean Stuart de Darnley, seigneur de Concressault et d’Aubigny.

Au programme des Fêtes Franco-Ecossaises, dimanche 15 juillet 15h centre-ville : Cortège historique.

Plus d’une centaine de personnages costumés accompagnés de groupes médiévaux défileront dans les rues du centre-ville au rythme des Pipe Bands. Rétrospectives historiques où l’on retrouvera Quentin, le fantôme d’Aubigny, Jean Stuart de Darnley et Jeanne d’Arc ….puisque cette année 2012 marque le 600è anniversaire de sa naissance

Rétrospectives historiques…Jean Stuart de Darnley et Jeanne d’Arc  ne se sont jamais rencontrés.

bataille_harengs.jpg

Le 12 février 1429 journée fatale à Jean Stuart de Darnley, seigneur de Concressault et d’Aubigny Jeanne d’Arc était en train de prier dans l’Eglise de Vaucouleurs. Son départ pour le Berry a lieu le 13 février 1429. Après être passée à Aubigny , le 25 février 1429, Jeanne d'Arc rencontre le roi Charles VII à Chinon.

La journée des Harengs, également bataille des harengs et bataille de Rouvray est en réalité une bataille qui se déroula sur la commune de Rouvray Saint Denis (non loin d'Orléans) le 12 février 1429.

Bataille des harengs gravure.jpg

Elle fut appelée "journée des Harengs" car le convoi anglais attaqué par les Français transportait du poisson et autres victuailles destinés à être consommés pendant le carême.

Les Français postaient des espions auprès des armées anglaises pour tenter de connaître leurs intentions. Un de ces hommes informa les Français de la sortie de 300 chariots de la ville de Chartres, convoi escorté par 1 500 Anglais sous le commandement de Jean Fastolf et du prévôt de Paris, Simon Morhier.

Apprenant la nouvelle, plusieurs milliers de Français sortirent d'Orléans avec à leur tête Jean de Dunois, comte de Longueville. De son côté, Charles de Bourbon, comte de Clermont et futur Charles Ier, duc de Bourbon, prit du retard pour effectuer sa jonction avec le comte de Longueville. Les Anglais en profitèrent pour disposer leurs chariots en cercle et attendirent les Français de pied ferme. Les Français manquèrent leur effet de surprise.

Jean Stuart de Darnley à cheval.jpg

Une dispute éclata entre Jean Stuart de Darnley (*), comte d'Évreux, (fils d'Alexandre Stuart, à ne pas confondre avec un homonyme, John Stuart, comte de Buchan, dit Boucan, lequel fut fait connétable de France en 1424), commandant les troupes écossaises alliées aux Français, et Jean de Dunois. Chacun avait son avis sur l'opportunité de livrer bataille aux Anglais. Le comte d'Évreux voulait combattre à cheval, le comte de Longueville préférait se battre à pied. Pour finir, chacun engagea le combat selon sa propre idée. Charles de Bourbon, comte de Clermont, arriva au moment où la dispute éclatait, mais ne broncha pas.

Les Anglais sortirent de leur retranchement et mirent en déroute les Français. Il y eut bien une légère riposte de La Hire et de Jean Poton de Xaintrailles, mais bien qu'ils eussent fait plusieurs tués, ils abandonnèrent eux aussi la lutte. Beaucoup de capitaines, dont Jean Stuart de Darnley et Guillaume d'Albret, périrent lors de cette Journée des Harengs.

Blason Jean Stuart.jpg(*) Jean Stuart de Derneley ou John Stewart of Darnley (1365 – 12 février 1429), noble écossais et français, comte de Darnley et d'Évreux, seigneur de Concressault  (1421) et d’Aubigny (1423) connétable de l'armée d'Écosse durant la guerre de Cent Ans.

Il participe victorieusement à la bataille de Baugé à celle de Cravant , dans l'Yonne, 31 juillet 1423 au cours de laquelle il perd un œil et est fait prisonnier et à  celle de de Verneuil le 17 août 1424...etc...

Il périt avec son frère Guillaume Stuart de Darnley lors de la bataille des Harengs à Rouvray-Saint-Denis, le 12 février 1429.

Il était le fils d'Alexandre Stuart de Darnley († 1404), et de sa première femme Marguerite. Il épousa Elizabeth, fille de, Duncan comte de Lennox. Ils eurent trois enfants, Alain Stuart de Darnley, Jean Stuart 2e seigneur de Concressault et d'Aubigny et Alexandre Stuart de Darneley.

Il est enterré avec son épouse dans la cathédrale d'Orléans où une plaque commémorative a été apposée par l'Alliance France-Écosse en 1996.

18/06/2012

MUSEE DE LA RESISTANCE du Cher, "on constate sa connotation politique"…"on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières".

croix drapeau.jpgJe ne sais pas si vous avez-lu le commentaire que Gilbert Moreux a déposé sur le post consacré à Pierre Rateau ?:

« Tout d'abord, j'adresse mes condoléances à la famille de Pierre Rateau, de nouveau  en deuil…Lorsqu'on parle de Pierre Rateau, on imagine tout de suite la France-Libre et la Résistance à l'occupant. Qu'il ait peu de place au Musée de la Résistance du Cher, est un fait. Tous les connaisseurs de l'époque qui ont visité le Musée ont constaté dès l'abord, sa connotation politique. Quand on lit que ce musée veut "mettre en avant ses finalités scientifique et pédagogique", on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières, et  progressiste où Pierre Rateau aurait la place qui lui est due. »

Au soir du 18 juin jour de se souvenir de ces hommes, qui ont marqué la vie locale, pour lequel nous avons un devoir de mémoire :

 

Pierre Rateau est né le 14 mai 1913 à Aubigny sur Nère; il fut mobilisé en septembre 1939 comme Maréchal des Logis d'Artillerie. Pierre Rateau n’a pas entendu l’appel de pierrerateau.jpgGénéral et moins encore l’armistice de Pétain. Il est de ceux qui rendu les armes après la défaite officielle : le 25 juin 1940, au Donon, un réduit de valeureux combattant irréductibles,  dans les Vosges. Les allemands pour obtenir une reddition plus rapide ont fait a ces irréductibles une promesse chevaleresque de "conditions honorables" et autres civilités... Promesses fallacieuses ! Il est fait prisonnier et est interné à Strasbourg puis est transféré au stalag 1 B en Prusse orientale où il tente de s'évadé par la Hongrie mais sans succès. Envoyé à la frontière Russe il s'évade en mars 1941 avant d'être empri-sonné en Russie : Minsk, Smolensk et Grodno. Il se trouve dans la prison de Mitchourine lorsqu'il part rejoindre Londres grâce au Capitaine Billotte (qui deviendra général) avec 180 autres français... vous connaissez la suite

 

Fernand Mercier, un marin–ingénieur, né à Concressault, n’a pas enten-du le Général . C’est le discours défaitiste de Pétain qui  le motiva, lui et ses compagnons Fernand Mercier.jpgpour faire « évader » le Jean-Bart vers l’Afrique du nord. Il aurait pu renoncer à servir la France Libre après le 3 juillet 1940, quand la Royal Navy neutralise la flotte française à Mers-el-Kebir. Fernand Mercier, avant d’être exfiltré vers Londres, fut l’un des chefs du réseau de résistance Jade-Fitzroy, fondé en décembre 1940. Fernand Mercier déposa, le 18 juin 1984 une croix de Loraine au monument des déportés. Depuis cette date, l’Appel du 18 juin a été célébré sans défection à Aubigny. Pour en savoir plus

Pour en savoir plus...

 

Jean Boinvilliers je ne sais pas s’il a entendu ?  Né le 16 juillet 1921, Jean Boinvilliers dès juin 1940, interrompt ses éludes, rejoint le Général de Gaulle à Boinvilliers-Jean.jpgLondres et s'engage, à 19 ans, dans les Forces Françaises Libres. Il participe à la campagne du Tchad avec le général Leclerc  et termine la guerre dans la 2ème DB. Il fut capitaine de réserve d’artillerie coloniale, décoré de la Croix de Guerre, De la Médaille Coloniale (Fezzan-Tripolitaine) et de la médaille de la France Libre. Retournant à la vie civile , il devint Secrétaire général de la revue Réalités, un des titres les plus novateurs et les plus influents des années 1950 et 1960. Puis de directeur de La Nation, l'organe du mouvement gaulliste, dont le premier numéro sort le lundi 5 mars 1962. Jean Boinvilliers, sera député du Cher (2éme circonscription Vierzon-Sancerre),  du 9 décembre 1958  au 22 mai 1981. C’était un spécialiste de l’audiovisuel, en particulier de l’ORTF.

 

Pierre, Fernand, Jean ont retrouvé la vie civile...Certains comme Maurice-Ripoche

Maurice Ripoche  et  Pierre Diard ont connu un destin tragique.

Ils ont tous un point commun : leur mémoire a été effacée pas le CG18 et son fameux musée!

Maurice-Ripoche.jpg  Pierre Diard.jpg

J’espère que ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas attendu l’invasion de l’URSS par l’Allemagne le 22 juin 1941 et que Staline donne l'ordre aux communistes d'engager la résistance armée contre les Nazis pour entrer en résistance.

Gilbert MOREUX auteur de plusieurs ouvrages sur l’époque de la résistance et la Libération dans le Cher.

Gilbert Moreux , fonctionnaire à la retraite, ancien responsable syndical CFDT et militant du Parti socialiste, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’époque de la Résistence ert la Libération.

Gilbert Moreux.jpg

Gilbert Moreux, a écrit deux ouvrages sur son drame familial, drame survenu durant la période de la Libération de la France, en l’année 1944, et qui a marqué sa vie jusqu’à aujourd’hui. Il  fait partager le fruit de ses longues et patientes investigations sur cette journée du 5 juin 1944 où son père est assassiné, dans sa chambre, par deux inconnus armés. Qui a commandité l’assassinat de son père ? C’est sans passion ni rancune que Gilbert Moreux relate cette histoire familiale et qui est aussi celle d’un village, Sainte-Gemme, dans le Cher, où il est né.Enquêtant sur la mort de son père, exécuté « sur ordre de la Résistance » le 5 juin 1944 Gilbert Moreux a fait la rencontre d’Alice et de Michel, la compagne et le fils de Julien Girault, commandant Maxime, chef des FTP du Cher, adversaire de la fusion des FTP avec les FFI, "liquidé"» en août 1944 dans des conditions mal élucidées.

Lire aux Ed. AàZ Patrimoine > site

 

"Dans le labyrinthe des secrets de la Libération" / Gilbert Moreux Ed. AàZ Patrimoine, 2011

DANS LE LABYRINTHE des secrets de la Libération de Gilbert Moreux.jpgDans une période où le "devoir de mémoire" est devenu une injonction permanente, pesante, où l’histoire est régulièrement mobilisée voire instrumentalisée à des fins idéologiques et politiques, voire électoralistes, le livre de Gilbert Moreux est exemplaire. D’abord parce que, si c’est un « devoir de mémoire », peu sont de cette qualité, de cette hauteur morale et de cette exigence intellectuelle. (…) Mais ce livre est bien autre chose qu’un devoir de mé-moire. Il traduit une exigence de vérité qui est au cœur des enjeux scientifiques et moraux du travail d’historien. Dans les recherches qu’il a conduites depuis vingt ans pour répondre à cette lancinante question — Pourquoi mon père ? — Gilbert Moreux a rencontré l’Histoire. Extrait de la préface de Jean-Marc Berlière Professeur émérite d’histoire à l’Université de Dijon Chercheur au CNRS / Ministère de la Justice

"Le Secret D'Alice. Pour survivre à une tragédie entretiens entre deux orphelins de Guerre." Gilbert Moreux, Ed. AàZ Patrimoine, 2007

Le secret d'Alice.jpgAlice Girault, vieille dame berruyère raconte volontiers qu'elle a eu une "vie exceptionnelle". Son père, grand blessé de la Première Guerre mondiale, devient clochard. Sa mère, veuve d'un instituteur mort à la guerre, l'épouse, croyant qu'un nouvel amour pourrait la guérir de ses souffrances psychiques. Alice naît en 1920. Sa mère, malade, est internée en asile psychiatrique, jusqu'à sa mort. Alice, jeune bonne à tout faire sancerroise, épouse Julien, brillant instituteur, qui devient chef de la Résistance communiste FTP dans le Cher sous le nom de "commandant Maxime". Ensemble, ils connaissent l'amour, l'Occupation et les actions clandestines. Et puis un jour, le 16 août 1944, Julien ne revient pas d'une mission stratégique pour l'avenir de la Résistance. Son corps est retrouvé le 26 août à Saint-Germain-du-Puy. Son assassinat n'a jamais été élucidé. Pour Alice, jeune veuve, mère d'un enfant, la vie continue... C'est l'époque de la libération du Cher, dans la joie pour les uns, la douleur pour les autres. Dans la longue vie d'Alice, il y a eu de la peine, du travail, du sang, des armes et des larmes, mais aussi des aventures, du sexe, de l'amitié, de la tendresse, de l'humour et de l'amour. Elle la raconte dans des confessions parfois impudiques à Gilbert Moreux, dont le père, soupçonné de collusion avec l'ennemi, a été assassiné le 5 juin 1944 par des résistants FTP. Alice et lui se sont rencontrés lors de l'enquête qui lui a permis d'écrire Pourquoi mon père ? Le secret d'Alice se détache de l'historiographie convenue, souvent peu respectueuse des sentiments humains. En annexe, Gilbert Moreux s'entretient avec Michel Girault, le fls de Julien et Alice, au sujet de la mort de «Maxime», le père qu'il n'a pas connu.

 

"Pourquoi mon père?", Gilbert Moreux, Ed. AàZ Patrimoine, 2005

Pourquoi mon père.jpg1944-2004 Le lundi 5 juin 1944 à 19 heures, un artisan, père de trois enfants, est assassiné dans son lit par deux hommes ve-nus et repartis à bicyclette. La presse parle de terroristes et de crime mystérieux. La veuve, présente au meurtre, intente une action en justice, accuse des résistants, et obtient une décision favorable. Elle est déclarée veuve civile de guerre et reçoit une pension. Le dossier contenant les enquêtes est classé secret. La rumeur dénonce l'auteur de l'opération, un chef FTP tué ensuite sur le front de Royan. Le nom de son acolyte est moins souvent cité. L'affaire officielle est close. La vie disperse les membres de la famille. Chacun est marqué à sa façon par la mort brutale d'un époux, d'un père, d'un fils. C'était la guerre. Cinquante ans plus tard, le fils découvre que le meurtre de son père a laissé des traces dans le Sancerrois. Au hasard d'une visite dans une librairie solognote, il achète un livre sur la Résistance dans le Cher. Commence alors une longue recherche à rebondissements, une sorte aussi de parcours initiatique.

17/06/2012

INCENDIES, Bourges 1487, Aubigny 1512…

Le Berry Républicain publie, dans son édition d’hier, samedi 16 juin 2012, une page complète "Et si le vieux Bourges prenait feux ?" Nous expliquant que la caserne des Danjons est la seconde de France à être équipée spécifiquement aux contraintes d’un incendie dans le centre historique…Bravo Yvon…

incendie au Moyen Age.jpg

1487 (22 juillet) : Grand incendie de Bourges, dit de la Madeleine, parti du quartier Saint Sulpice, qui se développa sur tout l'est de la ville, dans des quartiers populaires et très peuplés, comme Saint-Ambroix, Saint-Pierre, Saint-Bonnet et Saint Jean-des Champs. Les rues Mirebeaux et le début de Bourbonnoux furent réduites en cendres. Un tiers de la ville fut totalement détruit. Les flammes sont venues « lécher » les murs de la cathédrale, mais elle ne flambera pas. Il marque le déclin de Bourges, les grandes foires émigrant à Lyon.

Il succédait à celui de 588 : Premier incendie d'Avaricum (Bourges), qui dévaste la plus grande partie de la cité, rapporté par le célèbre chroniqueur Grégoire de Tours et aux incendies de 1252, 1259, 1353, 1403, 1407, 1468….

Aubigny a connu aussi deux grands incendies.

Le dimanche 28 août 1356, le Price Noir met le feu à Aubigny....

incendie au Moyen Age 2.jpg

Il y a 499 ans, le 11 juillet 1512, jour de la Sainte Elizabeth, un incendie accidentel parti du four banal (route d’Argent) ruine Aubigny.

Voici ce que de La Thaumassière (In Histoire du Berry -1689) relate :

"...Pendant que le Roy Jean étoit prifonnier en Angleterre, la Ville d’Aubigny fut fut prife , faccagée & brûlée par les Anglois, & peu aprez rebâtie. Elle fut une féconde rois brûlée par accident ,1e feu s'étant pris au Four-Bannal, qui confomma toutes les Maifons, à la refetve d'une feule, le 11 de Juillet 1512.Elle fut rétablie peu après du Bois des Forêts voisines.(*)..."

incendie au Moyen Age 3.jpg

(*) ..."Il y avoir autrefois cinq Forêts dans le Territoire & dans la Juftice d’Aubigny, trois du côté d'Orient & deux du côté d'Occident. L'une de celles du côté d’orient s'appelloit la Forêt de Viefvre , diftante d'un quart de lieue de la Ville , les deux autres fe nommoient de Cleufy proche les Bois d'Yvoy,& la Forêt de l'Aumône vers Dampierre, à deux lieues de diftance de la Ville; celles du côte d'Occident s'appelloient la Forêt de Tempête & de Breregnault $ la première éloignée d'une lieuë de la Ville , &  l'autre de deux lieuës. Il ne relie à prefent que les Forêts de l’Aumône, de Cleufy & les Bois de la Thuau , les autres ayant été employées au rétabliffement de la Ville après les Incendies...."

Un incendie de poubelle qui serait d'origine criminelle (?) a failli, le 11 mai 2008,  virer au drame...L’agent EDF venu de je ne sais où avait mis un temps certain à couper l’électricité (il ne savait pas où était le coffret). Relater, sur mon blog ,cet incident qui a été vu par plein de témoins: la population, des élus et la gendarmerie, comme témoins, m'a valu un dépôt de plainte…J’espère que depuis, si on ne dispose pas des moyens de Bourges, on a appris à couper rapidement le gaz et l’électricité!

A lire ou relire :

 Aubigny une ville en boiis, fossilisée...

 Il y a cinq siècles un incedie ruine Aubigny...