Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2012

SAINT GENEFORT, saint guérisseur berrichon, évêque d’origine écossaise….

Mis en ligne le 11/11/11, modifié le 15/11

En faisant mon arbre généalogique, je suis tombé sur un aïeul, tixier à Aubigny,  qui avait un patronyme rare, en Haut-Berry, au XVIIIème siècle : Généfort…

Chaon saint Généfort.jpgParmi les saints guérisseurs du Berry on trouve d'un saint Généfort. Un évêque d'origine écossaise, ancien abbé de Saint-Symphorien de Bourges, monastère qui est à l'origine de la collégiale Saint-Ursin (Bourges).  

Son culte est attesté une quarantaine de fois en France et en Italie du nord. La plus ancienne mention de son existence, nous la trouvons, à Bourges, en 1075... Dans une charte donnée, entre 1073 et 1078, en faveur de la Collégiale Saint-Ursin de Bourges. Ce document atteste  la présence du corps de Généfort qui y est confirmé à plusieurs reprises. Il n'est pas indifférent que le corps de ce saint ait été conservé à l'église Saint-Ursin dont le portail offrait une iconographie cynégétique et calendaire très particulière. Il était honoré en Berry le 25, le 26 ou le 27 février et à Sens le 26 février, donc en période de Carnaval.

Les Compagnons de Saint Généfort, au pays sancerrois étaient réputés(Il aurait été le successeur de St-Romble au monastère au monastère castelgordonien selon F.Foucher  in "Saint-Satur") .  On peut voir dans l’église de Chaon (en Sologne) une statue saint Généfort. Elle  aurait le pouvoir de vivifier les "membres faibles".  A Verneuil-sur-Igneraie (Indre), la fontaine de saint Généfort devait rendre les gens beaux et forts. Chaque année, au mois de février, les anciens plongeaient les enfants dans son eau glacée. On trouve une statue de Saint Généfort ou Guinefort l’église Notre Dame de Hérisson (Bourbonnais).

Saint-Guinefort tableau.jpg

Dans l’église Saint Colomban (un autre saint d’origine écossaise), dans les Côtes d’Armor huile sur toile, datant du 19ème siècle, représente le martyr de saint Généfort, copie de la toile de Lefebvre, datée de 1766, conservée dans l'église Saint-Martin de saint guignefort.jpgLamballe.

Il existait dans le commencement du XIIIe siècle une léproserie à Dammartin (Seine-et-Marne), sous le nom de Saint Généfort ou Guinefort, abbé de Saint-Ursin de Bourges. Généfort  vint en Picardie et finit sa vie martyrisé à Abbeville... A Bouillant, canton de Crépy (Oise), on vénère clans l'église une statuette où se trouve l'inscription suivante:  S. Guinefort mar' Qui guérisses des Langueurs prié   Pour nous.   Les individus atteints de fièvres invétérés emploient des linges frottés sur la statue. On  lui attribue le pouvoir de soulager les fatigues, d'apaiser les fièvres et même de corriger le strabisme (la « loucherie » qui fait « guigner fort »).  Mais saint de Saint Généfort ou Guinefort est aussi invoqué par les femmes afin de "réveiller" l'appétit de leurs maris "endormis". Guigner, en patois, signifie "remuer la queue" pour les chiens. "Remue-fort" la queue…

Saint-Guinefort Lévrier.jpg

Dans les Dombes , Guinefort, ou saint Guinefort, est le nom associé à un lévrier qui selon une légende rapportée notamment par le dominicain Étienne de Bourbon vers 1250, possédait le pouvoir posthume de guérir des enfants. Selon cette légende, le chien s'était attaqué à un serpent qui voulait piquer l'enfant de ses maîtres, châtelains de Villars-les-Dombes. Son maître le passe au fil de l'épée en voyant l'enfant Saint-Guinefort.jpgensanglanté gisant à terre, car imputant d'abord à son chien les blessures apparentes du nourrisson.  En voyant le serpent déchiqueté près du berceau et lorsque son enfant sain se réveille, il comprend sa méprise. Par la suite, ayant enterré son valeureux chien, il plante un buisson pour marquer l'emplacement de la dépouille. Les gens du lieu, puis d'autres, attribuent bientôt au lévrier martyr des pouvoirs miraculeux, notamment ceux de guérir des enfants et se rendent au sanctuaire pour le vénérer. Face à l'ampleur de la dévotion, Étienne de Bourbon fera exhumer les restes du chien pour les brûler ainsi que l'arbuste et en fera état dans son ouvrage  De Supersticione. Une loi est votée pour interdire aux habitants de se rendre sur les lieux, sous peine de saisie de l'ensemble de leurs biens. Pourtant, le culte de ce saint Lévrier persiste pendant plusieurs siècles, jusqu'aux années 1930, et ce malgré les interdictions répétées de l'Église catholique romaine.

Les femmes qui ayant des enfants faibles et malades demandaient son intercession céleste ! Au lieu présumé du tombeau du « saint lévrier » étaient apportés des langes de bébés, des chaussons ou des petits souliers en guise d’ex-voto, des pièces de monnaie, des clous et on y exposait même pendant un court laps de temps des enfants nus.

Lire > Jean-Claude Schmitt, Le saint lévrier. Guinefort, guérisseur d'enfants depuis le XIIIe siècle > cliquer ICI

05/06/2012

Robert BRUSSEAU, souvenir de juin 1940

Ici reposent Marthe Batou,  Van-der-Berg Flore & deux victimes Civiles de la Guerre. 15 & 16 juin 1940.

Brusseau croix 1940.jpg

"1940 la guerre éclair arrive dans le Cher

A Bourges, le 5 Juin 1940 une escadrille de bombardiers allemands fait une incursion dans le ciel berruyer, et larguent leurs bombes sur l'aéroport et l'usine d'avions, faisant une cinquantaine de morts.

A partir du 15 Juin, le 8ème corps aérien de la luftwaffe conduit par le général Von Richtoffen (pilote talentueux durant la première guerre), intensifia ses bombardements sur les bords de la Loire, dont quelques ponts sont encore tenus par l'armée française afin de permettre un repli au sud des troupes et des civils en débacle.

La Chapelle d'Angillon bombardement plaque.jpgLe 16 Juin, les villes d'Orléans, Gien et Jargeau sont copieusement bombardées. Ce même jour Léré, Saint Satur, Bannay, Veaugues, les Aix d'Angillon, Jussy le Chaudrier et Saint Martin d'Auxigny furent touchées également.

Le but de l'aviation était de terroriser les populations sur les routes et de préparer le terrain pour l'avancée des colonnes blindées au sol.

Le 17 Juin le Maréchal Pétain annonce la demande d'armistice de la France à la radio.

Le plus meurtrier des bombardements dans le Cher fut celui de la Chapelle d'Angillon le

La Chapelle d'Angillon bombardement château.jpg

18 Juin 1940 vers 19h00 par une trentaine de bombardiers. Il fit environ 110 morts dont 5 personnes de la population locale. C'est dire le nombre de français et de belges en exode sur les routes françaises à cette période.

La Chapelle d'Angillon bombardement.jpg

Le dernier bombardement sur le Cher eut lieu le lendemain 19 Juin à Chateaumeillant dans le sud du département."

Post de Berrichou.

Photos : Robert Brusseau, photographe à Aubigny et AD du Cher, bombardement de la chapelle (Château et champ de Foire)

04/06/2012

BIR HAKEIM -70 ans . "Général Koenig, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil" Général de Gaulle

Mis en ligne le 18 avril 2012..."Le 4 juin, Rommel revient sur Bir-Hakeim, avec l'Afrikakorps, cerne la position et la fait harceler par une importante artillerie de 6 heures du matin à la tombée de la nuit"...

2012 célébration du 70ème anniversaire de la bataille de Bir Hakeim (26 mai-11 juin 1942). Expositions, célébrations sont programmée dans tour l’hexagone. À  Aubigny je ne sais pas ? À moins que…quelqu'un se sente plus concerné que les autres...

bir-hakeim-blog.jpg

En 1940, la Grande-Bretagne demeure seule face à l’Axe Berlin – Rome – Tokyo. Les Italiens qui ont colonisé la Somalie (1885), l’Erythrée (1890), la Libye (1913) et logo ONAC.jpgl’Ethiopie (1936) attaquent l’Egypte, défendue par la 8° Armée britannique. Ils sont battus.
En 1941, Hitler envoie l’Afrika Korps, commandé par Rommel, au secours de Mussolini. Les Britanniques sont en grande difficulté. En 1942, Rommel prépare une grande offensive. La 1° Brigade des Forces Françaises Libres (FFL) rejoint la 8° Armée qui lui confie la défense de Bir Hakeim, à l’extrême sud de sa ligne de défense. Fondation France libre.jpgRommel attaque le 26 mai 1942. Les Britanniques sont battus mais la 1° BFL, en résistant jusqu’au 11 juin à 1 contre 10 (3 700 défenseurs contre 35 0000 attaquants), permet à la 8° Armée de se replier en Egypte, pour préparer une contre-offensive finalement victorieuse (El Alamein, octobre 1942).
Cette première confrontation survenue depuis l’armistice de 1940 entre soldats français et allemands a des retombées considérables. En France occupée, des publications clandestines et des maquis prennent pour nom « Bir Hakeim ». Chez les alliés, les Français Libres et leur chef obtiennent une reconnaissance qui leur faisait défaut jusque-là.

bir-hakeim-combet 25.jpg

Pour le 20ème anniversaire, en juillet 1962 la promotion de Saint-Cyr est baptisée Bir Hakeim, alors que le Général Simon commande l’Ecole et que Pierre Messmer est Ministre des Armées…, tous deux anciens de Bir Hakeim. L’actuel gouverneur du district 1720 et le député – maire d’Aubigny font  partie de cette 148ème promotion de Saint-Cyr > cliquer ICI

Pour ceux  qui veulent en savoir plus, voici quelques sites à consulter :

 •  Bir Hakeim 70 ans

 •  France Libre

 •  Fondation Charles de Gaulle

26/05/2012

AUBIGNY (Lévis), ville du Québec, Canada, sœur d’Aubigny sur Nère…

En marge du 1er festival Franco-Québécois, à l’ancien château d’Oizon, ci dans le duché d’Aubigny, des Lennox duc de Richmond et d’Aubigny, voici quelques liens historiques qui authentifient ce festival.

Québec et l'embouchure de la rivière Saint-Charles.jpg

Avant 1861, Lévis portait le nom de Ville d'Aubigny. Lieu stratégique pour la défense de Québec, Lévis (province du Québec) a de tout temps eu son histoire liée à celle de la capitale du Québec.

En mémoire du Gouverneur de l'Amérique du Nord britannique, au Canada, Richmond est la ville crée à l’endroit où Charles Lennox, duc de Richmond et d'Aubigny, décéda de la rage que lui transmis un renard.

carte du Quebec.jpg

Moins connu,  Caldwell a fait surgir sa ville appelée Aubigny en l'honneur du duc de Richmond (qui avait aussi hérité du titre de Duc d'Aubigny).

Sur un  territoire qui faisait partie, sous le régime français, de la seigneurie de Lauzon. (dans la région de Chaudière-Appalaches, dans le sud de la province de Québec, Canada, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, en face de la ville de Québec , voir la carte du Québec )

1818, coïncide au Canada  l’arrivée du gouverneur Lennox qui remplace le gouverneur Sherbrooke. La même année, Caldwell, un avocat, use de son droit féodal pour acheter sept concessions qui dominent la falaise de Lévis (aujourd’hui quartier Notre-Dame). Ces concessions appartiennent à des Français et ne sont pas exploitées, mais Caldwell les paya un bon prix et élabore un plan de développement de l’immense terrain acquis.

Plan Aubigny Québec 1849.jpg

Il trace des rues, divise en lots à bâtir, réserve une place pour un marché public et dessine un parc. Il imaginait une ville qui pourrait rivaliser avec Québec.

Pour flatter le gouverneur Richmond, qui a parmi ses titres de noblesse à celui du Duc d’Aubigny, baptise sa nouvelle ville du nom d’Aubigny. Avec ténacité, il se mit à l’œuvre pour réaliser son rêve d’une ville qu’il voulait aussi importante et belle que Québec. Pour atteindre son but qui demande des sommes considérables, il puise dans les fonds qu’il détient pour le compte du gouvernement. Une fois la magouille découverte, il doit rembourser au roi plus de 100 000 Louis (400 000$).

Joseph-David Déziel.jpg

Pour Caldwell c’est la faillite et l’exil aux États-Unis. Bien que la ville d’Aubigny , John Caldwell eut le grand mérite d’avoir suscité un beau projet qu’un humble prêtre, sans le sou, l’abbé Déziel, prit en mains et réalisa en fonda la paroisse Notre-Dame de Lévis sur le site et le plan de l’embryonnaire ville d’Aubigny. Le tort de Caldwell fut son ambition de vouloir faire trop vite et trop grand dans un temps où tout s’accomplissait à force de sacrifices et de persévérance.

Cependant, sans son ambition l’histoire et les écrits soulignent qu’il aurait fallu plusieurs années avant de mettre en valeur le magnifique site de Lévis (Aubigny ne comptait qu’une quarantaine de maison après 25 ans d’existance)

Levis Québec.jpg

La ville d’Aubigny existera  de 1849 à 1861, date à laquelle elle devint, avec d’autres villages  Lévis. Le nom Lévis fut choisi en l'honneur de François-Gaston, chevalier, seigneur et duc de Lévis (1719-1787), héros de la bataille de Sainte-Foy en 1760. (Lévis , vers 1870-1875).

Le 150e anniversaire de la Fondation de la ville de Lévis a été célébré, avec faste, l’an passé.

Aujourd’hui, le nom d’Aubigny est encore donné à une paroisse et un centre funéraire.

Illustration : La ville de Québec et l'embouchure de la rivière Saint-Charles, vues de la pointe Lévis. Vers 1836, avant la création d’Aubigny.

FestivalQuebecoizon.jpg

Je vous souhaites un bon festival

22/05/2012

JOURNEE NATIONALE aux "morts pour la France" en Indochine, 8 juin 2012. Cérémonie

Le Décret n° 2005-547 du 26 mai 2005 institue une journée nationale d'hommage aux "morts pour la France" en Indochine.

anciens combatants en indochine.jpgLe 8 juin est commémoré en France et au Mémorial de Fréjus, ainsi que dans d'autres villes de France Combattants Hmong comme à Aubigny, l'anniversaire de la fin de la guerre d'Indochine marquée par la chute de la dure bataille de Dien-Bien-Phû. Cette guerre qui dura neuf années pendant lesquels 100 000 soldats de l'Armée française payèrent de leur vie la défense des libertés que voulait le peuple indochinois.

Mémorial de Fréjus.jpg

Depuis 2009, alors secrétaire secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel, a lancé en Guyane un processus de reconnaissance des anciens combattants Hmong qui ont participé à la guerre d’Indochine  (1946-1954) aux côtés des troupes françaises. Ils étaient 2000 à Dien-Bien-Phû. On ne pourra plus dire que « La douce France » souffre parfois d'amnésie. L’ancien Président du Groupe d'amitié France-Laos de l’Assemblée nationale lui a emboité le pas dans sa ville.

mémorial Hmongs.jpg

Pour la 1ère fois, cette cérémonie se déroulera à Aubigny devant le nouveau monument  dédié à la mémoire des Lao Hmong morts au service de la France :

   • 18h50 rassemblement au Square de le Rue Saint-Ligori

   • 19h00 prise de parole par le Président de l'association des Lao Hmong

   • Lecture du Message

   • Dépôt de gerbes de fleurs par la Municipalité et l'Association des Lao hmong

   • Sonneries réglementaires

Hmongs au combat.jpgLe 8 juin, c’est le jour où l’on doit se souvenir des  " montagnards". Ils ont servi la France pendant la guerre d’Indochine, puis les USA pendant le conflit vietnamien. Pour cela, le régime communiste du Laos les persécute depuis plus de trente ans. Les Hmong sont un peuple du Sud de la Chine et de la péninsule indochinoise, notamment du Laos. Pendant la guerre d'Indochine puis du Vietnam, nombreux furent les Hmong qui se battirent avec les forces françaises, puis avec les USA et le Vietnam du Sud. Depuis la défaite du Sud-Vietnam, et l'arrivée du Pathet Lao au pouvoir à Vientiane (capitale du Laos) porté par l'armée vietnamienne en 1975, des dizaines de Hmongs guerre indochine.jpgmilliers de hmong ont fui hors du Laos, vers les Etats-Unis, la France (quelques-uns ont fait souche à Aubigny) , en Thaïlande. Mais des milliers d'entre eux seraient encore en fuite à travers les jungles laotiennes, poursuivis par l'armée du Laos. Les rapports d'Amnesty International font état de nombreuses allégations de tirs, meurtres, persécutions physiques contre les hmong, faits auxquels le pouvoir laotien n'oppose que dénégation.

Rendons hommage à tous ces jeunes hommes, tombés au combat et qui ont servi la France, sans jamais se plaindre ni rien demander.

18/05/2012

RICHMOND "ce coquin de Buonaparte m'a volé mes orangers"

Philippe Aubert de Gaspé, avocat, écrivain, cinquième et dernier seigneur de Saint-Jean-Port-Joli (comté de L’Islet), né à Québec le 30 octobre 1786, décédé à Québec le 29 janvier 1871, inhumé dans l’église de Saint-Jean-Port-Joli. Il fut contemporain du duc d’Aubigny, spolié par Napoléon Ier

Louise dans son orangerie.jpg

D’un caractère généreux et enthousiaste, le jeune de Gaspé, au début de sa carrière, avait pour lui tous les avantages : haute naissance, aisance financière, excellentes études, relations avantageuses dans les milieux politiques, juridiques, militaires, sociaux et mondains. On le voit participer à une foule d’initiatives culturelles, sportives et même financières. Il fut notamment vice-président de la première société littéraire de Québec, 1809, membre fondateur du Jockey Club, 1815, et de la Banque de Québec, 1818. En plus il avait reçu, dès 1804, une commission de lieutenant de milice de la ville, faubourg et banlieue de Québec ; en 1812 il devint capitaine au 1er bataillon de la ville de Québec et banlieue et fut promu la même année à l’état-major du Bas-Canada, comme assesseur adjoint. Il pratiqua le droit à Québec et "à la tournée de Kamouraska" jusqu’au 9 mai 1816 alors qu’il reçut une commission de shérif du district de Québec.

Charles Lennox gouverneur.jpg

En cette qualité, c’est lui qui eut la charge ou l’honneur d’accueillir Charles Lennox, 4e duc de Richmond et de Lennox, 3è duc d’Aubigny comme gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique. Richmond nommé le 8 mai 1818, arrive à Québec le 29 juillet 1818.

Les instructions qu'il a reçues lui enjoignent d'améliorer la défense des colonies, la navigation intérieure et d'encourager l'immigration britannique. Après une tournée d'inspection, il recommande de construire un canal à Lachine ainsi qu'entre les lacs Ontario et Érié. Il conseille aussi de construire une route militaire entre le Bas-Canada et le Nouveau-Brunswick…

Philippe Aubert de Gaspé.jpg

Les Mémoires de Philippe Aubert de Gaspé, publiées en 1866, sont une compilation d'un ensemble de souvenirs de jeunesse de l'auteur. Philippe Aubert de Gaspé est âge soixante-dix-neuf ans au moment de la rédaction des Mémoires. Les anecdotes datent pour l'essentiel des années 1780 aux années 1820 et se déroulent dans la ville de Québec ainsi qu'à Saint-Jean-Port-Joli, où se situe le manoir de la seigneurie familiale.

Philippe Aubert de Gaspé y rapporte cette conversation du gouverneur : …"Le type des aïeux s'était admirablement conservé dans ces deux hommes. Ils conversèrent longtemps ensemble vers la fin de la soirée. Nous fîmes cercle à distance respectueuse, et j'entendis le duc répéter deux à trois fois: " Ce coquin de Buonaparte (un anglais ajoutait toujours, alors, un mot injurieux en prononçant le nom du géant enchaîné sur le rocher de Sainte Hélène) ce coquin de Buonaparte m'a volé mes orangers." Il faisait, je suppose, allusion à des orangers de son duché d'Aubigny. Leur conversation était en français: langue que le duc parlait aussi purement que son interlocuteur: on aurait cru entendre deux parisiens converser ensemble...."

Illustration, reconstitution, Louise de Keroual visitant son orangerie.

FOUCHER dit du Cher (1753 Coullons – 1819 Aubigny), le régicide, notaire d’Aubigny, député Montagnard Conventionnel

Publié le 20/12/2011, mis à jour le 18/05/2012

Louis XVI (38 ans) est exécuté le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (aujourd'hui place de la Concorde), en homme digne et courageux. Ce «roi par la grâce de Dieu» devenu après la première phase de la Révolution "roi des Français" paie de sa vie sa "trahison" de la monarchie constitutionnelle.

exécution de Louis XVI.jpg

Parmi les Montagnards qui votent la mort, figure Philippe-Égalité, ci-devant duc d'Orléans et cousin du prévenu et le Conventionnel Albinien Jacques Foucher, député du Cher. (C'est à son cousin que Louis XVI doit donc de ne pas bénéficier du sursis... Philippe d'Orléans sera lui-même guillotiné avec les Montagnards mais son fils règnera plus tard sous le nom de Louis-Philippe1er.)

Sous Louis XVIII, en janvier 1816, la loi contre les régicides condamne au bannissement tous les anciens conventionnels qui avaient voté la mort de Louis XVI, comme Carnot un autre Montagnard Régicide, le Conventionnel Albinien Jacques Foucher, député du Cher (1791-1795).

Qui était Foucher ?

Jacques Foucher est né à Coullons (Loiret) le 6 décembre 1753, mort à Aubigny (Cher) le 23 novembre 1819, vint s'établir dans cette dernière ville en 1774 après ses études de droit. Il achète, en 1775, la charge de notaire royal et contrôleur des actes à Aubigny, que tenait son frère François (1732-1807). Il fut nommé, le 14 juin 1790, administrateur du Cher, et bientôt (1er septembre 1791) député de ce département à l'Assemblée législative, le 3e sur 6, par 153 voix (274 votants). Son rôle y fut modeste, et il se borna à opiner, en toutes circonstances, avec la majorité réformatrice. Le 5 septembre 1792, il fut réélu député du Cher à la Convention nationale, le 3e sur 6, par 229 voix (319 votants).

proces de Louis XVI 2.jpg

Républicain, il siégea à la Montagne et, dans le procès de Louis XVI, vota la mort sans sursis ni appel. Comme Sieyès, il n'accompagna ce vote d'aucune phrase. Foucher, dit du Cher (il avait un collègue homonyme)  était absent lors de l'appel nominal sur la question du sursis. Le 19 février 1793 il fit, au nom du comité des domaines, un rapport sur la terre d'Aubigny possédée par le duc de Richmond, pair d'Angleterre, et conclut au séquestre. La Convention décréta  que les revenus de la terre d'Aubigny, érigée en duché-pairie par Louis XIV, au profit de la famille de Lennox, dont l'aïeul était un fils naturel de Charles II, roi d'Angleterre, et de la duchesse de Portsmouth, seraient séquestrés et que les scellés seraient apposés sur les archives du château.

Envoyé en mission dans l'Aube, il adhéra, par lettre, aux journées des 31 mai et 2 juin 1793, éliminant les Girondins. Il remplit encore d'autres missions dans le Jura et dans le Doubs. A l'expiration des pouvoirs de la Convention, Foucher devint commissaire du Directoire dans le Cher.

Duc Ministre Decazes.jpg

En septembre 1793 il entre au Comité des Assignats et Monnaies et à ce titre est envoyé surveiller la fabrication des billets à l’imprimerie de  Bûges dans le Loiret.

Il quitta ces fonctions en 1796, s'abstint jusqu'en 1803 de toute charge publique, et se livra à l'étude du droit, jusqu'au jour où la loi de 1816 vint le frapper et le chasser de France. Il se réfugia à Lausanne et ne revint dans sa patrie à Aubigny (avec une autorisation du ministre Decazes) que peu de temps avant sa mort, le 23 novembre 1819 à l'âge de 66 ans.

08/05/2012

67th anniversary of VE Day (May 8)…Auld Alliance

chardon popy.JPG

"But pleasures are like poppies spread

You seize the flower it's bloom is shed...."

Tam o'Shanter  Robert Burns

01/05/2012

ROBERT STUART fait maréchal de France de France le 1er mai 1514 par Louis XII

Contrairement à ce que l’on peut entendre dans les visites théâtralisées nocturnes d’Aubigny, Robert Stuart, comte de Beaumont (Normandie)  et de Lennox (Ecosse), seigneur d’Aubigny (qui construit le château d’Aubigny et permit à Aubigny de se relever de l’incendie de 1512) ne gagnât pas son bâton de maréchal le soir de Marignan.

marignan.jpg

Il fut fait maréchal de France de France le 1er mai 1514 par Louis XII. Cette dignité, qui égalait son titulaire aux ducs et pairs, ne fut attribuée qu'à un seul personnage, Jean Jacques Trivulzio. François Ier (ici à Marignan) le confirma en 1515 et créa deux autres maréchaux, Odet de Foix et Jacques Chabanne de La Palice. Commandant de l’armée d’Italie, le Maréchal d’Aubigny défit Prosper Colonna près de Villefranche en Piémont. Le chef des armées ennemies n'accepta de se rendre qu'à Robert Stuart "pour sauver sa vie, bailla sa foy " selon du Bellay. Il prit part aux batailles de Marignan le 13 et 15 septembre 1515 et à la prise de Milan.

armes Robert Stuart.jpg

Il fut chargé de réduire, avec succès, la résistance du Castello Sforzesco de Milan. A ce titre, il fut à l'honneur lors de l'entrée solennelle du roi dans Milan. Robert Stuart était contemporain et frère d’armes de Bayard et avait aussi le titre de "chevalier sans peur et sans reproche"

17/04/2012

PLUME ET LAVIS sur parchemin, Aubigny milieu XVIe siècle.

Plume et lavis sur parchemin (*), s.d., milieu XVIe siècle (A. D. Cher 15 H 20 Répertoire contenant par extraits le détail de tous les titres du Prieuré de la Sainte-Trinité d'Aubigny-sur-Nère.).

Lavis Aubigny.jpg

(*)Détail de l'original , La paroisse de Sainte Montaine n’apparait pas sur cette reproduction.

AUBIGNY, la carte de l’Académie, dite de Cassini, seconde moitié du XVIIIe siècle.

Unique parenthèse civile jusqu’à la "Carte de France" actuelle, c’est la première carte de base de la France, source et fondement de toute opération ultérieure.

Aubigny carte de cassinni.jpg

Voulue par le roi Louis XV, elle est issue de la coordination, par le maître d’œuvre César-François Cassini de Thury (Cassini III), d’un ensemble d’équipes d’ingénieurs et de graveurs formés spécialement. C’est aussi la première grande enquête toponymique nationale. Enfin, malgré ses imperfections, notamment dans l’expression du relief, elle restitue, avec finesse et élégance, le paysage naturel et construit de la France de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Moulins de La Nère.jpg

Pour consulter la partie consacrée à Aubigny (à cette époque duché), cliquer [ICI]

Y remarquer particulièrement les moulins de la Nère (extra-muros), l’Etang de Villeneuve (Parc des Sports) et les Grands-Jardins.

15/04/2012

FÊTES JEANNE d’ARC 2012, Orléans 600e anniversaire de la Pucelle

Ce 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, s’accompagnera en mai des 583èmes fêtes de la libération d’Orléans. En raison de l’actualité forte qui jalonnera le mois de mai 2012, a été fait le choix de reporter les traditionnelles cérémonies des 7 et 8 mai, aux 12 et 13 mai.

affiche-fetes-de-jeanne-d-arc-2012-orleans.jpg

Le programme :

• 29 avril : entrée de Jeanne d’Arc à Orléans Un spectacle final sur la Cathédrale avec la participation d’Orléans Jeanne d’Arc sur une mise en scène exceptionnelle de Philippe Violanti

• 29 avril : Ouverture de la salle multimédia à la Maison Jeanne d'Arc

• 1er mai : Fête médiévale et chevauchée de Jeanne d’Arc - Ile Charlemagne

TIMBRE Jeanne Arc 600.jpg• 2 et 3 mai : Soirée théâtre avec Jean-Paul Lucet "Le Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc" de Péguy - Centre Charles Péguy

• Les 4, 5, 7 et 8 mai : exposition virtuelle Jeanne O’Contemporain En savoir plus

• Du 5 au 8 mai : Marché médiéval

• 5 mai : Création originale d’une pièce de théâtre Nô sur Jeanne d’Arc     par Maître Kano, au théâtre d’Orléans

• 9 et 10 mai : Organisation d’un colloque scientifique sur Jeanne d'Arc

• Sortie nationale d’un timbre postal dédié à Jeanne d'Arcà Orléans et Paris le vendredi 11 et le samedi 12 mai. On pourra aussi le commander sur www.laposte.fr/timbres

• 12 mai : Remise de l’Etendard et son et lumière

• 12 mai : Set électro

• 13 mai : Hommages et défilés

11/04/2012

LE COUPLE AUBRAC raconte la libération de Raymond et l'exfiltration vers Londres sur "France 24"

"France 24", la  chaîne de télévision d'information internationale française en continu a mis en ligne sur son site un document ...Le couple Aubrac raconte la libération de Raymond et l'exfiltration vers Londres. Pour le visionner , Cliquer ICI 

exfiltration.jpg

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, compagnon  de captivité en Allemagne puis en Russie de Pierre Rateau a  parlé, avec emotion, sur les ondes  du départ de Raymond Aubrac.

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, 95 ans, ex-chef de service de la diffusion clandestine vers la France au commissariat national de l'Intérieur à Londres, compagnon de la Résistance et auteur de plusieurs livres (*) sur la France Libre n’a rien dit de précis sur cette exfiltration.

Peut-être faudrait-il interroger cet ami proche de Pierre Rateau.

Cet après-midi je suis tombé sur une visite commentée pour des ainés du 89 au  Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher. J’ai posé la question d’actualité au guide-conférencier : savez-vous qu’un résistant du Cher  était responsable de l'exfiltration vers Londres  des Aubrac ? pas de réponse. C’est vrai que l’on consacre au musée une fiche de format A5 à Pierre Rateau…Pas assée grande pour indiquer qu’il était Compagnon de la Libération (le seul du Cher)…moins qu’un simple résistant de Châteauneuf sur Cher…

Prisonniers de la liberté - L'odyssée des 218 évadés par l'URSS 1940-1941.jpg

(*) dont Prisonniers de la liberté - L'odyssée des 218 évadés par l'URSS 1940-1941…Pierre Rateau était l’un des 218…

Raymond AUBRAC est mort hier soir à 97 ans, annonce sa famille

Raymond Aubrac et son épouse Lucie (résistants contestés) avaient croisé Pierre RATEAU, Compagnon de la Libération

Pierre Rateau.jpg

Les circonstances : Lucie avait, avec son réseau, réussi à faire évader des geôles de Barbie, son époux Raymond qui a été arrêté avec Jean Moulin à Caluire.

Pierre Rateau qui avait échappé à cette rafle a été chargé d’exfiltrer vers l’Angleterre les restes du réseau.

Les transferts vers à Londres se font par de rares vols clandestins. Ils n’ont lieu qu’à la pleine lune, et l’avion anglais repart bredouille quand il y a un peu de brouillard et qu’il ne peut repérer le faible balisage du terrain.

Un des Lysanders devant se charger du transfert a été rendu inutilisable lors de l’atterrissage difficile.

Pierre Rateau ne disposait plus d’assez de places d'avion. Lucie  Aubrac n’était pas sur la liste. Mais était enceinte, jusqu'aux yeux.

Pierre Rateau, lui laissa sa place dans l’avion.  Lucie s’envolala veille de l’accouchement….et Pierre rejoigny Londres, en passant par l'Espagne et Gibraltar!

Lucie  Aubrac a effacé de sa mémoire cet épisode!

Marguerite Rateau, épouse de Pierre (elles se sont rencontrées à St-Amand) en a été très affectée : comment une femme sur le point d’accoucher, en cavale, la nuit dans un champ, ne pouvait pas se souvenir … de ce geste chevaleresque ?

Dans le livre de Lucie Aubrac …. Vous n’y retrouver pas sa rencontre avec Pierre Rateau…

Ne passez pas au Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher pour en savoir plus !...Pierre Rateau, seul Compagnon de la Résistance, y est mis à la portion congrue. 

10/04/2012

UN ORANGER, pour marquer l’orangerie et célébrer le bicentenaire 1812/2012 à Aubigny?

Les paveurs municipaux s’activent (avant de réaliser un grand projet sur le mail) place de la Résistance à Aubigny. Ils arrivent à hauteur de l’ancienne orangerie

paveurs Aubigny.jpgCélébration du bicentenaire 1812/2012 une date importante dans l’histoire d’Aubigny…

Ces travaux de voirie seront peut-être la bonne occasion de marquer l’emplacement de l’orangerie (*) ?

palmier devant l'orangerie.jpg

En 2005, en expliquant, lors d’un CM, au maire-adjoint d’Aubigny délégué au tourisme, que compte tenu de notre passé, place de la Résistance montrer un oranger c’était plus subtil qu’un palmier !

Orangers Orleans.jpg

Mon collègue, aussi responsable du fleurissement d’Aubigny, n’avait rien trouvé de meilleure réponse à mon argumentaire, que les orangers ne pouvaient vivre à Aubigny.

Depuis, peut-être a t-il vu un documentaire au Club ou est-il passé Place du Martroi à Orléans ou à Châteauneuf sur Loire (deux villes en Région Centre comme Aubigny) voir les orangers…

(*) 1812…je vous en reparlerai, ici,…en attendant interrogez les hôtesses de l’OTSS…