Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2012

PÔLE CULTUREL d’Aubigny sur Nère…nouvelle tête…

Le Berry Républicain, du 26 juin 2012, consacre une page à "la bio" de Remi Beguin.

Le nouveau responsable du Pôle Culturel municipal est en poste depuis le 1er février 2012. Il a une mission très large….

Pôle culturel Aubigny.jpg

Philippe Delouzillière pense que Remi Beguin va retrouver les parfums de l’Afrique en en côtoyant Sacha Baraz , le peintre invité au Château des Stuarts…

Autre évènement, le 6 juillet prochain marquera le 50ème anniversaire de la disparition du romancier William Faulkner...un ami d'Aubigny. Ecrivain majeur du XXe siècle, il eut une grande William Faulkner.jpginfluence sur les générations suivantes. A travers ses romans et ses nouvelles, les thèmes favoris de William Faulkner demeurent les traditions du Sud, la communauté, la terre, la famille, l'histoire et le passé, la race, l'ambition et l'amour.

L’influence de Faulkner sur les écrivains latino-américains, n’a pu échapper à Remi Beguin lors de son séjour à La Havane. On retrouve chez certains auteurs latino-américains le modèle littéraire de Faulkner par la multiplicité des voix narratives, l'utilisation sporadique du monologue intérieur et l'influence de la géographie ou du cadre de vie rural sur le déroulement du récit.

"The William Faulkner Society" et Oxford (Mississippi) se préparent au "William Faulkner Remembrance Day" (50th anniversary of Faulkner's death).

Qu’en sera-t-il de la Bibliothèque municipale d'Aubigny qu’anime Remi Beguin ?

20/06/2012

Pierre RATEAU, Alias : "Henri Poily", "Pape", "Arthur", "Eminence", "Rossi" compagnon de la libération.

Mis en ligne le 14/06/2012

En mémoire de Marguerite Rateau, qui va rejoindre son époux mercredi, lisez les états de service du plus valeureux des albiniens

pierrerateau.jpg

Pierre Rateau est né le 14 mai 1913 à Aubigny-sur-Nere, dans le Cher, de parents entrepreneurs en quincaillerie.

Il suit des études secondaires aux Lycées Fénelon et Condorcet à Paris avant d'effectuer son service militaire pendant deux ans au Maroc, dans l'Artillerie.

Rendu à la vie civile, il entre dans l'entreprise familiale.

Mobilisé en 1939 comme maréchal des logis, il est affecté à un parc d'artillerie dans les Vosges. Désireux d'agir, il passe, à sa demande, le brevet de chef de section et est nommé, en avril 1940, au 60e Régiment d'Artillerie.

Il combat avec bravoure au Donon dans les Vosges jusqu'à l'armistice et reçoit la Croix de Guerre. Fait prisonnier, il est interné à Strasbourg ; transféré en Prusse-Orientale, au stalag I B, il refuse de travailler et se considère "en sursis d'évasion".

Fin mars 1941, Pierre Rateau se fait envoyer dans un Kommando de travail à Lyck, à 30 kilomètres de la frontière russe, et parvient à s'évader, avec deux camarades, la nuit même de son arrivée, par -30°.

Prisoniers de liberté.jpg

Arrêtés à la frontière russe les trois hommes sont séparés. Pierre Rateau est successivement interné à Minsk, Smolensk, Grodno et enfin Mitchourine où il retrouve 180 Français emmenés par Pierre Billotte , avec lesquels il est libéré et rejoint l'Angleterre, via Arkhangelsk et le Spitzberg, le 9 septembre 1941 ( Lire Prisonniers de la liberté-l'odyssée des 218 évadés par l'URSS, 1940-1941 de Jean-Louis Crémieux-Brilhac).

Pierre Rateau lisant la Marseillaise  à Londres.jpg

Après un passage au camp de Camberley où il s'engage dans les Forces Françaises Libres sous le nom de Henri Poily, il est affecté au Bureau Central de Renseignements et d'Action (BCRA), les services spéciaux de la France Libre et reçoit un entraînement dans les camps de l'Intelligence Service.

Parallèlement à son instruction, il s'occupe des questions "Jeunesse" avec Maurice Schumann

et André Philip.

En avril 1943, le sous-lieutenant Rateau est parachuté en France près de Roanne dans la Loire sous le nom de code d'"Arthur" en qualité de chargé de mission au S.A.P. (Service des Atterrissages et Parachutages) pour les régions R3 et R4 (Toulouse et Montpellier). Il doit remplacer Hervé Montjarret, arrêté. Blessé au cours du parachutage, ne trouvant pas l'équipe de réception, il doit se débrouiller par ses propres moyens.

A Lyon, il prend contact avec les organisations locales et la Délégation générale ; il rencontre notamment Max (Jean Moulin), Bruno Larat, nouveau responsable du Centre des Opérations de Parachutages et d'Atterrissages (COPA), Paul Rivière et Alain de Beaufort, chef des opérations aériennes de la région de Clermont-Ferrand et Limoges. Ensuite, il installe son P.C. à Toulouse où il organise le service des parachutages. Il réceptionne ainsi les premières opérations aériennes du sud-ouest de la France. Après l'arrestation de Bruno Larat et d'Alain de Beaufort , il reprend la région de Limoges.

Grâce à son travail incessant de recherche des terrains d'atterrissage, de grandes figures de la Résistance comme Pierre  Brosselette et Pierre Viénot Pierre Viénot ou des personnalités politiques comme Jules Moch et Henri Queuille purent être acheminées vers l'Angleterre.

Activement recherché par la Gestapo, il échappe de justesse à plusieurs arrestations. Il organise également une chaîne d'évasion par l'Espagne qui permet le passage de la frontière à de nombreux agents du BCRA.

En février 1944, il repart lui-même par l'Espagne. Arrêté, après un internement au camp de Miranda, il parvient à rejoindre Gibraltar puis Londres en avril 1944. Rapidement affecté à l'Etat-Major du général Koening , il est chargé des liaisons aériennes avec les officiers d'opérations et les chefs de réseaux.

En août 1944, promu au grade de sous-lieutenant, il exécute une seconde mission en France (mission Shinoil) et est parachuté sur la poche de Saint-Nazaire pour y regrouper les maquis de la Vendée.

Nommé ensuite Chef du 4e Bureau, il est décoré de la  Croix de la Libération par le général de Gaulle le 18 juin 1945 et affecté à la Direction Générale des Etudes et Recherches (DGER) avant d'être démobilisé à l'été 1945.

Rateau Aubigny.jpg

Il reprend ensuite l'entreprise familiale.

Pierre Rateau est décédé le 27 juin 1956 à Aubigny-sur-Nere où il a été inhumé.

 légion d'honneur.jpg

• Chevalier de la Légion d'Honneur

 • Compagnon de la Libération - décret du 6 avril 1945

 • Médaille Militaire

 • Croix de Guerre 39/45 (3 citations)

 • Médaille de la Résistance

 • Médaille des Evadés

 • King's Medal for Courage (GB)

 • Chevalier de l'Ordre de Léopold (Belgique)

 • Croix de Guerre Belge (avec palme)

Mesdames messieurs, passez voir ce qu’a retenu de ceci le Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher (ouvert au public le 25 octobre 2010) : Une petite fiche, au format d’une carte postale, où l’on indique même pas que Pierre Rateau était compagnon de la Libération (le seul du Cher)… Voilà Pierre Rateau n’était ni du Front de Gauche, ni du Pari Socialiste !

Cliquer sur les liens en surbrillance

18/06/2012

MUSEE DE LA RESISTANCE du Cher, "on constate sa connotation politique"…"on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières".

croix drapeau.jpgJe ne sais pas si vous avez-lu le commentaire que Gilbert Moreux a déposé sur le post consacré à Pierre Rateau ?:

« Tout d'abord, j'adresse mes condoléances à la famille de Pierre Rateau, de nouveau  en deuil…Lorsqu'on parle de Pierre Rateau, on imagine tout de suite la France-Libre et la Résistance à l'occupant. Qu'il ait peu de place au Musée de la Résistance du Cher, est un fait. Tous les connaisseurs de l'époque qui ont visité le Musée ont constaté dès l'abord, sa connotation politique. Quand on lit que ce musée veut "mettre en avant ses finalités scientifique et pédagogique", on soupçonne une certaine tromperie par rapport à une vérité historique et scientifique sans frontières, et  progressiste où Pierre Rateau aurait la place qui lui est due. »

Au soir du 18 juin jour de se souvenir de ces hommes, qui ont marqué la vie locale, pour lequel nous avons un devoir de mémoire :

 

Pierre Rateau est né le 14 mai 1913 à Aubigny sur Nère; il fut mobilisé en septembre 1939 comme Maréchal des Logis d'Artillerie. Pierre Rateau n’a pas entendu l’appel de pierrerateau.jpgGénéral et moins encore l’armistice de Pétain. Il est de ceux qui rendu les armes après la défaite officielle : le 25 juin 1940, au Donon, un réduit de valeureux combattant irréductibles,  dans les Vosges. Les allemands pour obtenir une reddition plus rapide ont fait a ces irréductibles une promesse chevaleresque de "conditions honorables" et autres civilités... Promesses fallacieuses ! Il est fait prisonnier et est interné à Strasbourg puis est transféré au stalag 1 B en Prusse orientale où il tente de s'évadé par la Hongrie mais sans succès. Envoyé à la frontière Russe il s'évade en mars 1941 avant d'être empri-sonné en Russie : Minsk, Smolensk et Grodno. Il se trouve dans la prison de Mitchourine lorsqu'il part rejoindre Londres grâce au Capitaine Billotte (qui deviendra général) avec 180 autres français... vous connaissez la suite

 

Fernand Mercier, un marin–ingénieur, né à Concressault, n’a pas enten-du le Général . C’est le discours défaitiste de Pétain qui  le motiva, lui et ses compagnons Fernand Mercier.jpgpour faire « évader » le Jean-Bart vers l’Afrique du nord. Il aurait pu renoncer à servir la France Libre après le 3 juillet 1940, quand la Royal Navy neutralise la flotte française à Mers-el-Kebir. Fernand Mercier, avant d’être exfiltré vers Londres, fut l’un des chefs du réseau de résistance Jade-Fitzroy, fondé en décembre 1940. Fernand Mercier déposa, le 18 juin 1984 une croix de Loraine au monument des déportés. Depuis cette date, l’Appel du 18 juin a été célébré sans défection à Aubigny. Pour en savoir plus

Pour en savoir plus...

 

Jean Boinvilliers je ne sais pas s’il a entendu ?  Né le 16 juillet 1921, Jean Boinvilliers dès juin 1940, interrompt ses éludes, rejoint le Général de Gaulle à Boinvilliers-Jean.jpgLondres et s'engage, à 19 ans, dans les Forces Françaises Libres. Il participe à la campagne du Tchad avec le général Leclerc  et termine la guerre dans la 2ème DB. Il fut capitaine de réserve d’artillerie coloniale, décoré de la Croix de Guerre, De la Médaille Coloniale (Fezzan-Tripolitaine) et de la médaille de la France Libre. Retournant à la vie civile , il devint Secrétaire général de la revue Réalités, un des titres les plus novateurs et les plus influents des années 1950 et 1960. Puis de directeur de La Nation, l'organe du mouvement gaulliste, dont le premier numéro sort le lundi 5 mars 1962. Jean Boinvilliers, sera député du Cher (2éme circonscription Vierzon-Sancerre),  du 9 décembre 1958  au 22 mai 1981. C’était un spécialiste de l’audiovisuel, en particulier de l’ORTF.

 

Pierre, Fernand, Jean ont retrouvé la vie civile...Certains comme Maurice-Ripoche

Maurice Ripoche  et  Pierre Diard ont connu un destin tragique.

Ils ont tous un point commun : leur mémoire a été effacée pas le CG18 et son fameux musée!

Maurice-Ripoche.jpg  Pierre Diard.jpg

J’espère que ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas attendu l’invasion de l’URSS par l’Allemagne le 22 juin 1941 et que Staline donne l'ordre aux communistes d'engager la résistance armée contre les Nazis pour entrer en résistance.

18 juin 1940, le Général de Gaulle, depuis Londres, appelait les Français à résister.

Une cérémonie commémorative est organisée par le Député-Maire d’Aubigny. Rassemblement à 18 h 45, dans la cour de l’Hôtel de Ville (*)….

72 anni.jpg

L’occasion de vous rappeler que sous la municipalité de Roger Pelatta, jeune conseiller municipal minoritaire, j’avais en séance du conseil municipal interpellé le premier magistrat "Gaulliste de Gauche" (cf.radio Gien) pour que l’appel du 18 juin soit –enfin- commémoré à Aubigny.

Pour la municipalité d’Aubigny la mémoire "était sélective" … seule une cérémonie avait été organisée, le 18juin,  l’année de la commémoration du 40ème anniversaire de la mort de Jean Moulin .

croix de Loraine.jpgRefus… alors nous avons décidé de passer outre et de convier la population pour déposer une belle "Croix de Lorraine" au pied du monument des déportés le 18 juin… le maire se ravise et convoque ½ heure après nous…

Je verrai toujours l’émotion des anciens combattants et leurs portes drapeaux, toujours prêt bien avant l’heure, quand le commandant Fernand Mercier Fernand Mercier

(cousin germain de mon père), déposa la croix de lorraine tricolore (offerte par un fleuriste) … et leurs sourires quand le Maire déposa son bouquet..

L’année suivante, le Maire demanda si le mouvement gaulliste, organisait une commémoration… inutile le message était passé, l’appel devenant une commémoration officielle à Aubigny.

Présent, comme conseiller régional, le jour du dépôt de la croix de Lorraine, devenu maire fit encore mieux en créant, ce qui aurait dû exister depuis longtemps, une salle à la Mémoire de  Pierre Rateau et aux résistants du Cher Nord.

appel 18 juin.jpg

Il lui reste à faire poser une plaque.

(*) Le 72éme anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940 se déroulera, à Aubigny selon le programme suivant :

   ▪ 18h45 -Rassemblement dans la cour de l’Hôtel de Ville.

   ▪ 19h -Cérémonie au Mémorial des Déportés

      -Dépôt de gerbes

      -Diffusion du Message du Général de Gaulle

      -Sonneries réglementaires.

A l'issue de la cérémonie, un vin d'honneur sera offert par la Municipalité dans les salles de danse et de musique de la Maison des Associations, place de la Résistance

Gilbert MOREUX auteur de plusieurs ouvrages sur l’époque de la résistance et la Libération dans le Cher.

Gilbert Moreux , fonctionnaire à la retraite, ancien responsable syndical CFDT et militant du Parti socialiste, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’époque de la Résistence ert la Libération.

Gilbert Moreux.jpg

Gilbert Moreux, a écrit deux ouvrages sur son drame familial, drame survenu durant la période de la Libération de la France, en l’année 1944, et qui a marqué sa vie jusqu’à aujourd’hui. Il  fait partager le fruit de ses longues et patientes investigations sur cette journée du 5 juin 1944 où son père est assassiné, dans sa chambre, par deux inconnus armés. Qui a commandité l’assassinat de son père ? C’est sans passion ni rancune que Gilbert Moreux relate cette histoire familiale et qui est aussi celle d’un village, Sainte-Gemme, dans le Cher, où il est né.Enquêtant sur la mort de son père, exécuté « sur ordre de la Résistance » le 5 juin 1944 Gilbert Moreux a fait la rencontre d’Alice et de Michel, la compagne et le fils de Julien Girault, commandant Maxime, chef des FTP du Cher, adversaire de la fusion des FTP avec les FFI, "liquidé"» en août 1944 dans des conditions mal élucidées.

Lire aux Ed. AàZ Patrimoine > site

 

"Dans le labyrinthe des secrets de la Libération" / Gilbert Moreux Ed. AàZ Patrimoine, 2011

DANS LE LABYRINTHE des secrets de la Libération de Gilbert Moreux.jpgDans une période où le "devoir de mémoire" est devenu une injonction permanente, pesante, où l’histoire est régulièrement mobilisée voire instrumentalisée à des fins idéologiques et politiques, voire électoralistes, le livre de Gilbert Moreux est exemplaire. D’abord parce que, si c’est un « devoir de mémoire », peu sont de cette qualité, de cette hauteur morale et de cette exigence intellectuelle. (…) Mais ce livre est bien autre chose qu’un devoir de mé-moire. Il traduit une exigence de vérité qui est au cœur des enjeux scientifiques et moraux du travail d’historien. Dans les recherches qu’il a conduites depuis vingt ans pour répondre à cette lancinante question — Pourquoi mon père ? — Gilbert Moreux a rencontré l’Histoire. Extrait de la préface de Jean-Marc Berlière Professeur émérite d’histoire à l’Université de Dijon Chercheur au CNRS / Ministère de la Justice

"Le Secret D'Alice. Pour survivre à une tragédie entretiens entre deux orphelins de Guerre." Gilbert Moreux, Ed. AàZ Patrimoine, 2007

Le secret d'Alice.jpgAlice Girault, vieille dame berruyère raconte volontiers qu'elle a eu une "vie exceptionnelle". Son père, grand blessé de la Première Guerre mondiale, devient clochard. Sa mère, veuve d'un instituteur mort à la guerre, l'épouse, croyant qu'un nouvel amour pourrait la guérir de ses souffrances psychiques. Alice naît en 1920. Sa mère, malade, est internée en asile psychiatrique, jusqu'à sa mort. Alice, jeune bonne à tout faire sancerroise, épouse Julien, brillant instituteur, qui devient chef de la Résistance communiste FTP dans le Cher sous le nom de "commandant Maxime". Ensemble, ils connaissent l'amour, l'Occupation et les actions clandestines. Et puis un jour, le 16 août 1944, Julien ne revient pas d'une mission stratégique pour l'avenir de la Résistance. Son corps est retrouvé le 26 août à Saint-Germain-du-Puy. Son assassinat n'a jamais été élucidé. Pour Alice, jeune veuve, mère d'un enfant, la vie continue... C'est l'époque de la libération du Cher, dans la joie pour les uns, la douleur pour les autres. Dans la longue vie d'Alice, il y a eu de la peine, du travail, du sang, des armes et des larmes, mais aussi des aventures, du sexe, de l'amitié, de la tendresse, de l'humour et de l'amour. Elle la raconte dans des confessions parfois impudiques à Gilbert Moreux, dont le père, soupçonné de collusion avec l'ennemi, a été assassiné le 5 juin 1944 par des résistants FTP. Alice et lui se sont rencontrés lors de l'enquête qui lui a permis d'écrire Pourquoi mon père ? Le secret d'Alice se détache de l'historiographie convenue, souvent peu respectueuse des sentiments humains. En annexe, Gilbert Moreux s'entretient avec Michel Girault, le fls de Julien et Alice, au sujet de la mort de «Maxime», le père qu'il n'a pas connu.

 

"Pourquoi mon père?", Gilbert Moreux, Ed. AàZ Patrimoine, 2005

Pourquoi mon père.jpg1944-2004 Le lundi 5 juin 1944 à 19 heures, un artisan, père de trois enfants, est assassiné dans son lit par deux hommes ve-nus et repartis à bicyclette. La presse parle de terroristes et de crime mystérieux. La veuve, présente au meurtre, intente une action en justice, accuse des résistants, et obtient une décision favorable. Elle est déclarée veuve civile de guerre et reçoit une pension. Le dossier contenant les enquêtes est classé secret. La rumeur dénonce l'auteur de l'opération, un chef FTP tué ensuite sur le front de Royan. Le nom de son acolyte est moins souvent cité. L'affaire officielle est close. La vie disperse les membres de la famille. Chacun est marqué à sa façon par la mort brutale d'un époux, d'un père, d'un fils. C'était la guerre. Cinquante ans plus tard, le fils découvre que le meurtre de son père a laissé des traces dans le Sancerrois. Au hasard d'une visite dans une librairie solognote, il achète un livre sur la Résistance dans le Cher. Commence alors une longue recherche à rebondissements, une sorte aussi de parcours initiatique.

05/06/2012

Robert BRUSSEAU, souvenir de juin 1940

Ici reposent Marthe Batou,  Van-der-Berg Flore & deux victimes Civiles de la Guerre. 15 & 16 juin 1940.

Brusseau croix 1940.jpg

"1940 la guerre éclair arrive dans le Cher

A Bourges, le 5 Juin 1940 une escadrille de bombardiers allemands fait une incursion dans le ciel berruyer, et larguent leurs bombes sur l'aéroport et l'usine d'avions, faisant une cinquantaine de morts.

A partir du 15 Juin, le 8ème corps aérien de la luftwaffe conduit par le général Von Richtoffen (pilote talentueux durant la première guerre), intensifia ses bombardements sur les bords de la Loire, dont quelques ponts sont encore tenus par l'armée française afin de permettre un repli au sud des troupes et des civils en débacle.

La Chapelle d'Angillon bombardement plaque.jpgLe 16 Juin, les villes d'Orléans, Gien et Jargeau sont copieusement bombardées. Ce même jour Léré, Saint Satur, Bannay, Veaugues, les Aix d'Angillon, Jussy le Chaudrier et Saint Martin d'Auxigny furent touchées également.

Le but de l'aviation était de terroriser les populations sur les routes et de préparer le terrain pour l'avancée des colonnes blindées au sol.

Le 17 Juin le Maréchal Pétain annonce la demande d'armistice de la France à la radio.

Le plus meurtrier des bombardements dans le Cher fut celui de la Chapelle d'Angillon le

La Chapelle d'Angillon bombardement château.jpg

18 Juin 1940 vers 19h00 par une trentaine de bombardiers. Il fit environ 110 morts dont 5 personnes de la population locale. C'est dire le nombre de français et de belges en exode sur les routes françaises à cette période.

La Chapelle d'Angillon bombardement.jpg

Le dernier bombardement sur le Cher eut lieu le lendemain 19 Juin à Chateaumeillant dans le sud du département."

Post de Berrichou.

Photos : Robert Brusseau, photographe à Aubigny et AD du Cher, bombardement de la chapelle (Château et champ de Foire)

04/06/2012

BIR HAKEIM -70 ans . "Général Koenig, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil" Général de Gaulle

Mis en ligne le 18 avril 2012..."Le 4 juin, Rommel revient sur Bir-Hakeim, avec l'Afrikakorps, cerne la position et la fait harceler par une importante artillerie de 6 heures du matin à la tombée de la nuit"...

2012 célébration du 70ème anniversaire de la bataille de Bir Hakeim (26 mai-11 juin 1942). Expositions, célébrations sont programmée dans tour l’hexagone. À  Aubigny je ne sais pas ? À moins que…quelqu'un se sente plus concerné que les autres...

bir-hakeim-blog.jpg

En 1940, la Grande-Bretagne demeure seule face à l’Axe Berlin – Rome – Tokyo. Les Italiens qui ont colonisé la Somalie (1885), l’Erythrée (1890), la Libye (1913) et logo ONAC.jpgl’Ethiopie (1936) attaquent l’Egypte, défendue par la 8° Armée britannique. Ils sont battus.
En 1941, Hitler envoie l’Afrika Korps, commandé par Rommel, au secours de Mussolini. Les Britanniques sont en grande difficulté. En 1942, Rommel prépare une grande offensive. La 1° Brigade des Forces Françaises Libres (FFL) rejoint la 8° Armée qui lui confie la défense de Bir Hakeim, à l’extrême sud de sa ligne de défense. Fondation France libre.jpgRommel attaque le 26 mai 1942. Les Britanniques sont battus mais la 1° BFL, en résistant jusqu’au 11 juin à 1 contre 10 (3 700 défenseurs contre 35 0000 attaquants), permet à la 8° Armée de se replier en Egypte, pour préparer une contre-offensive finalement victorieuse (El Alamein, octobre 1942).
Cette première confrontation survenue depuis l’armistice de 1940 entre soldats français et allemands a des retombées considérables. En France occupée, des publications clandestines et des maquis prennent pour nom « Bir Hakeim ». Chez les alliés, les Français Libres et leur chef obtiennent une reconnaissance qui leur faisait défaut jusque-là.

bir-hakeim-combet 25.jpg

Pour le 20ème anniversaire, en juillet 1962 la promotion de Saint-Cyr est baptisée Bir Hakeim, alors que le Général Simon commande l’Ecole et que Pierre Messmer est Ministre des Armées…, tous deux anciens de Bir Hakeim. L’actuel gouverneur du district 1720 et le député – maire d’Aubigny font  partie de cette 148ème promotion de Saint-Cyr > cliquer ICI

Pour ceux  qui veulent en savoir plus, voici quelques sites à consulter :

 •  Bir Hakeim 70 ans

 •  France Libre

 •  Fondation Charles de Gaulle

02/06/2012

Pierre KARMANN "l’espace" que lui ont dédié les albiniens, rebaptisé "passage"

Au moment de sa disparition, l’actuelle municipalité, avait décidé d’honorer la mémoire de Pierre Karmann, maire d'Aubigny (1971/-77) (PR/UDF)

Une plaque, "Espace Pierre Karmann", très succincte avait été  posée...quelques jours puis retirée

Le 1er anniversaire de la disparition de Pierre Karmann passé, je me posais la question du retour de la plaque question du retour de la plaque.

Karmann passage plaque.jpg

C’est fait la plaque définitive a été posée. "L’espace" est devenu "passage". On précise cette fois la fonction et la durée du mandat de maire, de Pierre Karmann.

Qui sait, une petite cérémonie, sera peut-être organisée, avec sa famille et ses anciens collègues du Conseil Municipal ?

Cliquer sur les liens en surbrillance.

22/05/2012

JOURNEE NATIONALE aux "morts pour la France" en Indochine, 8 juin 2012. Cérémonie

Le Décret n° 2005-547 du 26 mai 2005 institue une journée nationale d'hommage aux "morts pour la France" en Indochine.

anciens combatants en indochine.jpgLe 8 juin est commémoré en France et au Mémorial de Fréjus, ainsi que dans d'autres villes de France Combattants Hmong comme à Aubigny, l'anniversaire de la fin de la guerre d'Indochine marquée par la chute de la dure bataille de Dien-Bien-Phû. Cette guerre qui dura neuf années pendant lesquels 100 000 soldats de l'Armée française payèrent de leur vie la défense des libertés que voulait le peuple indochinois.

Mémorial de Fréjus.jpg

Depuis 2009, alors secrétaire secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel, a lancé en Guyane un processus de reconnaissance des anciens combattants Hmong qui ont participé à la guerre d’Indochine  (1946-1954) aux côtés des troupes françaises. Ils étaient 2000 à Dien-Bien-Phû. On ne pourra plus dire que « La douce France » souffre parfois d'amnésie. L’ancien Président du Groupe d'amitié France-Laos de l’Assemblée nationale lui a emboité le pas dans sa ville.

mémorial Hmongs.jpg

Pour la 1ère fois, cette cérémonie se déroulera à Aubigny devant le nouveau monument  dédié à la mémoire des Lao Hmong morts au service de la France :

   • 18h50 rassemblement au Square de le Rue Saint-Ligori

   • 19h00 prise de parole par le Président de l'association des Lao Hmong

   • Lecture du Message

   • Dépôt de gerbes de fleurs par la Municipalité et l'Association des Lao hmong

   • Sonneries réglementaires

Hmongs au combat.jpgLe 8 juin, c’est le jour où l’on doit se souvenir des  " montagnards". Ils ont servi la France pendant la guerre d’Indochine, puis les USA pendant le conflit vietnamien. Pour cela, le régime communiste du Laos les persécute depuis plus de trente ans. Les Hmong sont un peuple du Sud de la Chine et de la péninsule indochinoise, notamment du Laos. Pendant la guerre d'Indochine puis du Vietnam, nombreux furent les Hmong qui se battirent avec les forces françaises, puis avec les USA et le Vietnam du Sud. Depuis la défaite du Sud-Vietnam, et l'arrivée du Pathet Lao au pouvoir à Vientiane (capitale du Laos) porté par l'armée vietnamienne en 1975, des dizaines de Hmongs guerre indochine.jpgmilliers de hmong ont fui hors du Laos, vers les Etats-Unis, la France (quelques-uns ont fait souche à Aubigny) , en Thaïlande. Mais des milliers d'entre eux seraient encore en fuite à travers les jungles laotiennes, poursuivis par l'armée du Laos. Les rapports d'Amnesty International font état de nombreuses allégations de tirs, meurtres, persécutions physiques contre les hmong, faits auxquels le pouvoir laotien n'oppose que dénégation.

Rendons hommage à tous ces jeunes hommes, tombés au combat et qui ont servi la France, sans jamais se plaindre ni rien demander.

18/05/2012

BLOCUS CONTINENTAL 1807 > vente des biens de Richmond : Jardins, Château, Orangerie, Chenil….il y a 199 ans

Edité le 26/10/2011, mis à jour le 18/05/2012

Cette célébration n’est pas dans les objectifs 2012 du "Vieil Aubigny" et l’on ne sait pas encore si Quentin, victime de placements toxiques, s’est refait une santé financière...

Bicentenaire Hôel de Ville.jpg

Charles, IVème duc de Richmond, Lennox et d’Aubigny de 1807 à 1813 il est vice roi d'Irlande, où il prend comme Secrétaire Principal, Arthur Wellesley, (dont l'instruction a été parachevée à l'Académie Militaire d'Angers en 1786). Wellesley quitte l'Irlande en 1807 pour prendre le commandement des forces britanniques en Espagne et au Portugal.
Le fils du duc d’Aubigny, Charles Earl of March et futur Vème duc instruit à Westminster sera l’Aide de camp de Wellesley en Espagne et au Portugal. Il participera à la bataille de Waterloo comme Aide de camp du Prince d’Orange

 vente_des_biens_du_duc.jpg

Les deux hommes restent amis, et en 1815 le 4ème duc assiste à la bataille de Waterloo (en tant que civil) pour encourager son vieil ami, à présent Duc de Wellington.
Le 21 octobre 1805, l'amiral Nelson livre sa dernière bataille au large du cap Trafalgar, non loin de Cadix.. la plus grande défaite de la marine française (et les défaites … la République les fête)
vente_des_Grands_Jardins.2.jpg

Le 2 décembre 1805, un an jour pour jour après son sacre, l'empereur Napoléon 1er remporte à Austerlitz sa victoire la plus éclatante (anniversaire snobé par la République en 2005).
vente_du_chenil.2.jpg

Réaction de Napoléon il institue, par le décret de Berlin du 21 novembre 1806, et fut renforcé par le décret de Milan du 17 décembre 1807, Le Blocus continental. C’est est le nom donné à la politique qui tendait à ruiner l'Angleterre, puissance manufacturière et commerciale, en fermant toute l'Europe à ses exportations : il s'agit, en interdisant le commerce anglais en Europe, de ruiner les finances de l’ennemi en créant chez lui la surproduction, des faillites, le chômage et la révolte sociale.

vente_de_l_orangerie.2.jpg

Le blocus fut institué par ledécret de Berlin du 21 novembre 1806, et fut renforcé par le décret de Milan du 17 décembre 1807.
Les biens du Duc D’Aubigny, sujet de sa majesté britannique et surtout ami de Wellington mis sous séquestre par la convention  en 1793 sont mis en vente
.

Les Grands Jardins, du Duc d'Aubigny (pair de France, et de Richmond , pair d'Anfleterre, sont achetés par la Commune d'Aubigny en 1812 (voir doccuments concernant la vente des Grands Jardins , celle du chenil et des locaux de l'orangerie")

 

GRAND_JARDINS_maison_du_Jardinier.jpg

"... Plus un grand jardin sis auprès des fossés de ladite ville vis à vis dudit château, y ayant un pont de communication des appartements du château pour aller audit jardin tant en parterre que potager qui contenait cy devant cinq arpents et à présent dix arpents au moyen des fonds et terrains acquis de différents particuliers par ma dite Dame duchesse de Portsmouth, lesquels fonds et terrains ont été enclavés dans ledit jardin et y ont été réunis après que les Bâtiments qui y étaient ont été détruits, un Bâtiment pour le logement_du_Jardinier, ledit jardin clos de murs des deux cotés et au bout diceluy une terrasse avec une haie vive, jouxtant le tout du levant un chemin qui va du chemin de Concressault à la Lache du Midy la rue du faubourg D’Oizon au bout de laquelle est le chemin qui va à Concressault du couchant les fossés de la ville du septentrion le champ Boulin et une terre de deux septrées appelée la pépinière acquise par feu milord duc de Richemont jointe à présent au jardin.."."

plan_cadastral_de_1938.jpg

Voici le plan des Grands-Jardins sur le plan cadastral de 1938 avec l'emplacement de l'Orangerie, du chenil et de la maison du Jardinier.

colonnes de Burren.jpg

Depuis on les a bien amputé!

17/05/2012

QUID ? de l’espace dédié à la mémoire de Pierre Karmann ancien maire d’Aubigny

Le Conseil Municipal avait décidé de poser une plaque, bien méritée, à la mémoire de Pierre Karmann [décédé, le 16 février2011, à l'âge de 77 ans à Agay. (Var)]

Espace Pierre Karmann.jpg

Cette plaque conformément, à la délibération du 27 octobre 2011, a bien été posée en catimini en février, pour quelques jours....

Quid ? 

08/05/2012

8 MAI Journée de commémoration de la Victoire de 1945 à Aubigny

8 mai 2007 Aubigny.jpg

Communiqué officiel :

La journée de la Commémoration de la Victoire 1945, le mardi 8 mai 2012, se déroulera selon le programme suivant:

• 9h15  Rassemblement dans la cour de la Mairie

• 9h30 Messe en L'Eglise Saint Martin d'Aubigny

• 10H30 Rassemblement sous le porche de l'Eglise pour se rendre au Monuments aux morts, Levée des Couleurs, Lecture du Message, Dépôt de Gerbe, Minute de Silence, Sonneries Réglementaires

• 11H Retour, Place de la Résistance, pour un recueillement à la Plaque des Déportés

Dépôt de Gerbe, minute de silence, sonneries réglementaires.

A l'issue de la cérémonie, un vin d'honneur sera offert par la Municipalité dans les salles de danse et de musique de la Maison des associations, Place de la Résistance, et des récompenses seront remises aux enfants ayant effectué "La Marche Pour la Paix"

8 mai 1945.jpg

Illustration 8 Mai 2007…ferveur et solennité à Aubigny…souvenir ému pour ceux qui seront absents mardi…  

Edité le 5 mai 2012

03/05/2012

MEMORIAL HMONG Aubigny (projet) "À la mémoire des Hmongs, mort pour la France 1945-1954" – La Communauté Hmong de France 2012

Ce mémorial doit être implanté square Saint-Ligori

mémorial Hmongs.jpg

Pour en savoir plus

29/04/2012

DEPORTATION journée nationale de la Déportation dimanche 29 avril 2012

Mis en ligne le 19 avril 2012.

Forte pensée, aujourd’hui, pour Michel Faleur que les porte-drapeaux ont accompagné hier à sa dernière demeure. Résistant  recherché, dans son Nord natal  par l’occupant pour divers sabotage. Engagé volontaire français, à 21ans, dans les troupes américaines pour la bataille des Ardennes et le siège de Bastogne comme ses amis locaux sont partis  investir le Berghof.

 

monument des déportés.jpg

Selon le programme suivant :

  • 11h15 rassemblement dans la Cour du Château

  • 11h30 Cérémonie au Mémorial des Déportés

  • Dépôt de gerbe et bouquets

  • Lecture du message

  • Sonneries réglementaires

  • A l’issue de la cérémonie, un vin d’honneur sera offert par la Municipalité dans les salles de danse et de musique de la Maison des Associations, Place de la Résistance.

terre_de_bergen-belsen.jpg

A cette occasion une exposition sur " la Résistance 40-44" le Cher Nord aura lieu, le samedi 28 avril 2012 à 11h à la Bibliothèque Municipale.

Durant la cérémonie du dimanche 29 avril 2012, l’exposition sera exceptionnellement ouverte, et sera visible jusqu’au samedi 12 mai 2012.

Pour préparer votre visite, relire la résistance armée dans le Cher-Nord par le colonel Colomb

oublies histoire locale.jpg

J’espère que l’on fera pas l’impasse, comme au Musée départemental, sur les hommes qui ont combattu, en dehors du Cher-Nord, comme

  Pierre Diard d'Argent

  Fernand Mercier de Concressault

  Jacques Mallet d'Aubigny

Peut-être va-t-on nous ouvrir la valise de Jules Doucet ?

12/04/2012

Yves du MANOIR, la signalétique du "Complexe Sportif Yves du Manoir" reposée pour ce vendredi 13?

Bien que sur le carton d’invitation on ait spécifié Salle des Fêtes, va-t-on profiter de la venue du  ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sport  ( du  18 mai 2007 au 13  novembre 2010) pour remettre la signalétique du Complexe sportif Yves du Manoir.

COMPLEXE_SPORTIF_YVES_DU_MANOIR.jpg

Le bandeau de l'enseigne, cassée, trainait  encore chez  un artisan, en octobre 2006 route de Bourges…

Chabal stade Yves du manoir.jpg

Si le stade de Colombes du Racing (son ancien club, comme Chabal le sportif préféré de Roselyne), honore Yves du Manoir. Aubigny a bien des raisons de mettre en évidence à l’attention de sa jeunesse cet aviateur et un international français de rugby.

Conseiller municipal, minoritaire,  sous le mandat de Roger Pelata, j'ai proposé , à mes collègues, de donner le nom d'Yves du Manoir  au CRJS.

Je pensais que baptiser d'une structure où passeraient de nombreux jeunes (le rugby et la danse étaient disciplines prioritaires au CRJS) à un polytechnicien, sportif de haut niveau : rugbyman, (nommé meilleur joueur français dès son 1er match international)...serait très symbolique et une référence.

Yves du Manoir brillait à tous les postes des lignes arrières, et surtout comme demi d'ouverture. Il était bon botteur, et excellent plaqueur. Il brillait aussi en tennis, canoë, natation, gymnastique et athlétisme, aimait particulièrement la motocyclette...

Seconde raison, il a des racines près de chez nous, les Le Pelley du Manoir ont une demeure familiale à Presly,  13 km d'Aubigny.

demeure_familialle_de_Presly.jpg

Yves du Manoir s'est tué dans un accident d'avion le 2 janvier 1928 à Reuilly (Berry), à l'âge de 23 ans, il passait (élève de la base d’Avord , comme St Ex.) la deuxième épreuve pour l'obtention de son brevet de pilote d'avion militaire alors qu'il aurait dû être en train de jouer France - Écosse!

Mes collègues ne choisirent pas de donner le nom de cet athlète mythique au CRJS...mais au Complexe Yves du Manoir... sans même faire une cérémonie, ni en parler à son cousin, très impliqué dans la vie municipale de Presly...

Bandeau Yves du Manoir.jpg

En 2008, L'office de tourisme de Reuilly pour le 80ème anniversaire de sa disparition a proposé une riche exposition évoquant en quelques photos et documents. Vous pouvez relire cet article du BR du 13-2-2008 de Marie-Andrée de Araujo…

Aubigny, la Communauté de Communes, le Pays,  ne se sont pas associé à ce devoir de mémoire...En 2008 on a même viré la structure metallique de l'enseigne lumineuse!