Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2012

QUI SONT NOS AÏEUX ? Ces personnes, hommes et femmes, qui ont bâti le pays Sancerre-Sologne que nous habitons ?

Mis en ligne le  07/11/2011...si vous voulez savoir, avant de passer à la Maison François Ier, si vous aviez des aïeux, travaillant à la manufacture de drap, ou dans la confection...

Étrange coïncidence, les ancêtres du chef de l’État vivaient dans un village voisin de celui où étaient établis les aïeux de François Hollande, son possible rival en mai 2012. Le Tout Politique.jpgPourtant, aucun lien de parenté n’apparaît dans leur généalogie. "On constate parfois des liens impossibles, comme si les deux familles étaient ennemies depuis toujours", explique au figaro.fr  l’auteur du livre le "Le Tout Politique"...  A quelques mois de la présidentielle, Le généalogiste Jean-Louis Beaucarnot "Le Tout-politique" décortique les origines de 89 personnalités des mondes politique et syndical, de Nicolas Sarkozy à François Hollande, en passant par Bernard Tapie, Simone Veil et Bernard Thibault. Et ce livre réserve quelques surprises : on apprend ainsi que deux anciens présidents, Valéry Giscard d'Estaing - qui descend du roi Louis XV - et François Mitterrand, ont des ancêtres communs. Plus étonnant, François Chérèque, responsable de la CFDT, a des origines communes avec la patronne des patrons, Laurence Parisot, et la dirigeante du FMI, Christine Lagarde. De même, Jean-Louis Borloo et les Le Pen descendent d'un même Breton, Louis Royant, décédé sous Louis XIV.

L'ancêtre de DSK gérait une maison close

Mais l'ancêtre le plus "étonnant" est sans conteste l'arrière-arrière-grand-père de Dominique Strauss-Kahn, un certain Léon Bricot, qui a fini sa vie dans un bagne du Pacifique. Professeur de violon, il gérait aussi, à Lons-le-Saunier (Jura), un hôtel qui registres 18.jpgétait en réalité une maison close. Un soir de juin 1888, il avait tiré sur un client trop turbulent, le tuant. Jugé pour meurtre, l'aïeul de DSK avait écopé de sept ans de travaux forcés et avait été envoyé au bagne de l'île Noire, dont il n'était pas revenu.

Pour être certain de pas faire de telles découvertes, je suis allé faire un tour sur cet excellant site  qui a dépouillé des registres du Cher des Communes du Pays Sancerre Sologne Registres > cliquer ICI.

Mes Aïeux sont visiblement  d’honnêtes artisans, parfois bonapartistes,  qui épousaient des filles de la terre…Ou comme Jean Baptiste maréchal-ferrant  /aubergiste à Sainte-Montaine, un excellant cordon bleu : Marie Catherine.

Beaujard à Ivoy.jpg

Ivoy le Pré

Beaujard à Aubigny.jpg

Aubigny

Beaujard à Neuvy et Nançais.jpg

Neuvy / Nançais

 

Beaujard à Presly.jpg

Presly - le Chétif

 Beaujard à Ste-Montaine.jpg

Sainte-Montaine

Beaujard à Concressault.jpg

Concressault

27/03/2012

LA VALISE de Jules Doucet…on nous la montre cette année ?

La valise de Jules Doucet...on nous la montre cette année?

Pas certain... Aucun indice en lisant le Bulletin Municipal 2011 d'Aubigny, page 49...

Billet écrit le 28/02/2011 dans Sauldre Sologne et Pays-Fort, actualisé ici le 17/01/2012.

..."Le mail de Julie Guillaumot, chargée de valorisation à Centre Images (voir ci-dessous en commentaire du post concernant la chaîne Mémoire ) me fait penser à celui de Laurent Méchineau qui n’arrivait pas a entrer en contact avec la mairie d’Aubigny Il  voulait proposer de montrer le contenu de la valise de son grand-père Jules Doucet aux albiniens ..Alors...Pour l’exposition du 23 avril 2011 à la Bibliothèque Municipale...cette valise. Va-t-on nous l’ouvrir ?"...

 valise de Jules Doucet.jpg

Non…On ne l’a pas ouverte en 2011…il y a des problèmes de communication entre Laurent Méchineau  entre  "le conseiller pour la mémoire". Bien avant d’être invité par un Aubigny Info (conclu par "N'hésitez pas à lui transmettre vos idées, vos projets, vos questions afin de les faire vivre tous ensemble.") …j’ai tout fait (verbalement et par mail) pour lui donner  les coordonnées de la Valise…Venant d’ici J'ai bien peur que j’ai affaire à une mémoire sélective.

Au Château j’ai mes plus fidèles lecteurs. Ils n’ont pas pu manquer ce post publié le 31/07/2010:

..."Laurent Méchineau à ouvert la valise de son grand-père Jules Doucet... et nous fait partager sa découverte ICI

J’espère que ce témoigne sera un jour présenté par la commission du Vieil Aubigny, à tous les albiniens.

Merci Laurent."....

Bien que je n’ai pas entendu parler de la valise de Jules Doucet dans le

calendrier des manifestation 2012. Nous pouvons espérer que l’Oizonnais Jean Orange ( dynamique président de L’Amicale des Résistants-Déportés) utilisera cette ressources dans l’exposition qu’il organisera du 28 avril au 11 mai 2012.

(*) "Bonjour,

Je viens de prendre connaissance du post concernant la chaîne Mémoire sur votre blog et je vous remercie d'avoir évoqué ciclic.fr. Je vous remercie aussi d'avoir évoqué aussi précisément cette question du film commémorant la Victoire de 1945.

Lors de la projection que nous avons organisé en octobre à Aubigny, un spectateur dont je n'ai malheureusement pas pris les coordonnées m'avait indiqué qu'un film serait conservé à l'Office de Tourisme d'Aubigny sur la Libération de la commune. J'ai ensuite interrogé à ce sujet M. Rouard et M. Gresset qui semblaient ne pas avoir connaissance de ces documents. L'équipe actuelle de l'Office de Tourisme m'a assuré qu'aucun film n'était conservé à l'office. Depuis, j'ai essayé de questionner des gens du nord du Cher au fil des recherches que nous menons dans le département, mais personne n'avait su jusqu'à présent me donner des indications aussi précises.

Bien cordialement,

Julie Guillaumot, chargée de valorisation à Centre Images"

12/03/2012

LES HMONG veulent que l'on se souvienne…actualité

La Dépêche, portail d'informations du Grand Sud, a mis en ligne aujourd’hui 12 mars … "À l'initiative de Mblia Tho, l'Association culturelle Hmong de Castres a décidé de relayer la campagne nationale menée par la communauté visant à recueillir des fonds pour permettre d'ériger un mémorial « A la mémoire des Hmongs morts pour la France en Indochine 1945-1954 » sur la commune d'Aubigny sur Nère (Cher)"….lire la suite...

Hmongs guerre indochine.jpg

Pourchassés en Asie pour avoir aidé la France (les Français ont employé les Hmong, connus pour leur efficacité à se déplacer en milieu hostile, en particulier lors de la bataille de Điện Biên Phủ)  pendant la guerre d’Indochine, les Hmong voient aujourd’hui leur communauté reconnue par l’Etat français. Leur engagement aux côtés de la France dans le conflit colonial a valu à ce peuple originaire de Chine et du Laos d’être persécutés dans leurs pays d’origine. Une stèle à leur mémoire a été inaugurée en avril 2009 par Jean Marie Bockel dans le village de Cacao. Comme une statue en hommage aux combattants Hmong de la guerre du Vietnam a été érigée à Fresno (USA- Californie).

"Les Hmongs ont été exemplaires lors la guerre d’Indochine". Ce constat émane de Marc Laffineur secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants. En visite en Guyane en 2011, il a dit cela alors qu’il s’apprête à décorer deux éminents représentants de cette communauté : Ya Txong Txi et Moua Txong Hmong. Leur engagement aux côtés de la France dans le conflit colonial a valu à ce peuple originaire de Chine et du Laos d’être persécutés dans leurs pays d’origine. En 1977, ils fondent le village de Cacao, en pleine forêt Guyanaise, avec l’accord et l’aide du gouvernement français.

USA - HMONG Memorial.jpg

Les représailles laotiennes et vietnamiennes envers les Hmong continuent à l’heure actuelle. Les reportages dans la presse occidentale de Philip Blenkinsop en 2002, de Thierry Falise en 2003, de Grégoire Deniau et Cyril Payen en 2005, et de l'Américain Roger Arnold en septembre 2006, ont montré la situation désastreuse des Hmong dans la forêt laotienne. Ils sont traqués et exterminés depuis plus de trente ans maintenant, sans pouvoir espérer fuir le pays. Ceux d'entre eux qui y parviennent s'enfuient en Thaïlande d’où certains peuvent être accueillis dans divers pays occidentaux. Cependant, beaucoup aussi restent dans une situation délicate au Laos.

26/02/2012

VOYAGE EN SOLOGNE (premier) du Prince-Président Louis-Napoléon – Docteur Augustin Dubois.

Lauroy.jpg

Le docteur Alphonse Chevalier (1823-1906) avait acquis une solide réputation en s’occupant de l’état de santé de la population de Lamotte qui est assez médiocre compte tenu des étangs et des marais malsains. Le travail ne manque pas. En 1890, il est élu Maire de Lamotte, il démissionnera en 1902 prenant prétexte que lors d’un renouvellement du bureau, il n’avait pas été réélu à l’unanimité (il lui manquait une voix !). le docteur Herve lui succède sans succès, il fera donc appel à un jeune médecin originaire de Saint-Viâtre : le docteur Augustin Dubois. Ce fut, comme le docteur Alphonse Chevalier, un excellant médecin solognot. Si le docteur Alphonse Chevalier se passionnait pour les affaires communales, Augustin Dubois Napoleon_III.jpgétait un amoureux et passionné de la Sologne. Grâce à son habit de médecin de campagne, à la fois vertueux guérisseur et confident des potins les plus secrets, il nous a livré des instantanés vivants et des souvenirs historiques de patois. Il a acquit au cours de ses tournées de visite une sagesse, un savoir, une culture de la Sologne qu’il aimait a faire partager, transmettre. Il publia, à compte d'auteur : Sologne d’Antan, Les anciens livres de colportage en Sologne, Une ferme solognote au XVIIIème siècle, etc.... La Sologne a dû attendre le XIXème siècle pour qu'une véritable opération de réhabilitation et de modernisation soit engagée. Napoléon III n'est pas pour rien dans ce renouveau... Lors de son voyage en Sologne du 22 avril 1852, Louis Napoléon-Bonaparte donne son accord pour la reprise des travaux et la section comprise entre Launay (commune de Blancafort) et le Coudray (Brinon-sur-Sauldre) est réalisée de 1852 à 1860. Par la suite, associant la sylviculture, l'agriculture, l'élevage et la pisciculture, la remise en valeur de la Sologne redevenue salubre continue mais devient secondaire par rapport aux intérêts de la chasse. La Sologne est "à la mode" pour des capitalistes parisiens ou autres qui la couvrent de châteaux à la Belle Epoque... Dans la transformation de la Sologne au XIXème siècle, l'œuvre du Second empire n'est qu'une étape, surtout marquée par l'intervention de l'Etat.

 

Château de Brinon.jpg

Grâce à son petit fils, Pierre-Alain, vous pouvez lire les notes d’histoire locale, transcrites par le docteur Augustin Dubois, à propos du premier voyage en Sologne du Prince-Président Louis- Napoléon. J’ai un faible pour son passage au Château de Brinon, et la fameuse guerison...cliquez ICI

Publié de 25/11/2011

"YVES" n’avait pas attendu l’invasion de l’URSS…ni l’appel du Général…pour entrer en résistance

Fernand-Olivier Mercier (de Concressault)  n’avait pas attendu l’invasion de l’URSS par l’Allemagne le 22 juin 1941 et que Staline donne l'ordre aux communistes d'engager la résistance armée contre les Nazis pour entrer en résistance.

Cheval Rouge Mercier.jpg

Lorsque le  futur colonel Fabien, décharge le 23 août son 6.35 sur un officier de la Kriegsmarine, l'aspirant Moser, il y plus d’un an que ce complice du Capitaine de Vaisseau  Ronarc'h et de son équipage, avait privé la Kriegsmarine du cuirassier Jean-Bart… il réussit à s'échapper le 19 juin 1940 sous les bombardements de la Luftwaffe. Le Jean Bart avec son sister-ship le Richelieu  sont sans conteste les plus puissants et le plus réussis des bâtiments de ligne de la marine française de la seconde guerre mondiale.

jeanbart 1.jpg

Et il y plus d’un an que Darlan chef de la Marine française au début de la Seconde Guerre mondiale, et ministre de la Marine du premier gouvernement du maréchal Pétain lui avait remis la croix de Guerre. La seconde c’est le Général lui-même qui la lui remit !

C’est peut pour cela que les conservateurs sectaires, gardiens des clefs du Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher l’ont volontairement oublié…Volontairement car L'historien de la Résistance dans le Cher Alain Raffesthain , président du CG18, fleuri régulièrement la tombe, proche de celle de Fernand Mercier, dans le cimetière de Concressault.

Ignorants ? Non le 25 mai 2004, la Nouvelle République, dans sa rubrique vous le dites dans la NR, publiait un article six colonnes "L’onde Résistance de Fernand Mercier".

Ignorants ? Non…Dix ans avant cet article,  Aglan Alya, dans Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy, 1940-1944, Yves donne son témoignage. Cliquer ICI

Fernand Mercier explique son engagement.

NR 24-5-2004 Mercier.jpg

Le Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher (Comme la salle Pierre Rateau au château des Stuarts) entend contribuer à la mémoire et à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il s’adresse aux passionnés comme aux amateurs, aux jeunes qui la découvrent et l’apprennent comme aux historiens et aux chercheurs. Sa visite invite à la réflexion sur le sens donnée à la vie et à l’engagement, sur la modernité des valeurs de la Résistance. C’est la communication officielle…

Comment ont-ils pu occulter la vie de François Mercier aux jeunes scolaires ?

Un berrichon, fils de cheminot, bousier…Jeune ingénieur électricien "courants faibles" qui installa le téléphone sur le Normandie (je me souviens, regardant les cartes postales envoyées de N-Y à sa tante, ma Grand-Mère) avant le Jean-Bart… ingénieur LMT.jpgLMT, directeur du « Matériel téléphonique » à Istanbul. Directeur en Turquie de l’unité Le Matériel téléphonique (LMT*), filiale du groupe américain ITT. De retour en France, on lui confiat la construction de plusieurs usines. Il avait acquis une réputation de patron social apprécié des syndicats.

Pour les amoureux d’histoire militaire > départ du Jean-Bart et l’histoire du Jean-Bart

(LMT*), Compagnie française de matériel de télécommunication  Devenue en 1920 une filiale du groupe américain ITT. LMT-ITT a été acquis par Thomson-CSF en 1976, Alcatel en 1986, Nokia en 1987, et enfin Semi-Tech en 1996.

18/02/2012

'VALEUR & DISCIPLINE', Pierre Rocroy, le vieux soldat nous a quitté à 90 ans…

'Valeur et Discipline' la devise de la médaille militaire lui allait bien…comme ' Honneur et Patrie' celle de la légion d’honneur (on ne lui avait pas remise)…Nous ne verrons plus Pierre Rocroy aux cérémonies patriotiques…et ça va nous manquer.

Valeur et discipline.jpg

Outre sa carrière militaire où il fut particulièrement exposé, comme en Indochine où en Algérie, Pierre Rocroy a été un homme engagé, au service de ses concitoyens.

Il milita dans les associations patriotiques, qu’il présida. Président du comité des fêtes et prédident de l’association de Parent d’élèves (il géra pendant des années, bénévolement les transports scolaires)…Educateur et dirigeant de l’ESA football…

Pierre Rocroy un homme de conviction , il avait aussi un engagement citoyen. Ce fut un giscardien, respecté, compagnon de Pierre Karmann…

Pierre Rocroy a travaillé jusqu'en 1981 chez "Moteurs Droard" (WILO Intec)

A côté de sa bière recouverte du drapeau tricolore, un honneur mérité  était présentée ses décorations…treize…attestations des services accomplis., également appelée "état signalétique et des services", prouve que les services militaires (ou assimilés) ont bien été accomplis.

Parmi elles, une n’a pas été gagnée lors de ses services militaires…quoique…

Pierre Rocroy, avant d’être militaire fut un footballeur reconnu, si bien que, en fin de carrière, ce sportif fut affecté au Bataillon de Joinville.

Anecdote : Alain Calmat, ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports sous le gouvernement Laurent Fabius, tenait, en 1986, une réunion électorale pour la campagne législative.

Pierre Rocroy lui dit on se connais…Le futur député du Cher resta muet…

Claqua "Matricule XXXXXX… garde à vous !"

Piere Rocroy, quand il servait au Bataillon avait dans sa section le patineur [vice-champion olympique en 1964 à Innsbruck, champion du monde en 1965, deux fois vice-champion du monde (1963-1964), trois fois champion d'Europe (1962-1963-1964) et cinq fois champion de France (1958-1962-1963-1964-1965)] et son inséparable compagnon Alain Giletti (sur la glace). Il s'entraînaient tous les deux sous les ordres de Jacqueline Vaudecrane à Boulogne-Billancourt.

Bon voyage Pierre…

10/02/2012

SAINT ARNAUD, 10 février c’est la fête des Arnaud, Arnaude…et Naudin… un prétexte à faire de la toponymie …

Aujourd’hui, 10 février on fête des Arnaud,Arnaude, Arnauld, Arno, Aulnay, Naud, Naudet…et Naudin. Bonne fête à tous ! Saint-Naudin, ça me donne le prétexte à faire de la toponymie…

Les naudins.jpg

Madeleine Jay (animatrice de chambres d’hôtes) présidente de l'Association un sourire pour vous accueillir et de l’Office de tourisme Cœur du Pays-Fort,  recevait en mai 2007, un couple qui  suivent le road book, d’une mère, ambulancière de l’armée britannique pendant la campagne de France en 1940. Beaucoup de soldats de sa majesté et de soldats français lui doivent la vie sauve.

circuit des légendes.jpg

Après avoir échappé aux allemands à Provins, en pleine débâcle  (1), elle passa par le château de la Verrerie où elle fut accueillie par une préceptrice irlandaise.

Au cour de leur pèlerinage, sa fille et son mari, professeur de français, se retrouvent au lavoir des Naudins (proche du Château de la verrerie, sur le circuit des Légendes de nos lavoirs du Pays Sancerre-Sologne). Ils y sont tombés sur la version du Meneur de loup, qui attribue l’origine de ce lieu-dit "les Naudins" au dieu scandinave Odin…

Ils n’ont pas été convaincus…

Qui étaient nos ancetres.jpg

Les hôtesses de l’Office de Tourisme de la Communauté de Communes Sauldre Sologne, qui ne se sont jamais agenouillées dans un cabasson au lavoir des Naudins sont restées sèches !

Rentrés à La Brissauderie. ils ont soumis à la question Madeleine… Elle leur servi la réponse pour le breakfast du lendemain (on ne devient pas présidente de l' Association La terre des Naudins.jpgun Sourire pour vous Accueillir ,sans raison).

Sans doute, plagiant Charles Rostaing, un de nos plus grands toponymistes et étymologistes, les inventeurs de ce circuit des légendes, ont trouvé qu’il était  plus commode d’inventer un dieu ou un héros éponyme pour expliquer la formation et le sens de ce toponyme…

Pourtant l’origine de Naudin est des plus clairs…. Il désigne le lieu où vivait un homme prénommé Arnaud. Tous les dictionnaires Saint-Arnaud ANB.jpgétymologiques s’accordent pour dire que Naudin est une araphèse d’Arnaud.

Jean Louis Beaucarnot (dont les émissions à la radio et à la télé ont fait de lui l’un des plus célèbres généalogistes français), l’auteur de Qui étaient nos ancêtres confirme. Les lieux prenaient souvent le nom des habitants… et les noms sont une invention " récente"… avec le prénom il y avait trop d’homonymie. (Arnaud a une origine germanique)

J’ai un ami, Arnaud,  qui réside "Les Terres des Naudins"…. Dorénavant je l’appellerai Naudin !...

Salut Marcel.jpg

Salut Marcel!

(1) Il n’y a pas que notre ambulancière que la débâcle conduisit aux Naudins d’Oizon.

Lmaison Marcel Fort.jpges parents du célèbre animateur radiophonique (radio circus), et des Fêtes de l'Etang du Puits, Marcel Fort, ont été recueillis par la famille Coquery, habitant ce village.

Marcel Fort, s’est attaché à ce village, et lui largement rendu ce qu’il y avait reçu. On accède à sa maison (aujourd’hui propriété de ses filles Martine et Catherine) en passant devant le lavoir des Naudins.  Il lui a dédié un beau poème (Marcel Fort : un si joli lavoir)

Christian Mercier.jpgSi vous souhaitez évoquer l’époque où Marcel et son épouse, tous deux disparus, étaient très impliqués dans la vie locale  vous pouvez rendre une petite visite à Christian Mercier, un ami de la famille Fort, rue des Stuarts où il est antiquaire

 

Christian Mercier antiquaire.jpg

Jacques MALLET, albinien, prisonnier de guerre évadé se réfugie en zone libre. Il y dirigeât le centre EDF-GDF du Scourdois où il lutta contre l'occupant.

Sous Vichy, le 4 juillet 1941: Sur proposition du Président Directeur Général (Georges Vautier), le Conseil d’Administration des Compagnies Réunies de Gaz et d’Electricité (Siège social à Lyon, Direction à Paris) décide, pour lutter contre le chômage des jeunes, de créer avec la Compagnie Hydro Electrique d’Auvergne et sous les auspices et avec la participation financière du secrétariat de la Jeunesse, une maison de jeunes gens de 15 à 18 ans, choisis de préférence parmi les fils d’agents de la Compagnie. Le 13 Janvier 1942 le centre du Scourdois ouvre (Christian Noir, président du CA Foëcy athlétisme et cheville ouvrière du Comité du Cher d’Athlétisme, a été élève de l’école des métiers EDF du Scourdois de 1963 à 64. Christian est bien connu des albiniens, anciens de la belle aventure humaine qu’était l’organisation du Marathon du Cher).

Son 1er directeur en sera l’albinien Jacques Mallet (†), prisonnier de guerre évadé en réfugié en zone libre...

La formation d'une élite ouvrière  industries électrique et gazière.jpg

Jean-Marc Huguet dans son récent livre (2005)  "La formation d'une élite ouvrière: industries électrique et gazière, 1940-1970, raconte ": "Jacques Mallet a 26 ans. Prisonnier de guerre en 1940, il s'évade et va se cacher près de chez lui à Aubigny. Il avait à cette occasion rencontré Jean Bertier le nouveau responsable de la formation à EDF et GDF. Il est plus sage de quitter sa ville traumatisée par Paoli et  de se rendre en « zone libre. Il passe la ligne de démarcation du côté de Saint-Florent-sur-Cher « Sur sa barque il passait du monde, mais il ne m'a pas fait payer !

 

Mallet-Rateau.jpg

Quoi faire quand on a des parents qui font de l'épicerie en gros à Aubigny ? Alors Jacques se dirige vers Vichy et cherche un  emploi dans l'administration. On lui propose de s'occuper des jeunes. Bien que ce ne soit pas son secteur d'activité, il accepte. Le Président-directeur général des Compagnies réunies du gaz et de l'électricité, Georges Vautier, avec la Compagnie hydroélectrique d'Auvergne, décide le 4 juillet 1941 : "Pour lutter contre le chômage des jeunes, de créer, sous les auspices et avec la participation financière du secrétariat de la Jeunesse une Maison de jeunes de 15 à 18 ans pour les enfants du personnel".

Ecole du Scoudois.jpg

Le centre de jeunesse du Scourdois, près de Saint-Germain-Lembron, ouvre ses portes le 13 janvier 1942 avec 27 jeunes. Pour Jacques Mallet c'est une opportunité qu'il accepte de bon cœur. Il se rend sur les lieux ; Scourdois est un lieu-dit, proche du bourg de Saint-Gervazy, marqué par une grande maison bourgeoise.

Lorsqu'il avait rencontré Georges Vautier, rue Blatin, à Clermont-Ferrand celui-ci lui avait donné une seule consigne : Il faut que les enfants de nos ouvriers soient bien nourris et tout ce que je vous demande c’est que vous les nourrissiez bien ! Ça tombe bien ! L'épicerie c'est son domaine et les relations paysannes ne peuvent que lui raviver ses souvenirs de jeunesse.

Saint-Gervazy.jpeg

Malgré tout il donnera quelques rudiments de formation générale, laissant à d'autres l'apprentissage manuel. La règle était simple : « Il ne fallait pas faire parler de nous ! » Dans la région la Résistance est active. Rose Moreau est cafetière à Unsac c'est son père, monsieur Job, qui est le moniteur de maçonnerie du centre. Elle se souvient que Jacques Mallet était en relation avec Roger Samour, le dirigeant local des FFI, qu'il couvrait chaque fois qu'il le pouvait. Notamment lorsqu'il préparait des parachutages et qu'il faisait du renseignement, Son père faisait aussi de la résistance avec monsieur Mallet et l’institutrice du village. Le cousin de Jacques Mallet est Pierre Rateau, le chef de zone de la Résistance qui, après ses évasions d'Allemagne et de Russie, avait rejoint Londres. Le secrétaire de Jean Moulin, Daniel Cordier, est de la famille. Son PC était à Toulouse. Chargé de mission par De Gaulle, il recevait directement ses ordres de Londres. Il avait surtout la charge d'organiser les parachutages pour préparer le débarquement. Pierre Rateau avait fait un bref séjour au Scourdois. Madeleine Mallet (née Monin†) se rappelle que son époux avait informé Vautier de l'imminence du débarquement".

"Après la guerre Jacques  Mallet est reparti chez-lui à Aubigny ".

 Maison mallet.jpg

Jacques Mallet milita dans la vie locale et associative. Adjt aux Maires d'Aubigny-sur-Nère,  Jacques Mallet fut candidat "Action familiale et sociale" (MRP) aux législatives de novembre 1958. Il présida des associations à caractère social. Attaché au patrimoine et à l’histoire de sa cité il fut le grand président de l’Office de Tourisme d’Aubigny et l’artisan de la mise en valeur de sa ville. En particulier la réhabilitation des maisons à colombages en donnant l’exemple avec son domicile, avant de faire voter à ses collègues (innovant pour l’époque) une subvention incitative…Promenez-vous dans Aubigny et vous apprécierez le résultat.

08/02/2012

"MEMOIRES RESISTANTES" Histoire du réseau Jade-Fitzroy (1940-1944), donne des témoignages de Fernand Mercier "Yves" de Concressault, responsable du "sous-réseau Mercier AB"

Auteur : Alya Aglan , agrégée d'histoire et chargée de conférences à l'Institut des Etudes Politiques de Paris. Prix Philippe Vianney, Défense de la France, 1993. Paru en : février 1994.

mémoires resistances.jpg

Le réseau de résistance Jade-Fitzroy fut fondé en décembre 1940 par celui qui en deviendra le chef : Claude Lamirault , vingt-deux ans, fervent maurrassien, personnalité fascinante et énigmatique. L'organisation qu'il met en place recrute en premier lieu sa famille et sa belle-famille, ses camarades du 27ème régiment de chasseurs alpins, dont Pierre Hentic, dit Maho, militant communiste, qui devient le chef des opérations aériennes et maritimes.

Les renseignements collectés puis transmis aux Anglais sont essentiellement militaires. Claude Lamirault.jpgPlusieurs fois décapité, le réseau se reforme sous l'impulsion de Georges Tournon et de ses camarades pour participer à la libération de Paris. L'étude du réseau menée en 1990-1991 sous la forme d'enquêtes, a permis de mettre en lumière la naissance, le développement et la disparition d'un réseau de renseignements français qui travaillait tout d'abord sous les ordres du MI-6 de l'Intelligence Service, puis fut rattaché au BCRA. Les témoignages recueillis, publiés en seconde partie, donnent la parole aux protagonistes de cette histoire restés trop longtemps dans l'ombre [comme "Yves" Fernand Mercier de Concressault (*)]. Plutôt qu'un récit linéaire de la destinée d'un groupe d'hommes et de femmes aux effectifs stables, se trouvent ici réunis les fragments d'une histoire collective entretenue et célébrée par la mémoire des survivants. Cette mémoire - à laquelle il est fait ici une large place - est tour à tour expansive, Pierre Hentic dit Maho.jpgsélective ou, au contraire, récalcitrante, construite et reconstruite a posteriori, laissant toujours une large place à l'interprétation du narrateur. Car tout en racontant sa propre histoire, chacun inscrit, en abîme, les histoires des autres personnalités du groupe, liées entre elles par les périls de l'action. Ainsi se forge l'identité et l'originalité du réseau Jade-Fitzroy.

(*) Le sous-réseau Mercier AB a été étudié de façon plus précise que les autres grâce à la rigueur exemplaire de Fernand Mercier, chef du groupe, qui garda avec soin les fiches signalétiques des agents...Ce n’est pas encore arrivé aux responsables du sectaire Musée de la Résistance et de la Déportation de Bourges… et du Cher (sic) n’ont pas entendu parler du réseau Jade-Fitzroy…N’y allez pas pour retrouver ce résistant originaire du Pays-Fort.

04/02/2012

PIERRE DIARD, résistant, combattant et homme de Dieu...

"Aubigny honore deux authentiques résistants, héros aux parcours exceptionnels: Pierre Rateau et Maurice Ripoche."  Gilbert Moreux dans son commentaire pouvait ajouter Pierre Diard... Honoré Salle "Pierre Rateau" à Aubigny... Ignoré par le Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher.

King's Medal for Courage.jpg

Gilbert Moreux, insatiable chercheur, a peut-être des découvertes faites aux Archives Pierre Diard.jpgNationales, sur le résistant séminariste, à nous faire partager.

Pierre Oswald Diard, né à Argent sur Sauldre, est "acolyte" du diocèse du Berry. Sur les conseils Pierre Oswald Diard. Mgr Marius Le Guenne (*),  il rencontre en juillet 1943, l'abbé Jean Morel († 25 juin 2008) aumônier du camp de Chamarade à Crémieux, Isère. L’abbé qui fut un grand résistant envoi le séminariste rencontrer Pierre Rateau, alors responsable du BCRA à Toulouse. Pierre Rateau et Pierre Diard se connaissent. Ils militent tous les deux (avec le triste Paoli) chez les routiers Scouts de France d’Aubigny.

Pierre Rateau lui confie la responsabilité, pour les Hautes-Pyrénées de l’organisation et la coordination des mouvements résistants : renseignements, parachutages.

chemins de la Liberte.jpg

Il avait établi son PC à Tarbes. La citation qui accompagne Evasion vers Espagne. La "King's Medal for courage in the cause of Freedom" (GB) décoration remise post mortem et adressée chez Pierre Rateau, indique qu’il fit passer clandestinement à 900 (neuf cent) équipages de la Royal Air Force les Pyrénées.

A la demande de Jean Morel, de passage à Lourdes, constatant la position du séminariste devenue dangereuse,  Pierre Rateau  expédie Pierre Diard vers le Consulat 1ère armée française.jpgde Grande Bretagne à Madrid. Arrêté par les espagnols, il s’évade pendant son transfert vers le sinistre camp Miranda. Il se rend au consulat d’Angleterre de Barcelone qui l’achemine via Gibraltar sur Alger.

Il travaille au Bureau du BCRA, fait son instruction militaire, apprends à sauter en parachute et devient aspirant de la 1ère armée française constituée en Afrique du Nord par le général de Lattre de Tassigny.

Au début de juillet 1944, Pierre Diard est parachuté au sud de Lyon, et devient responsable d’une région entre Lyon et Avignon. Son PC est à Valence.

Vers la fin aout c’est la débâcle de l’armée allemande dans le sud de la France. La Wehrmacht relue vers le nord.

Pierre Diard, passe en Haut-Berry, embrasser ses parents à Herry.

Fin aout, Le Gouvernement provisoire de la République française l’expédie à Clermont Ferrand trier le bon grain de l’ivraie dans toute la 13ème région. L’homme d’Alger s’impose par la clarté de son jugement et son esprit de décision.

Pierre Diard 2.jpgLe séminariste était fortement dégouté par ce qu’il découvrait : intrigues ambitieuses ou financière, tripatouillages politiques ou économiques ...

Pierre Diard avait rencontré une dernière fois l'abbé Jean Morel hospitalisé dans une clinique de Clermont-Ferrand le 16 décembre...

Le 16 décembre 1944 Pierre Diard quitte Clermont pour rendre compte à Paris. 9h, près de Saint-Pierre Le Moutier sa voiture s’encastre dans un arbre,  Pierre Diard nous quitte. Pas de témoin à moins que...Je ne suis pas historien de la Résistance...

D’après une communication de l'abbé Jean Morel, Lyon 25 mai 1945

  

(*) Mgr Marius Le Guenne, un Breton dont la famille vint en Berry et qui devint prêtre à Bourges en 1923. Il sera professeur de mathématiques au petit séminaire de Fontgombault, avant de devenir curé de Nérondes. Il commence la guerre comme capitaine, chef d'état-major du 12ème Corps d'armée, fait prisonnier en 1940 et libéré quelques temps plus tard. C'est en 1942 que Mgr Le Guenne est nommé curé-archiprêtre et chanoine de la cathédrale de Bourges. Comme beaucoup, connaissant bien la région, il fera passer la ligne de démarcation à de nombreux fuyards qui voulaient rejoindre Londres. Il est alors connu pour ses sentiments d'antinazis et de Résistant. Bientôt, il est pris par Paoli et enfermé pour trois mois à la prison du Bordiot. A la Libération, son passé est reconnu, et il entre au C.D.L., conseil départemental de la libération.

24/01/2012

"PAS D'AVENIR SANS SOUVENIR", de remarquables oublié(e)s qui ont fait notre histoire

"Notre passé et notre avenir sont solidaires.

Nous vivons dans notre race, et notre race vit en nous."

Citation de Gérard de Nerval ; Aurélia ou le rêve et la vie - 1855.

d'illustres oubliés.jpg

J’ai créé sur ce blog une catégorie "personnages-célèbres" qui se complètera peu à peu de remarquables oublié(e)s qui ont fait notre histoire locale ou l’Histoire.

Vous pouvez aussi découvrir, les personnages incontournables en Sauldre-Sologne, cliquer ICI.

17/01/2012

AUBIGNY sur "Mémoire, les images d'archives en région Centre" http://memoire.ciclic.fr....

Suite à cet article, le post publil sur "Sauldre Sologne et Pays-Fort" le 13/04/2011

photo montage Cicliq.jpg

On va bientôt fêter à Aubigny dans quelques jours, la "Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation" dimanche 24avril 2011. Avec une exposition se prolongera au dimanche 8 mai 2011, où nous commémorerons le 66ème  anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945,

résistance.jpgCe n’est pas la 1ère exposition présentée à Aubigny. Je me souviens parfaitement de celle organisée par Maurice et Josette Doget (†)

Deux films d’amateur y avaient été présentés. L’un (1995) d’un pèlerinage de Maurice Doget (†) à Bergen-Belsen et un autre le défilé commémorant la Victoire du 8 mai 1945 dans Aubigny. (copie prêtée par Maurice Painchaud, que la Ville avait fait numériser par un labo de Bourges)

Page 49, du Bulletin Municipal, Jean-Pierre Rouard, conseiller délégué auprès du maire pour la mémoire, invite les albiniens à communiquer au SETA ou aux  archives cinématographiques en région Centre, les films qui témoignent de la vie locale...

Je suis allé voir s’il avait fait sa BA sur  "memoire.ciclic.fr"

ciclic fr.jpgPas trouvé ce que je cherchais... mais vu : "Aubigny son comice agricole". Vue sur un homme labourant avec une machine tractée par deux chevaux, puis vue du champ. Lors du comice, vues de vaches, de chèvres, de moutons, de cochons et de chevaux. Banderole fleurie au-dessus d'une rue : "Le faubourg vous accueille", puis vue de la rue,  passage d'un défilé traditionnel et d'une fanfare > cliquer ICI

Illustration : photo montage à partir d’une ancienne carte postale.

PS : lire le commentaire déposé par "Mémoire, les images d'archives en région Centre" sur cet article, reproduit ICI

14/01/2012

DINTRAT Gaston, sculpteur du buste de Jean Girault (député du Cher) et du monument au Morts d’Aubigny.

Gaston Dintrat (*) a été un élève de l'École des beaux-arts de Toulouse. Il a travaillé dans l’atelier de Gaston Toussaint (1872-1946). Il s'installe à Paris où il commence à produire de lui-même de nombreuses œuvres, bustes et monuments qui figurent aux expositions diverses d'Arts de la capitale.

CP Aubigny  canons monument aux morts.jpg

Dans le Cher , La ville de Saint-Amand-Montrond a rendu hommage à Jean Girault ( né à Saint-Amand-Montrond le 11 octobre 1825, meunier et homme politique, député puis girault2.jpgsénateur,  et mort le 16 avril 1909 à Bruère-Allichamps ) en donnant son nom à une place et en lui élevant en buste, œuvre du sculpteur Gaston Dintrat.

A Aubigny le monument aux morts  a été réalisé en 1922, par l'entreprise Eugène Riboulet  avec une œuvre de Gaston Dintrat

(*) "Pierre Vallier se rappelle : on remarquait son sourire amusé dans son collier de barbe rase, ses costumes de velours côtelé, ses chemises bigarrées, son petit foulard rouge, ses bonnets étonnants. Par-dessus tout, on voyait ses mains puissantes, habituées à travailler la pierre...

Ce maître-compagnon, tailleur de pierre, surnommé : la Vertu de Valence par ses confrères, a vécu de 1948 à 1964 à La-Roche-de-Glun, qui lui a consacré, en 2000, une rétrospective.

Né à Valence en 1889, il a 25 ans quand éclate la guerre de 14-18. Cela explique les très nombreux monuments aux morts qu'il a réalisés, dont, bien sûr, celui de Valence, au parc Jouvet.

Il a également produit des monuments à la mémoire des Résistants, mais aussi des statues religieuses, des bustes (Madier de Montjau), ainsi que des statues

« païennes » de bacchantes et de silènes.

Gaston Dintrat était un touche à tout : il a travaillé les matériaux les plus divers, comme la pierre, le bois, le marbre, l'ivoire, le fer forgé (et même le béton !) dans la deuxième partie de sa carrière ; il s'attache alors à traduire les sentiments quotidien

Parfait humaniste, connaissant le prix du travail bien fait, il s'est intéressé aux jeunes, tenant à siéger à la Commission des Beaux-Arts de Lyon.

Il décède à Valence (NDRL ou à La-Roche-de-Glun) , où il est inhumé, le 5 juillet 1964."

Par Marie Madeleine Voge et Rolande Vareilles

AUBIGNY "A nos morts 1914-1919", l’érection du monument.

"Passionné par l'histoire de la Grande Guerre depuis longtemps, Loïc Vasseur est vice-président de l'association "L'Alloeu Terre de Batailles 1914-1918". Bien que très attaché à sa région, le Nord pas de Calais, Il vit dans le département du Cher pour des raisons professionnelles, ce qu’il l'a amené à découvrir bien des choses dans notre département! Tout a commencé par la visite d'un cimetière de Bourges... la découverte d'un soldat tombé chez moi...et de fil en aiguille, la passion pour un régiment d'ici... ayant combattu là-bas...! Les monuments aux morts étant l'un des secteurs de mes recherches...autant faire profiter de ces recherches!"

Monument aux morts d'Aubigny.jpg

Concernant les deux monuments d’Aubigny, celui de la Place Chazereau "A nos morts 1914-1919" et celui de l’église, allez voir sa contribution, illustrés des articles de église Aubigny 14-18.jpgPresse de l’époque "La semaine Berrichonne", cliquer ICI.

Il donne aussi les listes des 170 braves tombés en 14-18, commémorés sur les deux monuments (qui sont, en partie, différentes) voir Là.

Ce dossier ce conclu par les reportages fait de l’inauguration, le 30 juillet 1922, dans "La Semaine Berrichonne" etdu "Petit Berrichon" du 5 aout 1922…cliquer Là

1922-2012…Vœux, si pour le 90ème anniversaire de l’inauguration du monument  réalisé par l'entreprise Eugène Riboulet  avec une œuvre de Gaston Dintrat (maître-compagnon, tailleur de pierre, surnommé : la Vertu de Valence par ses confrères), le Vieil Aubigny pouvait  nous faire une communication à ce sujet…Loïc Vasseur a fait le travail…

13/01/2012

MONUMENTS aux morts, à Aubigny nous pouvons lire la liste de nos morts au champ d’honneur sur quatre monuments.

Le turélien, Michel Coquery, passionné d’histoire militaire, profite de la loi sur l’inscription des noms des morts pour la France, adoptée en 1ère  lecture le 11 à l’assemblée, pour chevaucher sa Rossinante… Depuis 1919, les maires de Bourges d’ Henri Laudier à Serge Lepetier, en passant par Jacques  Rimbault  ignorent la recommandation nationale…

Le Berry républicain du jeudi 12 janvier 2012 publie, son  entretien qu’il a eu avec Remy Beurion "Bourges, monument aux morts: à quand des noms ?" et figurant sur une demi-page en page 9 sous le titre "La fin d'un monument sans noms ?".

 monuments 70-71 Aubigny.jpg

Loin de capitale départementale, dans le canton d’Aubigny, on n’a pas attendu que le député-maire vote cette loi pour rendre hommage à nos morts au champ d’honneur…On le fait depuis 1894 !

Aubigny  et son canton payèrent un lourd tribut en hommes lors du court conflit (19 juil. 1870 et 29 janv. 1871) qui opposa le Second empire français et les royaumes allemands unis derrière la Prusse.

Quelques Uhlans traversèrent le Cher-Nord. Mais les hommes ne seront pas épargnés. Le canton paya un lourd tribu. C'est ce que vous pouvez constater sur les deux monuments (rare) érigés à la mémoire des 75 combattants d'Aubigny et son canton morts lors du conflit 70-71 (*) dans le cimetière d'Aubigny.

Le canton d'Aubigny paya un lourd tribu.jpg

Le  140ème anniversaire de la défaite française n’a pas motivé les responsables de la  Mémoire à Aubigny pour rafraichi les longues listes de combattants disparus, assurer la fixation des plaques, sortir les pinceaux...

plaque 70-71.jpg

La liste des soldats morts pour la France, lors la grande guerre, se trouve dans une chapelle de l’Eglise Saint-Martin.  Le monument aux morts de la Place Chazereau, comporte même,  sur son dos, la liste de des morts du canton…Le 11 novembre, dans certaines communes comme Oizon, on lit la liste…

(*) De 1852 à 1870, la France vit sous le Second Empire. L'Allemagne n'existe pas encore, mais la Prusse, sous l'impulsion du chancelier Bismarck et du roi Guillaume Ier, est en train de réaliser son unité autour d'elle. Après s'être imposée à l'Autriche (Sadowa 1866), elle profite des maladresses diplomatiques de Napoléon III, empereur des Français, qui lui déclare la guerre en Juillet 1870 (affaire de la dépêche d'Ems).

La déroute est rapide. La capitulation de l'empereur à-Sedan (2 septembre 1870) entraîne sa déchéance:-(4 septembre) par un gouvernement de la Défense Nationale (Gambetta, Jules Ferry, Jules Favre) qui décide de continuer la lutte. Mais, malgré quelques prouesses des armées réorganisées, et la résistance des gardes nationaux (réservistes des villes) et des francs-tireurs, la guerre est perdue : Paris est assiégée dès le 19 septembre, et tombe le 29 janvier 1871. Le gouvernement doit demander l'armistice : les préliminaires de paix ont lieu à Versailles, le traité sera signé à Francfort le 10 mai 1871.  Voir cartes des évenements de la guerre 1970/71 et conflit franco-allemand 70-71 en Région Centre.

carte événements de la guerre de 1870-1871.jpg

"C'était un soir, à la bataille de Reichshoffen, il fallait voir les cavaliers charger!" On se souvient de cet air chanté dans les banquets, les mariages et les fêtes populaires avec grand renfort de coups portés sur les tables et mettant parfois en danger... la vaisselle. La mémoire collective a gardé ce nom de bataille (Robert le frère de Léonce de Voguë y perdit la vie)  comme le synonyme d'une sorte d'exploit et de démonstration de bravoure des cavaliers français. Aujourd'hui, cette période de notre histoire est presque totalement oubliée, la "grande guerre", celle de 1914-1918 est mieux connue car sa médiatisation est plus importante et, pour dire vrai, on se souvient sûrement mieux des guerres gagnées.