Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2012

L'HIVER 1956, du 1er au 29 févier fut particulièrement froid : le thermomètre descend jusqu'à – 36°

Imaginez une situation de "blocage" (anticyclone ou dépression) tel que nous avons Hiver 56.jpgconnu en cet été 2003 en plein mois de Février : vous obtiendrez tout simplement l'hiver 1956 !

On avait atterri sur l’étang du Puits, fait du vélo sur la Sauldre…la circulation était dangereuse, voir impossible. J’étais allé à l’école distante de 150m, une fois que les hommes de mon village réquisitionnés avaient taillé une allée dans la neige. Vu du peu de disponibles...on ne sortait pas de voitures...

Cette vague de froid a fait près de 1000 morts en Europe ; si une telle vague de froid se reproduisait aujourd'hui en France, il y aurait 100 000 victimes potentiels (les SDF notamment ).

Photo_Abbe_Pierre.jpg

L'abbé Pierre avait d’ailleurs lancé un appel comme en Février 2004 à propos de la politique de logements en France.

Un tel évènement serait plus que catastrophique aujourd'hui.

Il s'est soldé par 1000 victimes recensées en Europe; il y en a eu probablement beaucoup plus.

Si l'on projette cet épisode en 2002, il y aurait des milliers de morts et des dizaines ou centaines de milliers de sinistrés.

allée dans la neige.jpgLes transports paralysés pendant un mois ne permettraient plus l'approvisionnement alimentaire, le parc routier serait en forte majorité hors d'usage avec des circuits de refroidissements de moteurs éclatés et le fuel inutilisable, les centrales nucléaires ne produiraient plus d'électricité les systèmes de réfrigérations étant pris par les glaces.

95% des fleuves et rivière étaient pris par l'embâcle.

Le réseau aérien des télécoms et les réseaux hertziens seraient en forte partie anéantis.

Des milliers d'entreprises seraient au chômage technique faute d'électricité, de pénurie de transports, de matériel et de matière première endommagés.

Environ 95% de la population se retrouverait privée de chauffage domestique et sans électricité avec des canalisations éclatées par -10° à -15° en moyenne et souvent beaucoup moins.

Les denrées alimentaires (notamment les légumes frais) seraient fortement détruites par le gel qui prenait le sol sur 1.50 par endroit.

A partir de la mi-février on ne pouvait plus creuser le sol pour enterrer les défunts.

Le domaine agricole, céréales, vignes, cultures sous châssis etc serait sinistré à 90 %.

Il faudrait 5 à 6 fois le PNB du pays pour faire redémarrer l'économie et pour revivre à peu près normalement. Il faudrait des années pour nous en remettre.

Au fur et à mesure de la lecture des archives on ne peut s'empêcher de penser aux années 2000.

Un tel évènement paraît actuellement inconcevable pour ce qu'est devenu notre mode de vie.

Il fait froid.jpgHier soir je lisais un Paris Match du 25/02/56. Il montre des photos de Saint-Tropez sous 1 mètre de neige tombée en quelques heures le 11 février. Tous les pylônes EDF PTT étaient au sol ! La nuit suivante fut claire et la hausse de pression fit redescendre le mercure à - 18° sur le littoral Azuréen. Saint-Tropez n'a pu être ravitaillé que par "traîneau" depuis St Raphaël.

A quelques 100km de Munich le Danube était en crue fin janvier. Le gel est survenu avant la décrue lorsqu'il y avait encore 1.5 m d'eau dans les rues. L'eau en se retirant a hérissé les parois verticales de blocs et de plaques de glace.

L'eau des centaines d'immeubles inondés s'est transformée en glace dure dans les appartements avant son retrait sur des épaisseurs de 1 mètre faisant s'effondrer planchers et hourdis...

En 56, nous sortions d'une période de guerre et de pénurie; chacun se contentait de peu et vivait de manière beaucoup plus rude et autonome qu'aujourd'hui.

Malgré cela les dégâts et les victimes ont été considérables.

Vu la société du début du 3ème millénaire, ce serait monstrueux ...

31/01/2012

AUBIGNY, beauté transparente d'un glaçon sous un toit.

Un jour  avant l'énorme épisode hivernal de février 56, la neige est tombée à Aubigny…

neige à Aubigny.jpg

Un tel évènement serait plus que catastrophique aujourd'hui ?

Les transports paralysés pendant un mois ne permettraient plus l'approvisionnement alimentaire, le parc routier serait en forte majorité hors d'usage avec des circuits de refroidissements de moteurs éclatés et le fuel inutilisable, les centrales nucléaires ne produiraient plus d'électricité. Les systèmes de réfrigérations étant pris par les glaces.

95% des fleuves et rivière étaient pris par l’embâcle. (on avait atterri à l’Etang du Puits)

Le réseau aérien des télécoms et les réseaux hertziens seraient en forte partie anéantis.

Des milliers d'entreprises seraient au chômage technique faute d'électricité, de pénurie de transports, de matériel et de matière première endommagés.

Environ 95% de la population se retrouverait privée de chauffage domestique et sans électricité avec des canalisations éclatées par -10° à -15° en moyenne et souvent beaucoup moins.

Les denrées alimentaires (notamment les légumes frais) seraient fortement détruites par le gel qui prenait le sol sur 1.50 par endroit.

A partir de la mi-février on ne pouvait plus creuser le sol pour enterrer les défunts.

Le domaine agricole, céréales, vignes, cultures sous châssis etc. serait sinistré à 90 %.

08/12/2011

SCOTLAND storms start to thrash

tempete en Ecosse.jpg

Alerte rouge en Ecosse (From Haddington Information) vent d'ouest de 85 à 95 km/h, rafales à 160km/h. >cliquer ICI

03/12/2011

AUBIGNY s'éveille, vendredi 3 décembre, 7h30...c'était l'an passé....

Vendredi 3 décembre 2010, 7h30...

Aubigny 7h30.jpg

Place du Marché 3-12-2010.jpg

BRAVO... vendredi 3 décembre 2010, 8h00 Aubigny, la D940 au noir

Linges 18.jpg

10/11/2011

ETE de la Saint-Martin en Pays-Fort

Eté St martin 10-11-2011.jpg

Eté St martin 10-11-2011-2.jpg

vaches 10-11-2011.jpg

l'été de la Saint-Martin

UN "BERRYCANE" possible ?

inondations en France.jpgLe sud de la France à nouveau touché par un "ouragan méditerranéen». Ce phénomène, est désigné dans la littérature scientifique sous le terme de "medicane", contraction de "mediterranean hurricane" (ouragan méditerranéen) même si "cela n'a en aucun cas la puissance d'un ouragan, mais c'est une dépression plus active qu'une dépression habituelle". Une vingtaine de phénomènes de ce type auraient été observés depuis une trentaine d'années.

Un "berrycane" est-il possible à Aubigny ?... Historiquement nous avons connu des inondations:

  • Rue de la Chaussée.jpgle 06 octobre 1707 Les rivières de Loire, de Sauldre, de Cher, sont débordées toutes en même temps d'une manière extraordinaire
  • Le jeudi 29 novembre 1770 a fini l'inondation extraordinaire (de la Sauldre), et qui ne s'était jamais vu de la rivière de cette ville, commencée et venue tout d'un coup le lundi 26 sur les onze heures du soir. On peut la regarder comme une espèce de déluge. C'était un vrai torrent dans toutes les rues
  • Au mois de décembre 1836, l'abondance des pluies amena encore des inondations, mais circonscrites à Aubigny. Le 8, les eaux de la Nère grossirent considérablement. Voyez ce que l’on écrivait de cette ville dans le Moniteur du 21 décembre1836 (*). Il y aurait qu'une seule pertre  humaine.
  • Le comice d’Aubigny de 1853, récompense, pour acte de bravoure, lors d'une inondation Jean-Baptiste Vannier
  • Comme à Oizon, Chatillon sur Loire, Concressault, Aubigny a connu en 2001 une réplique, certes modeste, à ces inondations.

Le désastre de 1936 n’a pas empêché de limiter l’écoulement de la vallée de la Nère en aval d’Aubigny, avec la construction de la ligne de chemin de fer.

Si la commune d’Aubigny a réalisé des travaux, croyez vous que la Pont chemin de fer sur la Nère.jpgpréfecture c’est bougée, après 2001, pour un vrai Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) ? Elle s’est fendue, cinq ans plus tard, le 1/2/2006, d'un arrêté pour informer les propriétaires et locataires des risques naturels sur la commune d'Aubigny. De toute manière le passé n’est pas pris en compte, rien ne s’est passé avant 1995. La cartographie des inondations c’est toute la commune.

C’est vrai que l’urgence est la rédaction d’un PPRT pour Aubigny. L'explosion de l'usine AZF à Toulouse en 2001 a induit en 2003 la loi "post-AZF" Bachelot...

Il fait bon vivre en bord de Nère

 

simulation 10 pieds d'eau, rue de la Chaussé.jpg(*) Dans les pages 98 et 99 de l’étude " Les inondations en France "depuis le VIe siècle jusqu'a nos jours : recherches et documents contenant les relations contemporaines, les actes administratifs, les pièces officielles, etc., de toutes les époques ... » de Maurice Champion (Publié par V. Dalmont, 1861- Item notes: t.3- Copie de l'exemplaire Université de Harvard Numérisé par Google le 4 oct 2007) au chapitre « recherches et documents sur les inondations » Nous pouvons lire : « …. Au mois de décembre suivant, l'abondance des pluies amena encore des inondations, mais circonscrites dans certaines localités. Le 8, à Aubigny, les eaux de la Nère grossirent considérablement. On écrivait de cette ville (1) « La crue est survenue instantanément. Dans quelques instants, les gros murs de la ville, du côté de l'ouest, furent renversés. La violence des eaux était telle qu'elles entraînèrent tout ce qui se trouvait sur leur passage; la rue du Château, conduisant à la route de Sancerre, fut creusée à une profondeur de plus de 6 pieds. Des maisons furent renversées. Bientôt la rue de la Chaussée ne présenta plus qu'un amas de décombres. Plusieurs maisons de la rue du Prieuré ont éprouvé des dommages considérables. Presque toutes les marchandises de la rue du Charbon, de la place du Marché, dont les maisons ne sont habitées que par des commerçants, ont été perdues. Dans plus de cent maisons, l'eau est Bords de Nère.jpgmontée à plus de 4 pieds ; dans d'autres, elle a atteind 10 pieds (2). Tous les ponts en bois ont été emportés; un pont en pierre est presque détruit. Le chiffre des pertes éprouvées ne saurait être moindre de 200.000 francs.…. » (1) Moniteur du 21 décembre1836. (2) Le pied est une unité de longueur d’approximativement 30 centimètres.

 

09/11/2011

METEO été de la Saint-Martin. "Viens encore, viens ma favorite, descendons encore au jardin, viens effeuiller la marguerite de l'été de la Saint Martin" (Georges Brassens, "Saturne")

Rayon de Soleil sur Aubigny…L’été de la Saint Martin dure trois jours et un brin, en 1998 nous avions voulu savoir, auprès Jack Rappeneau, Délégué départemental, Chef de Centre de Météo France à Bourges  la pertinence de ce dicton.

 

meteofrance_ban.png

" En réponse à votre courrier du I0 octobre 1998,  je vous fais parvenir quelques « explications » sur le fameux été de la St Martin. Il y a 4 ans, nous avons fait une courte prévision été St martin 2011.jpgétude (s'il on peut dire) sur l'été de la St Martin en travaillant sur archives du Centre Météo de Bourges qui vont de 1913 à nos jours. (...)

On constate effectivement qu'il existe un petit réchauffement (coïncidence ?) le I I novembre, qui est l'ancienne date de la St Martin. On remarque surtout un réchauffement sur les 5 premiers jours du mois. Alors ...

Pour explication "scientifique" du phénomène, je vous laisse méditer sur la lecture du paragraphe " Eté de ... » tiré du livre de René Chaboud " La Météo, Questions de temps". Comme le dit mon collègue, Saint Martin n'est sûrement en rien responsable de tout cela !

Extrait de « La Météo, Questions de temps » de René Chaboud " Et l'Eté de la Saint-Martin ?

(...) L'été de la Saint-Martin est un bien curieux phénomène : on assure depuis la nuit des temps que la première quinzaine du mois de novembre est l'objet d'anomalies climatiques. Des journées chaudes, ou relativement chaudes, réussissent à se glisser dans la mauvaise série des jours gris, brumeux et froids, caractéristiques de cette époque de l'année. La légende en attribue la responsabilité à saint Martin.

Pierre Latard, grand amateur d'archives météorologiques, a examiné l'évolution des températures à Lyon dans la première quinzaine de novembre depuis 1845. Par rapport aux moyennes théoriques, il parvient à mettre en évidence un excédent de température, une « singularité chaude » se rapportant aux journées des 7 et 8 novembre. Sur ces cent quinze années, Pierre Latard en dénombre soixante-dix, soit 57% des cas, où cette « singularité chaude » s'est clairement manifestée.

(...) Selon les courbes de température, l'été de la Saint-Martin, si été il y a, se produirait plutôt les 7 et 8 novembre. Il est bien évident que saint Martin n'en est en rien responsable.

L'une des explications les plus astucieuses consiste à faire le parallèle entre l'été de la Saint-Martin et les saints de glace.

Voilà, disait-on, la Terre se réchauffe les 11, 12 et 13 novembre pour l'été de la Saint-Martin. Six mois plus tard, les 11, 12 et 13 mai, elle se refroidit pour les saints de glace. Les 11, 12 et 13 mai, la Terre dans son orbite autour du Soleil, se trouve ou point diamétralement opposé. Pour expliquer, à six mois de distance, la montée, puis la descente du thermomètre, on a alors imaginé un amas de météores disposés entre le Soleil et la Terre.

 

prévisions.jpg

Dans un premier temps, pour les saints de glace, ces météores sont censés s'interposer. Ils captent ainsi une partie de la chaleur du Soleil et abaissent la température terrestre. Dans un second temps, six mois plus tard, à l'été de la Saint-Martin, ces mêmes météores rendent une partie de la chaleur captée, d'où une augmentation de la température. Seulement voilà, rien, absolument rien, n'est venu confirmer une telle hypothèse.

Il est bien plus raisonnable d'expliquer le phénomène par un changement dons la circulation atmosphérique. La principale responsabilité en incombe à la position de la Terre vis-à-vis du Soleil. Il est fréquent, au mois de novembre, de voir de grandes masses d'air froid se détacher de la calotte polaire pour descendre vers le sud. Tout se passe un peu comme le fait un caillou jeté dans un verre d'eau qui provoque, par contrecoup, des remontées d'eau sur les côtés. De même les descentes d'air froid engendrent des remontées d'air chaud. Ces mécanismes atmosphériques, pour peu que l'on ne soit pas trop pointilleux sur les dates, peuvent encore laisser un certain avenir à l'été de la Saint-Martin.

Fête de la Saint Martin.jpg

Peut-être est-ce mieux ainsi ? Ces croyances populaires ont eu un tel succès qu’elles ne méritent nullement de tomber dans l'oubli... 57% de réussites ! Après tout, ce n'est pas si mal "