Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2012

CHÂTEAU DE LA CHAPELLE D'ANGILLON on remet le couvert les 08 et 09 septembre 2012, pour une seconde Grande Fête Médiévale…

 Edité le 15/02/2012

Fort de l’expérience de la 1ère et de l’excellant accueil du public,   la Grande Fête Médiévale du Château de La Chapelle d'Angillon est reconduite les 08 et 09 septembre 2012.

Fête médiévalle 2012.jpg

Innovations, pendant que la merveilleuse galerie du XVIème accueillera les ripailles, une nocturne sera organisée. Spectacle de feux accompagné de musique, animé de plusieurs troupes, de magie, de chants, cracheurs de feux…Point d’orgue, une première, illumination et embrasement du Château. Le marché médiéval va grossir notablement et une troupe de musiciens arpentera la fête tout le Week-End…Seront conservés, le tarif d’entrée très modeste et la gratuité pour les enfants. L’objectif étant de faire vivre Château et canton de la Chapelle d’Angillon : petit pays, grand renom!... Comme aime à dire Môssieu l’Comte…

06/09/2012

LES JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE 2012 se dérouleront les 15 et 16 septembre 2012

Edité le 28 janvier 2012

 

Les Journées Européennes du Patrimoine (JEP) 2011 à peine achevées, projetons nous déjà vers 2012. Nous pouvons d'ores et déjà vous communiquer les dates des Journées du Patrimoine 2012 qui se dérouleront les 15 et 16 septembre 2012.

JEP 2012.jpgDepuis 1995, un thème général est proposé mettant en avant un aspect (ou plusieurs aspects) du patrimoine. Le thème 2012 n’est pas encore connu…mais en Sauldre Sologne on s’en tape !

Certes, il est encore un peu tôt pour vous dévoiler le programme 2012 des Journées du Patrimoine, mais nous vous tiendrons informés sur cette page des dernières informations au fur et à mesure qu'elles nous parviendront.

En attendant voici un bilan de l'édition 2011 des Journées du Patrimoine.

Quelques chiffres : en 2011 plus de 12 millions de visiteurs ont répondu présents à l’invitation au "voyage du patrimoine". 16 136 sites et monuments étaient ouverts dont 1 090 ouvraient pour la première fois et 3 071 accueillaient exceptionnellement le public. En ce qui concerne les institutions de l’Etat : 22 000 visiteurs ont visité le Palais de l’Elysée, 4 000 visiteurs l’Hôtel de Matignon, 16 000 visiteurs l’Assemblée nationale, 27 500 visiteurs le Sénat, etc.  En Région Centre 2 826 visiteurs au Domaine de Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher) – 6 446 visiteurs au domaine de Chambord (Loir-et-Cher)...

Le défi de cette 28ème édition a été relevé en permettant au public de découvrir ou de redécouvrir les richesses d’un patrimoine vivant, à travers la diversité des monuments et la qualité des animations proposées.

30/08/2012

FÊTE DE LA BERLODIERE, c’est dimanche prochain…

Fête de la Berdolière A 2012.jpg

En savoir plus...cliquer sur ce lien....

29/08/2012

SIXANIER ou cizanier, un métier du bois disparu en Sologne…à retrouver au Vieil Aubigny, au Musée des Métiers d'Argent-sur-Sauldre ou dimanche ou dimanche à la Fête de la Berdolière ?

Hier, dans le Berry Républicain, le bon plan pour les touristes et les retraités est la visite de l’exposition du Vieil Aubigny (*) qui a choisi comme thème les métiers du bois...

L’occasion de rebondir sur un métier du bois disparu en Sologne… Le sixanier (cerclier) dont on parle dans cet article de la Nouvelle République.

Cerclier 2.JPG

Le cerclier fabriquait des cercles en lattes de bois de châtaignier pour maintenir les lattes de bois des tonneaux et barriques. Pour faire les cercles, on prenait une branche de châtaignier que l’on coupait pour ensuite en enlever les nœuds à l’aide d’une lame à poignées nommée plane. Ensuite, pour donner aux lattes la forme circulaire, on les passait dans une cintreuse. On mettait enfin 24 de ces tiges dans un moule de bois, puis on les liait entre elles avec une tige de fer, formant ainsi des cercles.

cerclier.jpg

D’autres pistes pour retrouver les outils du sixanier…passez au Musée des Métiers d'Argent-sur-Sauldre ou dimanche la Fête de la Berdolière....

(*) Quelques post d’archives publiés, traitant de l’exposition du Vieil Aubigny, ici, cette année:

  "Vieil Aubigny" dans un écrin...

  Charpentier, bon drille du devoir...

  Sculptures-bois XVI, XVIIè église...

  exposition du "Vieil Aubigny"....

  Tournage du bois....

  coups de battoir....

  prochaine conférence...

27/08/2012

LE PRINCE NOIR, 28 août 1356 envoya son connétable Jean Chandos et James Audley gouverneur de l'Aquitaine et grand sénéchal de Poitou, s’emparer par les armes d’Aubigny et la dévaster par les flammes.

Édouard de Woodstock, dit le Prince noir (1330, Woodstock - 1376, Westminster), prince de Galles, comte de Chester, duc de Cornouailles et prince d’Aquitaine, était le fils aîné d’Édouard III d’Angleterre et de Philippa de Hainaut.

Incendie Aubigny 1356.jpg

Il fut nommé lieutenant de Gascogne. Mandaté par son père, il arriva à Bordeaux le 20 septembre 1355 en pleine guerre de Cent Ans pour protéger les possessions anglo-gasconnes contre les Français.

Jean Chandos.jpgAu printemps de 1356, sa réputation de stratège et la crainte qu’il inspire lui permettent de lever sans mal une armée disparate composée surtout d’Anglais, de Gallois, et de Gascons. Cette campagne de 1356 le conduira cette fois à travers le Poitou en passant par Bourges qu’il ne parvient pas à enlever, prenant Vierzon dont il fait passer la garnison au fil de l’épée. Ralentie par son considérable butin et fatiguée par les combats, sa troupe se replie vers Bordeaux et à Maupertuis, près de Poitiers, il infligera une sévère défaite aux Français qui le poursuivaient. C’est lors de cette Bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356, qu’il captura le roi Jean II, ce qui permit des tractations avantageuses pour l’Anglais.

C’est la fameuse chasse royale où Le Prince Noir envoya son connétable Jean Chandos et James Audley (blessé à Poitiers, gouverneur de l'Aquitaine et grand sénéchal de Poitou) James Audley.jpgs’emparer par les armes d’Aubigny et la dévaster par les flammes (pour en savoir plus, cliquer sur ce lien). Pas de quoi boire, sur le zinc,  une 1356!

656 ans ont passé, Le Prince Noir reste toujours aussi populaire, que Jeanne d’Arc en France, en Angleterre et en Aquitaine.

Dans de nombreux endroits en France, vous aurez probablement l'occasion de tomber sur un site, une maison, un château  en parallèle avec le Prince Noir, que ce soit dans un petit village tranquille en Gascogne ou sur le site d'un ancien champs de bataille dans le centre de la France qui rendent une visite bien plus intéressante.

raisinsprincenoir.jpgEx : du 16 au 28 juillet 2012 on a donné "les raisins du Prince Noir", le nouveau spectacle médiéval de la Tour de Termes d'Armagnac, un spectacle historique et humoristique

En Poitou, les communes de Nouic et de Bussière-Boffy, proposent un circuit autrefois suivi par le Prince Noir et sa suite en 1356…

Grande fête médiévale : Beaulieu (Dordogne) au temps du Prince Noir

Le Prince noir, ses chevaliers et ses princesses sont au rendez-vous, chaque année au château Bardins de Cadaujac (sud de Bordeaux)...

Si la maison du Prince Noir à Marmande est devenue l'Office de tourisme communautaire de la Communauté de communes Val de Garonne (CCVG)… pour valoriser le tourisme…

Édouard, prince de Galles, à la cuirasse noire, le vaillant chevalier, n'est pas en cours à Aubigny. On aime se faire tailler des croupières !

Ne parlez pas ici de Jean Chandos, capitaine du roi Anglais qui prit  possession d’Angoulême en 1360 conséquence du Traité de Brétigny et de la cuisante défaite de Jean le Bon.

Ne passez pas à la "Maison de la Gastronomie" pour découvrir la mode à l'époque du Prince Noir...

Black Prince fashion.jpg

Pas grave si demain on ne célèbrera pas, le siège du 28 août 1356, à Aubigny, Jean Chandos, James Audley, Édouard de Woodstock et tous leurs chevaliers seront ce W-E au château de Béthune...

26/08/2012

JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE à la Gravière (Le Noyer-Cher) les 15 et 16 septembre 2012.

"C'est une habitude, La Gravière ouvre ses portes pour les Journées Européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre prochain....Nous serons heureux de vous acceuillir...Cordialement...Le Président et son équipe" 

JEP2012 la Gravière.jpg

20/08/2012

ORDRE DE SAINT-MICHEL, illustres chevaliers seigneurs d’Aubigny, porteur du collier.

 Chevalier Si-Michel.jpg

Pour les visiteurs de la cité des Stuarts et pour les albiniens, il est difficile d’appréhender quel était le rang tenu par leurs seigneurs dans le royaume.

Un bon indice : Jean II Stuart (sous Louis XI), Bérault Stuart (sous Louis XII), Robert Stuart (sous François Ier), Esmé Stuart (sous Charles X) et Esmé II Stuart (sous Henri III), étaient chevaliers de l’ "ordre et aimable compagnie de monsieur Sain-Miche"

C’était, historiquement le 1er  des ordres de chevalerie (dits ordres du Roi).

Illustre à ses débuts, (fondé par le roi Louis XI en 1469, en réplique à la Toison d’or des ducs capétiens de Bourgogne)  Saint-Michel a fini par souffrir de son effacement à la fin du XVIème siècle derrière l’ordre du Saint-Esprit, fondé par le roi Henri III en 1578.

Le roi, comme les chevaliers, devaient également placer le collier de Saint-Michel au plus près de l’écu. C’est ainsi d’ailleurs qu’ils figurent autour des armoiries que nous pouvons voir dans l’Eglise Saint-Martin d’Aubigny (Robert et Esmée II).

armoiries Henry Stuart.jpg

Le port du collier n’était pas réservé aux français

Pour en savoir plus sur l’Ordre de Saint-Michel, historique et modalité d’attribution, cliquez sur ce lien.

Illustration, chevalier, contemporain, de l’Ordre se saint-Michel, venu, lors des Fêtes Franco-Écossaises 2012, venu saluer ses pairs…

19/08/2012

LAVOIRS, outil d'amélioration de la santé publique, les lavoirs jouèrent un rôle social de la plus haute importance au XIXe siècle.

Les 15 et 16 septembre 2012, la 29e édition des Journées Européennes du Patrimoine mettront à l'honneur les "patrimoines cachés". Pendant deux jours, les participants pourront découvrir tous les secrets et les trésors enfouis ou dissimulés que compte la communauté de communes Sauldre Sologne. Attendons que le site officiel des JEP 2012 (en maintenance ce W-E) donne les programmes.

J’ai déjà, sur le sujet publié ce post, cliquez sur ce lien....-

Mais aussi celui-ci...

Lavoir Pays-Fort.jpg

Aubigny cache un lavoir traditionnel  (avec 2 fûts en pierre), propriété municipale…En bord de Sauldre, j’ai déniché ce lavoir, avec une planche qui se montaient au cabestan suivant la hauteur du niveau de la rivière.

lavoir cabasson.jpg

Deux arguments pour monter ce petit patrimoine, les 15 et 16 septembre 2012 :

  • C’est Napoléon III, mécène de la Sologne,  montrant de l’intérêt pour l’expérience des lavoirs anglais, qui encouragea  la création en France d’établissement de ce type. La loi du 3 Février 1851 vote un crédit spécial (600000F) pour subventionner à hauteur de 30 % la construction des lavoirs. Il de quoi illustrer, en Sauldre Sologne, la prise de conscience collective de l’importance de la salubrité publique et des principes élémentaires d’hygiène

  Nicolas Leblanc , au nom prédestiné, le grand scientifique de la Communauté de Communes Sauldre Sologne, changeât la vie des lavandières, comme Vedette la vie de la Mère Denis…

18/08/2012

FETE DE LA BERLODIERE 2012, "LA" fête de la ruralité, 2 septembre à Ménétréol sur Sauldre

Fête de la Berdolière 2012.jpg

Fête de la Berlodière, "la" fête de la ruralité

Route de Sainte Montaine.

Exposition de vieux métiers agricoles.

Démonstrations d'anciens métiers.

Vente de produits fermiers.

Restauration sur place, réservations  et renseignements,

Association de la Berlodière / Jacky Berniau

Tél 02 48 58 23 04

12/08/2012

MEGALITHE à mi-chemin de St. Gondon et Lion en Sullias à la jonction des territoires des Carnutes, Sénones, Boïens, Bituriges et Éduens... Face au Château de La Ronce, prison dorée de Voltaire.

Un mégalithe néolithique surnommé "le Crapeau" ou "Pierre Gargouille", haut de onze mètres et fait, suppose-t-on, de mains d'hommes à Lion-en-Sullias ("Gargogilum" mentionné au Xème siècle), un territoire qui marque la frontière entre Orléanais et Berry (Lion en Sullias était à la jonction des territoires des Carnutes, Sénones, Boïens, Bituriges et Éduens).

le Crapeau.jpg

Ce mégalithe, visible du CD951, fait face au Château de La Ronce (XVIIème), où séjourna Voltaire.

Château Lion en Sullias.jpg

A cause de pamphlets qui égratignent le Régent! Malgré ses dénégations, Voltaire, âgé de 22 ans,  est condamné en 1716 et 1719 à quitter Paris pendant quelques mois avant de goûter pendant un an le séjour de la Bastille. Ami du duc et de la duchesse de Sully, il trouve refuge dans leur château à Sully sur Loire. C’est pendant cet exil que l’impertinent fait la connaissance de Suzanne-Catherine Gravet de Livry, qu’il courtisa au Château de La Ronce.

BOÏENS DE GAULE : Les terribles, habitaient la région de Sancerre (?), leur capitale Gorgobina (emplacement inconnu ?) sommes-nous les descendants des Boïens ?

Habitants de la "Communauté de Communes Sauldre Sologne" , du "Pays Sancerre-Sologne", sommes-nous les descendants des Boïens "les Terribles" ?

pays des Boëins.jpg

En 25 avant Jésus Christ, alors que la Gaule était divisée en 4 provinces, la Sauldre faisait au niveau de la commune de Brinon, la limite entre la Gaule Lyonnaise et l’Aquitaine.

limite entre la Gaule Lyonnaise et l’Aquitaine..jpg

Des Boïens de Pannonie sont mentionnés assiégeant entre 60 et 59 av. J.-C., la ville de Noreia dans le Norique. Une délégation des Helvètes les invita à participer à la migration vers la Gaule en 58 av J.-C. Trente-deux mille d'entre eux acceptèrent et se joignirent aux Helvètes. La confédération de peuples soulevés par les Helvètes (Tulinges, Latobices, Rauraques, Boiens) fut anéantie par César, près de Bibracte, sur le territoire des Eduens. César renvoya certaines de ces peuplades sur leurs terres d’origine, mais installa les Boiens sur le territoire des Eduens, à la demande de ces derniers.

Les Boïens de Gaule.jpg

Jules César, La guerre des gaules, I, 5 : "Ils persuadent aux Rauraques, aux Tulinges et aux Latobices, leurs voisins, de livrer aux flammes leurs villes et leurs bourgs, et de partir avec eux. Ils associent à leur projet et s'adjoignent les Boïens qui s'étaient établis au-delà du Rhin, dans le Norique, après avoir pris Noreia".

Jules César, La guerre des gaules, I, 29 : "Le total général était de 26300 Helvètes, 36000 Tulinges, 14000 Latobices, 23000 Rauraques, 32000 Boïens".

Jules César, La guerre des gaules, I, 28 : "À la demande des Héduens, les Boïens reçurent, à cause de leur grande réputation de valeur, la permission de s'établir sur leur propre territoire ; on leur donna des terres, et ils partagèrent plus tard les droits et la liberté des Héduens eux-mêmes.".

Celtes à Bué.jpg

Leur capitale était Gorgobina, ville de localisation incertaine ("Gorgobina (Sancerre)" ?). Gorgobina a été le sujet de nombreuses controverses, pas moins d’une trentaine de localités revendiquent être sur son emplacement : Bué (Cher), Buy (Nièvre), Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire), Chantenay (Nièvre), Entrains (Nièvre), Geugnon (Saône-et-Loire), La Guerche (Cher), Moulin (Allier), Sainte-Parize-le-Chatel (Nièvre), Sancerre (Cher)… L'emplacement même du territoire des Boiens est énigmatique. Il a été longtemps localisé entre la Loire et l'Allier sans réelle preuve. C’est pire que pour le Centre de la France….

Vercingétorix assiégea Gorgobina en 52 av J.-C., mais lèvera le siège en se portant à la rencontre de Jules Cèsar qui approchait. Etant l'un des plus petits peuples gaulois, ils eurent du mal à fournir en blè les légions de César qui assiégeaient Avaricum. On leur demandera de fournir mille hommes à l'armée de la coalition en 52 av J.-C.

11/08/2012

"SUR LE CHEMIN DU LAVOIR..." coups de battoirs…

Edité le 13 mars 2012, aujourd'hui, 11 août, Sainte Claire, patronne des lavandières

 

"Depuis que notre p’tit curé est entré à l’hospice, j’avens son remplaçant, un p’tit vicaire tout neuf. Un abbé régiment, un abbé-clésiastique qui s’apillonne.

Grousse moto, blouson vert, chemise à carrieaux, complet veston anthracite. Il ne connaît pas le latin, ni son Pater Noster, mais dame, il sait chanter les vêpres sur la guitare et vous sortir un braume qu’est pas piqué des vers !

CP Aubigny détail lavendières.jpg

Il dit qu’vieux Pape est plus dans le coup, prêche la bagarre et raconte aux gamins que faut marier les curés.

Pis, il se vente à tout le monde qui veut bien l’acouter, qu’au lieu de pleurer au ciel, lui, il conteste à terre.

Oui enfin ! Tout ça c’est bien joli, mais sur le plan de la commune, il n’est pas trop d’équerre. Il connaît pas nos habitudes et ça, c’est ch'tit, par exemple !

Du temps de notre ancien curé, les femmes, quand elles avaient péchées sous le "6ème Commandement"… c’est des affaires qu’arrivons aux femmes coumme aux demoiselles. Au lieu de confesser la chose ouvertement : "j’ai fait cocu, mon homme, entre l’Pierre ou ben l’Gus… ", elles y disait, d’accord avec lui coumme de juste…

 - " mon Père, j’ai glissée sur le chemin du lavoir..."

C’était convenable, c’était convenu. Fallait le savoir, mais avant de le savoir, fallait d’abord qu’on l’apprenne !

CP Aubigny  lavoir moulin des Prés L.jpg

V’la le jeunot, en place à la veille des Rameaux. Pour faire leurs Pâques, pardi, toutes les femmes s’en vont à confesse. Et pis dame, c’est avec les mêmes mots…

Oh ! Sacrées comédiennes, d’avoir péché pour l’Amour du prochain.

À longueur de journée, l’malheureux p’tit chrétien entendant dire, en faisant pénitences :

- "mon Père, j’ai glissée sur le chemin du lavoir…"

Il donnait l’absolution, faute de savoir, mais à la longue, ça le travaillait. Et comme curé, ce chemin de pays, les femmes y faisaient quasiment tous les jours la culbute, il vint trouver notre maire, et dit à la minute ce qui le tracasse, faute de ce chemin trop glissant.

- " Monsieur le maire, votre commune, elle risque un accident ! Partout dans vos sentiers, on dérape et on bute, mais y’en à un surtout, "le chemin du lavoir", qui doit être si impraticable, que les femmes y glissont quasiment tous les soirs. C’est dangereux, faut y mettre des cailloux et du sable pour que ça coule pas tant !"

 lavandières bord de rivière.jpg

Le maire dit : "Oh ! c’est pas grave, ça craint guère qu’elles se blessent en tombant… !"

Le prêtre s’adressant "Pas grave… Ah monsieur le maire, je crois au contraire que c’est grand temps qu’on s’en occupe et vite !

Parce qu’enfin, faudrait voir à garantir les femmes.

Il y a la vôtre, cette semaine, sept fois, qu’elle a glissée, sur le chemin du lavoir !…"

Jean-Louis Boncœur, le vieux Bargé (1911 - 1997)

Illustration : détail carte postale lavandière à Aubigny. Particularité dans la cité des Stuarts, elles lavaient debout dans un fut  comme ici au lavoir du moulin des Prés (et non, comme on vous  le montre dans cour du "Vieil Aubigny", a genoux dans un cabasson) . Tous les lavoirs ont disparu sauf celui qui était dans le jardin de Madame Jouannet en bord de Nère. Les deux fûts étaient en pierre et sont donc conservés. C’est devenu une réserve à bouchons en plastique…

10/08/2012

QUAND LES CLOCHERS TORS font tourner la tête…pas aux développeurs de l’économie touristique d’Aubigny.

Après l’incendie du 11 juillet 1512, Aubigny fut l’un des plus grands chantiers du royaume. Une fourmilière de compagnons se sont activés, pendant une génération, à relever de ses cendres la Cité. Leur travail, leurs techniques ont donné lieu à une étude des services du patrimoine, conclue par une exposition à Paris au Grand-Palais. Mais rien ne vaut la visite d’Aubigny...un musée dans la rue....

Quand les clochers tors.jpg

S’il y a une pièce maitresse dans la l'architecture d'Aubigny c’est le Clocher Tors, chef d'œuvre de charpenterie d'Henri Bourdoiseau d'Henri Bourdoiseau.

Boudoiseau, ce n’est ni la tasse de thé du "Vieil Aubigny", qui snobe le compagnon charpentier , ni de l’Office de tourisme qui lui…voit en double les clochers tors

Pourtant, les clochers tors  ont  été invités au JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut du 29 mars 2010. C’était pour annoncer que l’association des Clochers Tors d’Europe fêterait (sans Aubigny)  son  20ème anniversaire les 4, 5 et 6 juin 2010, lors de son congrès à Saint-Outrille et Nohant-en Graçay.  Une a association  initiée par Puisseaux

Pas vu, pas lu non plus la lettre du Fondation du Patrimoine...Quand les clochers Tors Font tourner la tête…

A quoi ça sert de dire que le Pays Sancerre Sologne se fait tailler des croupières, quand dans sa ville…

Illustration : d’après la une de la lettre du Fondation du Patrimoine N°5 du d’octobre 2009. J’ai échangé le clocher tors du Vieil-Beaugé par celui de la rue des Dames…Dans la cité de Jean Stuart, on peut se le permettre.

09/08/2012

CHEVAL de trait berrichon

Edité le 30 janvier 2012

L’article consacré à Laurent Nizou a suscité l’intérêt.  Pour certains c’est toute une enfance ponctuée par le son du marteau sur l'enclume et l'odeur de corne brûlée qui a refait surface.

Les 11 et 12 août 2012 seront jours de Comice Agricole à Henrichemont.

Plaques concours Sens-Beaujeu.jpg

Bon prétexte pour reparler du Cheval de Trait Berrichon. J’ai retrouvé son souvenir au cours de la balade de l’Office de Tourisme Cœur de Pays-Fort sur les terres du Marquis de Voguë, à Le Noyer : des plaques du Concours de Sens-Beaujeu.

Concors de Sens-Beaujeu.jpg

Le Haut-Berry était par excellence le pays de l'élevage du cheval, particulièrement en Pays-Fort dans les cantons d’ Henrichemont et de Vailly sur Sauldre.

foire aux polains.jpg

La foire aux poulains de novembre qui se tenait à Concressault, la dernière de l’année, réunissait un nombre considérables d’éleveurs arrivés, au cours de la nuit, parfois de fort loin. Un concours, perdurera à Concressault jusqu'à la fin du siècle dernier, grâce à une famille d’éleveurs passionnés (1), les frères Beaubois (de la famille de Laurent) éleveurs à La Sauloie et à l’Enfournée.

foire aux poulains Dugast.jpg

En 1923 a été constitué le Stud-Book du Cheval de trait berrichon... Un stud-Book est un registre où est inscrite la généalogie de tous les chevaux d’une même race.

Chevaux berrichons dans l'Atlas statistique de la production de chevaux en France_ 1850.jpg

Moults  prix glanés par un éleveurs quelques années avant que le stud-book Percheron, ouvert en 1883, regroupe en 1966, alors que l'élevage du percheron déclinait, plusieurs races de trait locales furent désignées comme sous-races du percheron et englobées dans le livre de ce dernier : Trait Berrichon, Trait Nivernais (gros trait, de couleur noire à l'origine), Trait du Maine, Trait Augeron, Trait Bourbonnais, Trait de la Loire et Trait de la Saône et Loire.

Images du terroir.jpgOn trouve un peu de littérature concernant la plus belle conquête de l’homme en Berry...Le Commandant de Rancourt, en 1939 « Le cheval et la défense nationale ». Il s’y fait le porte-parole des éleveurs berrichons producteurs du « bidet sancerrois ». J’y reviendrai. Le « Cheval de trait berrichon ». Thèse, Lyon, 1946... Le Cheval de trait berrichon...de Pierre Cordeau aux éditions de Paquet, 1946.... Le cheval berrichon semble être issu de l'ancien cheval de la Sologne ?... in Revue de médecine vétérinaire - Écoles nationales vétérinaires de Lyon et de Toulouse., 1948.

Les éleveurs de le Noyer c’étaient fait remarquer aux comices des cantons de Vailly – Aubigny-Argent-la Chapelle qui se tenait chaque année depuis 1931 sous l’impulsion du marquis de Vogüé à Aubigny.

Sous sa présidence, concours de 1853, François Joubert de Forges, commune du Noyer, canton de Vailly recevait le 1er d’ensemble et 100 frs pour ses chevaux destinés à l’armée. En 1859, Agnan Ridet du Noyer recevait un 1er prix pour ses pouliches et 60 frs...

(1), Des éleveurs passionnés de Percherons, comme nous en trouvons  dans le canton percherons.jpgd’Aubigny à Ménétréol aux Grandes-Landes . Réunis dans une association les éleveurs de chevaux du Berry se défendent plutôt bien sur le plan régional comme sur le plan national puisqu’une quinzaine d’entre eux sont sélectionnés tous les ans pour le spécial Percheron (concours de modèles et allures) au Haras du Pin et obtiennent de bons résultats. Exemple un concours, a été organisé par les Haras nationaux de Blois (races comtoise et percheronne), pour notre secteur le 10 Aout 2010 sur le terrain de Port-Gallier à Poilly-les-Gien (Berry).

Gravure, Chevaux berrichons dans l’Atlas statistique de la production de chevaux en France, 1850.

08/08/2012

JEANNE D’ARC, sur les traces de l’histoire…passages à Aubigny de Jehanne La Pucelle

En Sologne ou Berry, Jeanne d’Arc serait passée partout. C’est en tous cas ce que revendiquent beaucoup de villes et villages…

Départ de Vaucouleurs.jpgSur ce point la Cité des Stuarts, la joue modeste. Le 600ème anniversaire anniversaire de da naissance , ou pas certains lettrés, vous diront même qu’elle n’y serait pas passée.

Centres de ressources: La Maison de Jeanne d'Arc 3, place de Gaulle 45000 Orléans (d'octobre à mars: de 14h à 18h - projection toutes les heures. D'avril à septembre : de 10h à 18h - projection toutes les 1/2 heures. Fermé les lundis et jours fériés. Plein tarif: 4€ - Tarif réduit : 2€)  et le Centre Jeanne d'Arc, Médiathèque d'Orléans 1 place Gambetta à Orléans (du lundi au jeudi : 9h-12h / 14h-18h ; Vendredi : 9h-12h / 14h-17h). Il  a été fondé en 1974 par Mlle Régine Pernoud, sous les auspices de Monsieur André Malraux. Il a été successivement dirigé par M. Contamine, membre de l'Institut et professeur à l'Université Paris IV - Sorbonne, et par Mme Michaud-Fréjaville, professeur à l'Université d'Orléans et par Mme Clin, conservateur du Musée d'histoire de la Médecine à Paris.

La Maison de Jeanne d'Arc présente plusieurs cartes où se trouve Aubigny. En particulier celle de "La Chevauchée De Jehanne La Pucelle De Vaucouleurs À Chinon". Le départ a lieu le 13 février 1429 (Jean Stuart, seigneur de Concressault et Aubigny est tombé le 12 février 1429, à la bataille des harengs), arrivée à Chinon le 23 février 1429.

Chevauchée de Vaucouleur passant par Aubigny.jpg

Autre passage incontestable dans la cité de Jean Stuart II, commandant l’escorte royale…1429, du 20 juillet à octobre, Jeanne d’Arc participe à l’expédition de l'Ile-de-France, de la Brie et environs.... Prise ou soumission des villes suivantes : Saint-Marcoul, Vailly, Soissons, Laon, Château-Thierry, Crécy, Coulommiers, Provins, Nangis, la Ferté-Milon, Crépy, Dammartin, Compiègne, Beauvais, Lagny, Saint-Denis, etc., etc. Attaque de Paris.... Troisième ou quatrième blessure de Jeanne. Ensuite retour à Bourges, par Bray, Courtenay, Château - Renard, Montargis, Gien et Aubigny....

Jeanne d’Arc à Aubigny, curieux, si vous voulez en savoir plus, quelques pistes. Passez au Centre de Recherche sur l’Auld Alliance (Place de la Résistance-Aubigny). A l’Office de Tourisme Sauldre Sologne (place des Bans), ou au Vieil Aubigny (Îlot des Dames)…