Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2012

DOUX : la Région Centre reçue au Ministère de l’Agriculture

Communiqué et illustration repris sur la page facebook de François Bonneau, président du Conseil Régional du Centre. Publié le 18 août 2012, 8h.

Région Centre reçue au Ministère de l’Agriculture.jpg

"Marie-Madeleine MIALOT, Vice-Présidente de la Région Centre, accompagnée d’une délégation, a été reçue par le Cabinet du Ministère de l’Agriculture, hier 17 août 2012.(relire ce post...)

Cette  délégation était composée des représentants syndicaux des sites de Boynes (45) et de Blancafort (18), un représentant des éleveurs, des Maires de Blancafort, Boynes et Pithiviers ainsi que des représentants des Conseils Généraux du Cher et du Loiret.

Lors de ce rendez-vous ont été évoquées les conséquences prévisibles sur les salariés et les éleveurs des offres de reprises déposées auprès du tribunal de Quimper vendredi dernier.

En ce qui concerne le site de Blancafort, l’absence de reprise n’est pas acceptée par la délégation, et il est demandé au Ministre de travailler à une reprise permettant de maintenir une filière de la dinde, d’élevage et de transformation, pour sauver ce site.

Le Cabinet du Ministre s’est engagé à tout mettre en œuvre pour que des repreneurs se manifestent pour réaliser une poursuite d’activité sur ce site qui remplit toutes les conditions économiques et sociales pour cela.

En ce qui concerne le site de Boynes ont été évoquées les conséquences de la reprise partielle des salariés et la nécessité d’un accompagnement des salariés victimes d’un licenciement, une indemnisation digne pour les salariés ayant de nombreuses années d’ancienneté, un examen attentif des travailleurs âgés de plus de 55 ans afin de leur assurer une forme de pré-retraite. La mise en œuvre d’un soutien financier à ceux qui souhaiteraient entreprendre une formation qualifiante. Il a été demandé la mise en place rapide d’une cellule de reclassement financée par Doux.

La Région Centre et les Départements du Cher et Loiret, avec l’Etat, ont affirmé être susceptibles de s’engager au soutien aux reprises des sites dans le respect des réglementations en vigueur, et à condition qu’un véritable avenir économique pérenne pour la filière avicole soit définit et mis en œuvre et le maximum d’emplois soient maintenus sur chaque site.

Conclusion, Marie-Madeleine MIALOT apprécie l’écoute du Cabinet du Ministre sur les problèmes des sites de Boynes et Blancafort, et pense qu’une mobilisation doit s’accentuer dans les jours qui viennent afin que les solutions évoquées se concrétisent avant l’échéance de liquidation fixée au 10 septembre 2012".

FETE DE LA BERLODIERE 2012, "LA" fête de la ruralité, 2 septembre à Ménétréol sur Sauldre

Fête de la Berdolière 2012.jpg

Fête de la Berlodière, "la" fête de la ruralité

Route de Sainte Montaine.

Exposition de vieux métiers agricoles.

Démonstrations d'anciens métiers.

Vente de produits fermiers.

Restauration sur place, réservations  et renseignements,

Association de la Berlodière / Jacky Berniau

Tél 02 48 58 23 04

MARCHE de Producteurs et de Fabricants, Blancafort 19 août 2012, 9/12h

Blancafort-marché-des-producteurs  19-8-2012.jpg

“SAINT CHRISTOPHE”, Villegenon, dimanche 19 août au lundi 20 août – les "Douze Heures de l'accordéon" – Dîner, "Omelette de Raymond" et Bal…

Mis en ligne le 07/08/2012

“Saint Christophe” patron des voyageurs et des automobilistes…

Saint christophe.jpg

Dimanche 19 août 2012

 • 10 h 30, messe avec Chantal Soulu et Aurélien Noël, vedette de Chabada sur France3

 Bieielle piston.jpg

• 13 h 30, bénédiction des automobiles ;

 • 16 h 30, ouverture du 19ème Gala Roger Sy. Plus d'une douzaine de célébrités doivent participer, dont Pascal Terrible, Denis Glomeau, Guillaume Genty et le benjamin, Pierre Maury, "recruté" en Corrèze.

 • à partir de 19 h, Thibault Colas accompagnera le dîner champêtre (13€) 

Lundi 20 août 2012

 • 17 h, bal gratuit avec l'orchestre de Pascal Michaud ;

 Affaubertis.jpg

• 19 h, omelette de Raymond en compagnie des Affaubertis ;  

 • 21 h 30, Pascal Michaud, jusqu'à épuisement.

17/08/2012

SOLEILs

soleils en PF.jpg

Prévisions pour la journée de demain samedi 18 août 2012 > cliquer ICI

Et pour dimanche  19 août > cliquer LA

HERBORISER était très mode au XIXème siècle. Antoine BLANDIN et François DION furent des botanistes albiniens réputés...Deux plantes qui poussent à Aubigny le Fallopia japonica et le Phytolacca americana n’ont jamais été couchés sur leurs herbiers.

Flore Analytique Du Berry Dans Les Départements De L'indre & Du Cher.jpg

L’existence d’activité botaniques en Berry est attestée par dès le XVIIème siècle par l’herbier réalisé par Claude Tillier, médecin décédé en 1669.

Dans liste des principales plantes signalées dans le Berry par Lemonnier en 1774 on trouve le sambucus racemosa, L. (sureau de montagne !...) dans les bois d'Ivoy.

sambucus-racemosa.jpg

Au XIXème siècle, c’est la grande vogue de la botanique. On a recensé, à cette époque pas moins de 129 botanistes Le plus célèbre a été, sans doute, Antoine Le Grand (Gien 1939 – Bourges 1905). Cet agent voyer est l’auteur de la " Flore analytique du Berry " contentant toutes les plantes vasculaires spontanées ou cultivées en grand dans les départements de l'Indre & du Cher (Pour la BM, La reproduction de l'édition de la Flore analytique du Berry de 1887 est encore en vente à la boutique du muséum de  Bourges, alors qu'elle est épuisée en librairie.). Il disposait d’un réseau de botanistes fourni. Parmi ceux qui herborisaient, on trouve près de nous à Aubigny:

Polystichum thelypteris.JPG

Antoine-Théodore Blandin  d’Aubigny-sur-Nère, Cher, (1797-1881)Contrôleur contributions directe,ancien élève de l'abbé Pierre Blondeau (1765-1825),  et explorateur de la Sologne .  Il hérite des manuscrits de ce dernier qu’il a fait déposer à la Bibliothèque Municipale de Bourges. Distingué par Le Grand [1894]. Blandin explore surtout la Sologne. Le Polystichum thelyp­teris = Thelypteris palustris (*) récolté en 1819 à Aubigny et que Le Grand [1891] trouve dans les herbiers du musée de Bourges est toujours dans la collection Jaubert & Saul. Herbier signalé par Boreau (1849). Des parts à Cardiff (NNIW) dans l'herbier Deseglise (Harrisson, 1985]

François, Eugène Dion, né à Veaugues en 1850, instituteur. Il fut directeur d’école à Aubigny de 1883 jusqu'à sa retraite en 1907... Il fut abondement cité par Le Grand (1896, 1897, 1900) dont il est « un des satellites ». Au Muséum de Bourges, collectes berrichonnes dans l’herbier Le Grand.

parking de la nere.jpg

Si vous voulez herboriser à Aubigny, pas besoin d’aller très loin. Vous garez sur le parking de la Nère et vous trouvez à l’entrée du parcours de la Nère deux plantes qu’Antoine Blandin et François Dion n’ont jamais couchées sur leurs herbiers... Elles n'existaient pas à leur époque, à Aubigny!

Cote à cote des pieds de phytolacca americana  et d’autres de fallopia japonica ! Les pigeons (heureusement rares à Aubigny) perchent au-dessus, prêt à assurer la prolifération des graines de raisin d’Amérique. Les Services Techniques tondent la pelouse en pulvérisant un peu de renouée gdu Japon : le meilleur moyen de la multiplier ! Montrez les au Muséum de Bourges  vous verrez  la réputation de ces deux plantes invasives...choyées à Aubigny.

(*) Thelypteris palustris, appelée Fougère des marais, Polystic des marais ou Polystic des marécages. Cette fougère vit dans des marécages et bois humides, souvent en zone tourbeuse. Elle fait partie des espèces protégées dans de nombreuses régions dont la Région Centre.

16/08/2012

FOIRE AUX FROMAGES (27e), Vailly Sur Sauldre, 17 août 2012 de 9 heures à 13h 30, dans la rue principale fermée à la circulation…fromages et vins des valeurs communes...

La Foire aux Fromages de Vailly sur Sauldre existe depuis 1986, elle est organisée par les producteurs fermiers du canton.

Foire aux fromages 2012 Vailly.jpg

Au cœur du Pays Fort, le 3e vendredi du mois d'août à lieu la Foire aux Fromages, le centre bourg est consacré, lors de cette matinée, aux producteurs de la Région qui viennent présenter, au public, leurs fromages. Le Crottin de Chavignol y tient une place prépondérante mais vous retrouvez aussi des fromages de vache,  de brebis et des produits de terroir.

Fromages et vins des valeurs communes…

vins et fromages de Savoie.jpg

Cette année, Fromages et vins de Savoie sera l’invité d’honneur de la 27ème Foire aux Fromages  qui se déroulera  vendredi  17 août 2012 de 9 heures à 13h 30, dans la rue principale fermée à la circulation

Animation toute la matinée  dans la rue et concert gratuit à 11h15, par le groupe de musique traditionnelle vierzonnais L’Accord à Virer l’Évent

Spectacle gratuit pour les enfants, à 10h, par la compagnie du bateleur de Nevers : La Roulotte de Charlotte…

Il y en aura donc pour tous les âges, pour vos papilles, vos pupilles, vos nez et vos oreilles !

Pour tout renseignement contacter Pierre West au 02.48.73.88.42

ITINERAIRES JACQUAIRES, pourquoi ne pas réhabiliter l’Itinéraire de Bruges , traversant le Pays Sancerre-Sologne ?

La constellation des itinéraires jacquaires ne cesse de s'étendre. Et remet au goût du jour de nombreux autres chemins de pèlerinage. À chacun sa voie ! 

Lorsque la Société des Amis de Saint-Jacques-de-Compostelle a relancé le pèlerinage, dans les années 1950, et jusqu'au début des années 1980, les pèlerins étaient rares. Deux événements ont réveillé son engouement : en 1987, la proclamation du chemin de Saint-Jacques comme «premier itinéraire culturel » du Conseil de l'Europe et, en 1989, la venue de Jean-Paul II à Santiago pour  les 4ème Journées mondiales de la jeunesse. En une vingtaine d'années, la fréquentation a été multipliée par cinquante : 2900 pèlerins en 1987 ont reçu la Compostela à Saint-Jacques, confirme le bureau d'accueil de  la  cathédrale, et plus de 145000 en 2009. Pour cette année jubilaire (2010), 200000  pèlerins y sont attendus (Pèlerin N° 6643 du 25 mars 2010)

En réalité ils ont été beaucoup plus nombreux, 270818 pèlerins en 2012 ont reçu  la Compostela.

Signe du nouveau regain de la popularité du pèlerinage vers Santiago, les « jacquets » repassent par Aubigny.

Auraient-ils retrouvé l’Itinéraire de Bruges ?

Un relevé précis de cette route est attesté dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Université de Gand (Belgique) qui daterait de 1380.Repris par ar Joachim Lelewel. Brux. J.-H. Dehou. En 1858.

A Bruges, les "wollewevers" tisserands en laine, qui honorent saint Jacques comme patron, l’empruntaient pour se rendre en Galice :"De Brugis usque Bourges en Berry per Parisius directe." etc...

Pélerins passez par Aubigny.jpg

Le recueil donne pour la France le tracé de 35 routes. Deux de ces routes conduisant les pèlerins à Bourges par le Berry et la Sologne : de Bruges à Bourges par Orléans et (Pierrefitte sur Sauldre, Souesme, Neuvy-sur-Barangeon) et de Bruges à Bourges par Paris par (Montargis, Gien, Coullons, Argent, Aubigny, la Chapelle, Saint Palais).Avec une variante de Paris à Bourges par Romorantin et Vierzon.

A Bourges les pèlerins prenaient la Voie de Vézelay qui a obtenu en 1998 le classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco, au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France.

Les marcheurs qui arpentent les chemins de Compostelle de nos jours adoptent un nouvel attribut destiné à devenir l'accessoire indispensable du pèlerin: l'iPhone.

Tout ce qui peut concourir à nourrir l’économie touristique ne doit pas être négligé…Pourquoi ne pas réhabiliter en pays Sancerre-Sologne, ces itinéraires ?

Annexes : Itinéraire de Bruges vers Compostelle par l’église d’Aubigny…pour lire cliquer sur ce lien…

SAINT ROCH est honoré le 16 août. Il est le patron des pèlerins et de nombreuses confréries ou corporations

Peu de Saints ont joui et jouissent d'une aussi large notoriété, ont été et sont l'objet d'une aussi grande vénération. Il est le patron des pèlerins (*) et de nombreuses confréries ou corporations : chirurgiens, apothicaires, paveurs de rues, fourreurs, pelletiers, fripiers, cardeurs, et aussi le protecteur des animaux. Son culte, très populaire, s'est répandu dans le monde entier.

Saint Roch Aubigny.jpg

Dans nos églises, les statues donnent toujours les mêmes attributs à Saint Roch : la cape et le bâton du pèlerin avec, très souvent, la coquille Saint-Jacques, puis l'Ange et le Chien. De plus il découvre sa jambe pour montrer la blessure de sa cuisse. Roch est toujours figuré comme un homme dans la force de l'âge, d'une stature élevée et portant la barbe (comme il convient à un voyageur). Son costume est celui du pèlerin : long manteau agrafé à la hauteur du cou et quelquefois orné de coquilles, surtout dans les œuvres modernes; tunique serrée à la taille par une courroie; molletières d'étoffes emprisonnant les jambes; grand chapeau de feutre à larges bords relevés sur le devant, et comme accessoires : long bâton quelquefois surmonté de la gourde traditionnelle et sac de toile porté en bandoulière…

Dans la préface d’un  petit fascicule publié à l'occasion de l'exposition "Saint Roch en Corrèze", l'évêque de Tulle écrit : "Il tient une place de choix, son courage plein d'audace en face de la terrible peste qui ravageait son temps lui a donné un crédit peu commun. Ses gestes et son service des malades ont eu trop de grandeur pour tomber dans l'oubli. Il a inspiré une telle confiance qu'on a bâti en son nom des églises, qu'on lui a rendu un culte passionné, que les artistes ont inscrit pour toujours dans le bois et la pierre ce portrait aux allures si évocatrices de l'Evangile."

Saint Roch Léré.jpg

La naissance de Roch se situe vers 1350 à Montpellier. L’époque est difficile: la guerre de Cent Ans fait rage et des épidémies de peste déciment la France (1358 et 1361). Agé d’à peine 20 ans, Roch perd ses parents. Il décide alors d’effectuer un pèlerinage vers Rome. C’est à cette époque qu’il revêt la tenue de pèlerin qu’on retrouve dans les représentations de saint Roch. Il est coiffé d’un chapeau pour se protéger de la pluie, il tient en main un long bâton (le bourdon) auquel pend une courge faisant office de gourde. Une fois arrivé en Italie, il est de nouveau confronté au fléau de la peste. Il soigne les malades et obtient de nombreuses guérisons. Vers 1370, Roch regagne sa patrie où il est lui-même frappé par la peste. Il se réfugie alors dans les bois.

Illustrations : statues de Saint-Roch dans les églises du Haut-Berry, propriétés des chanoines de Saint-Martin de Tours St Roch, collégiale de Léré, bois polychrome du XVIIème, St Roch, église d’Aubigny, bois polychrome du XVIIème.

(*) la présence d’une statue de Saint Roch , pèlerin, dans l’église d’Aubigny, est certainement liée à ce qu’Aubigny était une étape des pèlerins sur l’Itinéraires de Bruges, vers Compostelle…pour en savoir plus, cliquez sur ce lien.

14/08/2012

FÊTE MEDIEVALE, château de la Chapelle d'Angillon , 8/9 septembre 2012

Château la Chapelle 2012.jpg

Edité le 30/06/2012

DUCHE D’AUBIGNY, album photo, rando verte "Val Nère" frontalière…

VAL NERE rando.jpg

Agrandir le circuit >zoom

Pour visionnez le parcours, cliquer sur ce lien.

Pour en savoir plus, lire ICI.

RANDONNEE VERTE "Val Nère", en Pays-Fort…elle présente un grand intérêt pour les amoureux de la nature et de l’histoire

Elle se fait au départ du Château de la  Verrerie Château de la Verrerie. Un joyau de la Renaissance, au bord d'un grand lac, barrant la Nère,  entouré de forêts. Il fut édifié par Béraud Stuart, seigneur d’Aubigny, maréchal de François Ier…

ONF découverte.jpgIl resta la propriété des Stuarts pendant deux siècles, puis Louis XIV l'offrit à Louise de Keroual, duchesse de Portsmouth, quand il la créa duchesse d’Aubigny. Propriété de la famille de Vogüé depuis le XIXème siècle, l'intérieur recèle des trésors qui font rêver, comme des Pleurants qui ornaient le tombeau du duc Jean de Berry. La chapelle conserve un ensemble de fresques du XVIe siècle remarquables.

VAL NERE rando.jpg

Vous allez pénétrer un territoire, qui respecte gestion durable des ressources naturelles, telle que  définie lors du Sommet de la Terre de Rio (1992) : "Les ressources et les terres forestières doivent être gérées d’une façon écologiquement viable, afin de logopefc.jpgrépondre aux besoins sociaux, économiques, écologiques, culturels et spirituels des générations actuelles et futures". (forêt certifiée PEFC)

Comme Alain Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes qui aimait s’y  promener, vous allez bénéficier d’une merveilleuse nature : les deux forêts de Cléfy et de l’Aumône préservées, lors de la reconstruction d’Aubigny, après l’incendie de 1512. C’est ici que valnererando.0.jpgJacques Cœur est venu chercher les chênes pour la construction et la charpente de son somptueux Palais Berruyer.

C’est une Zones Naturelles d'Intérét Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) et Natura 2000  ...cliquer sur ce lien pour voir la carte...

Une Chênaie sessiliflore avec hêtre dominant en sous étage sur argile à silex. Elle alimenta les fours des verreries et les moulins à tan tous proches. Elle remplit les halles à charbon du fourneau qui dort à quelques lieux. Elle mit hors d’eau et rempli de chaleur des maisons qui ressemblent à la Maison d’Hélène (restaurant)

Maison_d_Helene.jpg

Vous traverserez, au lieu-dit "la Fontaine aux Ribauts" la "frontière" qui limitait l’ancien duché d’Aubigny sur le chemin La Chapelotte > Aubigny (munissez-vous de votre passeport).

Un circuit parfait pour découvrir l’écosystème forestier, se plonger dans le monde de ses habitants. Végétales ou animales, les espèces qui composent les différents milieux ont chacune leurs particularités. Elles façonnent un équilibre fragile.

Pour préparer votre escapade consultez les dossiers de l’ONF :

   La vie de la forêt

   Les arbres de la forêt

   Les animaux de la forêt

   Les champignons

Cela mériterait un vrai topoguide…au boulot l'OTSS et la CCSS....

Hetraie.jpg(*) Caractérisée par Chênaie sessiliflore avec hêtre dominant en sous étage sur argile à silex. La Chênaie sessiliflore doit son nom au chêne sessile qui en constitue l’essence dominante. Le chêne sessile chênes.  est  accompagné du hêtre hêtre en grande quantité , du châtaignier chataignier, du bouleau blanc  bouleau , du merisier, de l’alisier, du tremble, du chêne pédonculé. Les espèces d’arbustes ne sont pas nombreuses : bourdaine, houx, lierre, chèvrefeuille. Le tapis herbacé est plus fourni : fougère-aigle, asphodèle, germandrée, luzule, serratule des teinturiers, pulmonaire, muguet et jacinthe des bois. Cette Chênaie sessiliflore se forme sur sols siliceux, acides, qui sont pauvres en bactéries. Les feuilles mortes ne s’y décomposent que lentement et constituent souvent une épaisse litière, favorable aux champignons

13/08/2012

DOUX quand les élus du pays de Châteaulin appellent à la mobilisation où sont les nôtres ?

Nos élus minoritaires, du sénat, du département, de la région n’encombrent pas les colonnes de notre seul quotidien de communiqués sur la situation des "Doux"

marseillaise de rude.jpg

Depuis le courriel du député le courriel de député, (UMP)de la 1ère circonscription seule la conseillère régionale (UMP, membre de la commission permanente) s’est manifestée aujourd’hui.

C’est vrai que comme le conseiller général d’Argent et 9 des 13 maires de la CCSS, elle avait zappé la manif du du vendredi 20 juillet 2012.

Des paroles de circonstance…Comme Ponce Pilate, elle veut s'en laver les mains, en déclarant "en outre je m’interroge sur la réactivité de la Région Centre sur ce dossier".

Frissons.jpg

De l’autre côté on envoie des seconds couteaux au front.

Pour la région, ce n’est pas François Bonneau (PS) qui porte le fer mais Marie Madeleine Mialot-Muller (PS). 2ème Vice-Présidente de la région Centre. Une proche de Michel Sapin,  en charge de l’Economie et l’emploi, l’agriculture, l’artisanat et l’économie solidaire.

Alain Raffesthain (PS), Président du Conseil général et conseiller régional (ancien président de la Région) expose en 1ère ligne Irène Félix (PS, 2eme Vice-présidente du CG18 chargée des Maisons des solidarités, des personnes âgées, de l’économie et de l’insertion.).

Au comice d’Henrichemont, dans ce post, elle est déjà passée au transfert du siège d'Axereal (ex-Epis.Centre) à Orléans.

Félicitations et courage à Pascal Margerin et à son Conseil Municipal qui malgré le manque de solidarité des politiques de tout bord, continuent de se battre Tête Haute contre l'adversité.

Il faut se bouger, se mobiliser, jusqu’au dernier jour.

Voyez les élus CGT et FO du comité d'entreprise du site Doux de Châteaulin viennent de faire appel de la liquidation.

Beulin à versailles.jpg

La communauté de commune du pays de Châteaulin et du Porzay a mis 16 cars à disposition des habitants des villes du territoire, qui voulaient soutenir les salariés du groupe Doux, le jour de l'audience au tribunal de commerce, à Quimper !

Qu’elle combativité….C’est plus que des paroles lénifiantes pour montrer la solidarité des élus à tous ceux qui sont touchés !

Il faut médiatiser….bougeons nous… rappelons-nous l’action des femmes au cours des journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789…allons chercher Xavier Beulin à Loury…et ramenons le à Blancafort…

12/08/2012

COMICE AGRICOLE d’Henrichemont, en attendant le palmarès 2012, faites un retour sur celui de 1862, il y un siècle ½…

Je vous propose, en attendant le palmarès 2012, de faire un retour il y un siècle ½  pour lire la distribution des prix du comice (*) du 12 mai 1862. (Palmarès tiré  du Bulletin, Volumes 11 à 12, édité par la  Société d'agriculture du Cher)

Chevaux berrichons dans l'Atlas statistique de la production de chevaux en France_ 1850.jpg

Vous remarquerez  l’intérêt d'Augustin Guillaunin président du Comice et futur député bonapartiste, pour les juments poulinières.

Comice 1862  Lamotte Beuvron.jpg

(*) Impulsé par le marquis Léonce de Vogüé, le 1er Comice Agricole de la région (et peut-être de France) s’est tenu à Aubigny en 1931.

Le marquis est membre de la Société d’agriculture du Cher et de la Société centrale d’agriculture, fondateur de la Société des agriculteurs de France, il s'efforce d'améliorer les techniques agricoles tout en recherchant le bien-être des paysans.

Le comice regroupait cinq cantons : Argent sur Sauldre, Aubigny sur Nère, Henrichemont, La Chapelle d’Angillon et Vailly sur Sauldre. A cette époque le comice se tenait , chaque année, à Aubigny. Compte tenu de la disparité de son territoire, on faisait deux classements : un pour le Pays-Fort, l’autre pour le Pays-Faible (la Sologne).

Illustrations :

    Gravure remise des prix au comice 1862 de Lamotte Beuvron

     Gravure, Chevaux berrichons dans l’Atlas statistique de la production de chevaux en France, 1850

BOÏENS DE GAULE : Les terribles, habitaient la région de Sancerre (?), leur capitale Gorgobina (emplacement inconnu ?) sommes-nous les descendants des Boïens ?

Habitants de la "Communauté de Communes Sauldre Sologne" , du "Pays Sancerre-Sologne", sommes-nous les descendants des Boïens "les Terribles" ?

pays des Boëins.jpg

En 25 avant Jésus Christ, alors que la Gaule était divisée en 4 provinces, la Sauldre faisait au niveau de la commune de Brinon, la limite entre la Gaule Lyonnaise et l’Aquitaine.

limite entre la Gaule Lyonnaise et l’Aquitaine..jpg

Des Boïens de Pannonie sont mentionnés assiégeant entre 60 et 59 av. J.-C., la ville de Noreia dans le Norique. Une délégation des Helvètes les invita à participer à la migration vers la Gaule en 58 av J.-C. Trente-deux mille d'entre eux acceptèrent et se joignirent aux Helvètes. La confédération de peuples soulevés par les Helvètes (Tulinges, Latobices, Rauraques, Boiens) fut anéantie par César, près de Bibracte, sur le territoire des Eduens. César renvoya certaines de ces peuplades sur leurs terres d’origine, mais installa les Boiens sur le territoire des Eduens, à la demande de ces derniers.

Les Boïens de Gaule.jpg

Jules César, La guerre des gaules, I, 5 : "Ils persuadent aux Rauraques, aux Tulinges et aux Latobices, leurs voisins, de livrer aux flammes leurs villes et leurs bourgs, et de partir avec eux. Ils associent à leur projet et s'adjoignent les Boïens qui s'étaient établis au-delà du Rhin, dans le Norique, après avoir pris Noreia".

Jules César, La guerre des gaules, I, 29 : "Le total général était de 26300 Helvètes, 36000 Tulinges, 14000 Latobices, 23000 Rauraques, 32000 Boïens".

Jules César, La guerre des gaules, I, 28 : "À la demande des Héduens, les Boïens reçurent, à cause de leur grande réputation de valeur, la permission de s'établir sur leur propre territoire ; on leur donna des terres, et ils partagèrent plus tard les droits et la liberté des Héduens eux-mêmes.".

Celtes à Bué.jpg

Leur capitale était Gorgobina, ville de localisation incertaine ("Gorgobina (Sancerre)" ?). Gorgobina a été le sujet de nombreuses controverses, pas moins d’une trentaine de localités revendiquent être sur son emplacement : Bué (Cher), Buy (Nièvre), Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire), Chantenay (Nièvre), Entrains (Nièvre), Geugnon (Saône-et-Loire), La Guerche (Cher), Moulin (Allier), Sainte-Parize-le-Chatel (Nièvre), Sancerre (Cher)… L'emplacement même du territoire des Boiens est énigmatique. Il a été longtemps localisé entre la Loire et l'Allier sans réelle preuve. C’est pire que pour le Centre de la France….

Vercingétorix assiégea Gorgobina en 52 av J.-C., mais lèvera le siège en se portant à la rencontre de Jules Cèsar qui approchait. Etant l'un des plus petits peuples gaulois, ils eurent du mal à fournir en blè les légions de César qui assiégeaient Avaricum. On leur demandera de fournir mille hommes à l'armée de la coalition en 52 av J.-C.