Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2011

FETE DE LA SCIENCE 2011 du 12 au 16 octobre...Année internationale de la chimie 2011

 Nicolas Leblanc Conservatoire national des arts et métiers.jpg

Dans les grands centres urbains comme dans le monde rural, les collectivités territoriales ont pris conscience de l'enjeu que représente le rapprochement des citoyens et de la science. Les débats où chacun se découvre citoyen, les expérimentations où le public s'éprouve chercheur, le partage du savoir et de l'expérience avec des scientifiques se révélant des hommes et des femmes à la fois singuliers et proches, créent une FDLS_2011.jpgconvivialité, une dynamique bénéfique. De plus en plus de mairies et de communautés de communes sont en fête avec les sciences pendant la seconde semaine d'octobre et les régions prennent une part de plus en plus importante dans l'organisation de la Fête de la Science.

Après la biodiversité l'an dernier, la chimie et l'Outre-mer sont les thématiques privilégiées de la Fête de la science 2011. Deux thèmes en lien avec l'Année internationale de la chimie et l'Année des Outre-mer français.

Chimie 2011.jpg2011 a été décrétée Année internationale de la chimie par les Nations Unies. Tout au long de l'année, de nombreuses manifestations seront organisées pour célébrer cette science et ses apports essentiels à la connaissance, à la protection de l'environnement comme au développement économique. La chimie impacte sur notre environnement, sur notre vie, sur notre quotidien. Nous vous proposons de retrouver quelques découvertes ou principes chimiques dont les effets se manifestent dans notre maison, dans la fabrication de nos vêtements, dans le développement de l'agriculture et de notre alimentation, dans la conception de nos outils...

Fête de la science 2011 : Manipulez, testez, participez à des visites de laboratoires, dialoguez avec des chercheurs, découvrez les métiers de la recherche, stimulez votre goût pour les sciences ! La Fête de la science, ce sont des milliers d'animations gratuites, partout en France. À cette occasion, la science investit les lieux publics et les Centre Sciences.jpgchercheurs viennent à votre rencontre.

Pas dans la Communauté de Communes Sauldre Sologne, pourtant la patrie d’un des chimistes qui ont révolutionné la vie des français: Nicolas Leblanc.

"Stimulez votre goût pour les sciences" ! On n’a même pas eut l’idée de monter, au collège Gérard Philipe,  un atelier scientifique et technique en s’appuyant sur les ressources de Centre-Sciences.

Illustration : Conservatoire National des Arts et Métiers (statue de Nicolas Leblanc )

Nicolas LEBLANC l'éternel oublié de la République...du comice... de l’année internationale de la chimie et de la Fête de la science 2011 dans la Com.com. Sauldre-Sologne...

 

Nicolas Leblanc  (1742-1806) n’était  pas dans la liste des Célébrations "officielles" nationales" ni dans les régionales 2006… éternel oublié de la République...oublié du Comice 2011... de l’année internationale de la chimie et de la Fête de la science 2011….comme le fut, même à Ivoy en 2006 pour le bicentenaire de sa disparition. Pourtant il est bien toujours présent dans toutes les salles de bains, son  "invention" est toujours étudiée dans les lycées et  souvent l'un des sujet de chimie au bac...

Pour remplacer les soudes naturelles extraites des cendres de végétaux, il découvre un procédé de préparation du carbonate de sodium (la soude artificielle) à partir du sel marin. Ses travaux ne furent reconnus qu'à titre posthume et il connut de son vivant une extrême pauvreté. Lire leblanc. et/ou le procédé Leblanc

Fils d'un maître de forge d’Ivoy le Pré Nicolas Leblanc né en 1742 avait fait des études de médecine. Il était devenu chirurgien de la maison du duc d'Orléans, ce qui lui laissait du temps libre pour travailler au laboratoire de chimie du Collège Royal. C'est en 1784 qu'il s'intéresse au carbonate de sodium, avec la volonté de trouver un moyen économique de l'obtenir à partir du sel marin. Dans son procédé, Leblanc partait du sel de Glauber ou sulfate de sodium obtenu par action de l'acide sulfurique sur le sel marin (étape 1). Ce sel de Glauber mélangé à du calcaire (carbonate de calcium) et à du charbon de bois pulvérisé (carbone) donne lieu par chauffage à une réaction de double décomposition avec obtention de carbonate de sodium et de sulfure de calcium (étape 2).

Très vite, il passe à la réalisation industrielle et réussit brillamment. Mais, en 1793, son usine est confisquée et vendue comme bien national.». Ruiné, il se suicida à Saint-Denis, en 1806.